Sac-frappe-129 - copieL’enseigne nordiste vient de lancer Outshock, nouvelle marque propre dédiée aux sports de combat, qui étaient jusqu’à présent intégrés dans l’offre Domyos, la “Marque Passion” de fitness et danse du groupe.

En cours de déploiement dans les magasins et sur le site Decathlon, Outshock a pour objectif “de rendre la boxe accessible à tous en faisant disparaître l’appréhension de se blesser pour explorer toutes les belles valeurs de ce sport“, explique dans le document de présentation d’Outshock Olivier Clayssen, patron de la nouvelle marque,   qui exerçait auparavant chez Domyos.

Outshock cardio boxing kit - copieSi Outshock a été “détachée” de Domyos, c’est parce que les sports de combats, actuellement en plein rajeunissement et développement, correspondent “à des usages et codes spécifiques très différents de ceux du fitness et de la danse, également couverts par Domyos“, explique une porte-parole d’Outshock. L’offre de la marque de sports de combats de Decathlon est pour l’instant limitée aux gants de boxe (deux modèles à 17,99€ et 24,99 €) et punching bags (39,99€ à 129,99€). De nouveaux produits tels que des kimonos seront introduit à la rentrée, avec pour objectif de couvrir l’intégralité de l’offre des sports de combat progressivement d’ici à la fin 2017.

Nouvelle segmentation


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

La décision du Tribunal de Commerce de Troyes a été rendue à 16 heures aujourd’hui : Intersport reprendra à compter du lundi 11 Mars la direction de l’usine Cycleurope située à Machecoul (44).

François Bouche, secrétaire général d’Intersport, sera sur les lieux lundi matin, les représentants du personnel et le comité d’entreprise seront réunis mardi 12 mars. Spécialisée dans l’assemblage de vélos,  la nouvelle société dont le nom est « La Manufacture Française du Cycle » comptera 175 personnes à temps plein et aura une capacité immédiate de production d’environ 200 000 vélos.« Cette décision est en totale cohérence avec notre ambition affichée dans le cadre de notre plan stratégique dans lequel Intersport veut devenir l’enseigne de sport préférée des Français. Intersport veut se positionner comme un acteur incontournable sur le marché du cycle », communique Jacky Rihouet, Président directeur général d’Intersport France.

Ancrage local

Nous sommes une coopérative ancrée dans le sport et localement : cette intégration industrielle renforce ce double ancrage, déclare à Filière Sport François Bouche, secrétaire général d’Intersport. Il s’agit d’un projet commercial et industriel qui permettra une optimisation de nos flux logistiques et une relocalisation sur nos bases, là où sont nos magasins“. Actuellement, les vélos à marque propre vendus par Intersport (signée Nakamura) sont fabriqués en Italie, au Portugal, en France et en Belgique.

Objectif 300 000 vélos

Intersport se donne comme objectif d’atteindre le plus rapidement possible une capacité de 300 000 vélos assemblés annuellement à Machecoul et entend ainsi “valoriser le savoir-faire français sur ce secteur et participer à la vie économique locale“, selon un communiqué du groupe. Ce dernier compte aussi “optimiser la compétitivité des produits assemblés en France par une meilleure prise en compte des besoins du distributeur et de ses clients”, “se doter de compétences accrues pour développer des gammes de produits plus performantes et plus techniques” et “faire du site de Machecoul le centre de distribution Cycle du groupe à destination de ses magasins et de ses clients en vue d’optimiser les coûts de transport et la disponibilité des produits”. S’il s’agit dans un premier temps de “sécuriser l’activité cycle” du site, le projet d’élargir à terme l’activité logistique aux appareils de fitness est confirmé. De source syndicale, Intersport aurait également pour projet de développer une activité de service après-vente et de fournitures de pièce et accessoires pour les magasins du groupe.

“Pas de concours avec Décathlon”

Face à la puissance Décathlon et sa marque B’twin, le groupement de détaillants se dote ainsi d’un outil intégré pour sa marque de distributeur dans le cycle. Toutefois, “nous ne faisons pas de concours avec Décathlon : cette enseigne est positionnée sur la conception de produits, notre projet est de nous intégrer en production”, explique François Bouche. Le groupe donnera plus de détails sur sa stratégie cycle à l’occasion d’une conférence de presse qui se tiendra mardi, à Machecoul.

Le vote des 8è Oxylane Innovation Awards s’est tenu dans la soirée du jeudi 15 novembre au Zénith de Lille. Grande nouveauté cette année, la compétition était ouverte au grand public : les porteurs de la carte de fidélité Décathlon avaient été invités par le groupe à voter en ligne. Ils ont ainsi rejoint 3 500 salariés survoltés du groupe Oxylane, pour élire 3 produits créés par les équipes des Marques Passion, parmi 8 présélectionnés par un jury interne au groupe. Les résultats font la part belle à la mobilité urbaine, avec comme lauréat, un sac en bandoulière qui se transforme instantanément en sac à dos en haut du podium, suivi par un antivol de vélo “inviolable” en  numéro deux. Le troisième produit distingué étant un vélo d’apprentissage pour petits enfants.

L’avantage de la bandoulière sans les inconvénients

Développé par la Marque Passion Newfeel et la marque propre de composants Stenfit, le sac Backenger est doté d’une sangle coulissante qui permet de passer d’un portage en sacoche sur le côté à un portage en sac à dos d’un geste. Ainsi, les inconvénients de l’un et de l’autre (poids sur l’épaule, manque d’élégance…) s’annulent. Décliné en 10 coloris, le sac sera en vente à partir de mars 2013 à 39,95 euros pour la version de base. Une version personnalisable en ligne est en projet.

 

 

Vélo remboursé en cas de défaillance de l’antivol

Le B’Twin Hardlock est garanti “inviolable”

Les deux autres prix primés ont été développés par la Marque Passion de cycle, B’Twin. Autre produit de mobilité urbaine, très spectaculaire, l’antivol Hardlock, développé avec la marque de composants Mecanix, est impossible à sectionner grâce à sa composition multilatériaux. Il est également simple d’utilisation et se fixe facilement sur le cadre. Son prix de vente, relativement élevé (59,95 euros), se justifie par une efficacité à toute épreuve : B’Twin en est tellement certain qu’il offre même à tout utilisateur qui se ferait voler un vélo protégé par Hardlock de lui rembourser la différence ! Le produit sera également en vente au printemps 2013.

 

Adieu les “petites roues” !

Woony apprend l’équilibre avant le pédalage

Plus classique dans sa mission de facilitation de la pratique sportive, le vélo d’enfant Woony facilite l’initiation aux deux roues à partir de l’âge de 2 ans. L’astuce : il dispose d’un bloc pédalier amovible. Ainsi, l’enfant peut commencer l’apprentissage de l’équilibre sur une draisienne (vélo sans pédale). Quand il se sent prêt, fixer les pédales devient un jeu d’enfant. Fini les petites roues ! Ce vélo proposé en 3 décors et 3 coloris sera vendu 99,95 euros à partir de mai 2013.