WEZRAfin de produire le premier capteur météo connecté qui met à jour instantanément ses prévisions, la start-up montpellieraine WEZR lance une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank.

Cet objet connecté est doté de capteurs capables de mesurer la température, la pression atmosphérique ou encore la vitesse et la force du vent et de les transmettre via une connexion bluetooth. Grâce à ces technologies et l’utilisation d’un algorithme de calcul innovant, le capteur météo actualise instantanément ses prévisions avec une précision inférieure au kilomètre. Sa petite taille permet de le fixer sur soi ou sur un objet du quotidien comme un sac ou une veste. Pour ce qui est de l’usage, il n’est pas réservé qu’aux sportifs mais peut permettre de savoir, par exemple, si les conditions météo sont réunies pour un vol en parapente ou une sortie en mer. WEZR possède aussi son application mobile gratuite, indispensable pour avoir accès aux mesures du capteur. Le projet est déjà soutenu par le centre national d’études spatiales (Cnes), ainsi que par la région Languedoc-Roussillon, et a été sélectionné pour participer au CES Las Vegas, le plus grand salon d’électronique au monde, en janvier 2017.

Selon le Conseil national des centres commerciaux (CNCC), l’épisode neigeux qui a traversé la France a entraîné une perte de fréquentation dans les centres commerciaux d’environ 2,5 millions de visiteurs et une baisse de chiffres d’affaires de l’ordre de 20% le 12 mars et de 15% le lendemain par rapport à la moyenne de la période correspondante les années précédentes.

De nombreux sites commerciaux n’ont pas pu ouvrir leur portes et nous estimons le chiffre d’affaires perdu de l’ordre de 80 à 85 millions d’euros, même si ce chiffre est à prendre avec précaution car il ne s’agit que d’une première estimation qui ne préjuge pas des conséquences relatives notamment aux problèmes d’approvisionnement” explique Jean-Michel Silberstein, Délégué Général du CNCC.

Les intempéries ont ainsi des conséquences fâcheuses pour les centres commerciaux même si on observe traditionnellement qu’une bonne partie du chiffre d’affaires perdu dans ces circonstances est rattrapé dans les semaines qui suivent.