Affluence au Mountain Debrief 2017

Quelque 200 professionnels ont participé au Mountain Debrief, le rendez-vous « bilan et perspectives » de la saison d’été en montagne, organisé par l’Union sport & cycle, le 1er septembre dernier aux Saisies (73) . L’occasion, non seulement d’esquisser un bilan chiffré, mais aussi de faire avancer la réflexion sur le développement de cette saison.

Un été en pente douce

Côté bilan, les chiffres de l’Association des maires de stations de montagne ont fait état d’une stabilité de la fréquentation touristique cet été, marqué par une météo défavorable en début de saison mais soutenu par une date de rentrée scolaire plus propice que l’an dernier. L’enquête de conjoncture réalisée par l’Union sport & cycle auprès des magasins de sport de montagne de 42 stations des quatre principaux départements alpins (Savoie, Haute-Savoie, Hautes-Alpes et Isère) indique, quant à elle, une hausse de chiffre d’affaires « notable même si elle reste timide et variable, selon les endroits et les périodes », souligne Brice Blancard, correspondant montagne de l’organisation : 50 % des points de vente ont enregistré une hausse de chiffre d’affaires (soit 20 points de plus que l’an dernier), 12,5% une stagnation (la moitié moins que l’an dernier) et 37,5 % une baisse (8 points de moins).

La glorieuse ascension du VAE

Surtout, l’activité touristiques estivale, tend à s’ancrer dans le modèle économique des magasins de station : elle est considérée comme un plus pour 58 % d’entre eux et est même devenu indispensable pour 37 % des commerçants. Si la vente de vêtements et chaussures constitue le gros de leur activité, la moitié d’entre eux proposent aussi la location de VTT. A 60 %, ces derniers proposent des VTT à assistance électrique (AE) et profitent ainsi du boum du VAE qui, après avoir conquis la mobilité urbaine, s’étend aujourd’hui à la pratique de loisir en pleine nature.

Ce ballon d’oxygène du VTT AE n’est cependant pas une poule aux œufs d’or. Car en effet, « La rentabilité de la location de VAE n’est pas encore assurée », explique en effet Brice Blancard. Les motivations de la clientèle estivale sont moins centrées sur la pratique sportive que celle de l’hiver. Si 80 % des touristes y pratiquent la randonnée, 57 % sont avant tout motivés par le calme et la tranquillité. Le VTT et les cours d’eau arrivant en troisième position (35 %). Clientèle stratégique car plus consommatrice, les femmes restent dans leur très grande majorité une cible à convertir à la pratique du VTT AE. Permettre au VTT AE d’atteindre tout son potentiel passe par des actions communes mobilisant tous les acteurs – Etat, collectivités locales, offices du tourisme, magasins et remontées mécaniques – comme la multiplication de journées d’essais permettant aux néophytes de s’initier. Une attente partagée par l’organisation Moniteurs cyclistes français qui, forte d’une augmentation du nombre d’écoles proposants des prestations VAE  (38 % en 2017 contre 11 % en 2016), appelle à l’organisation de journées découverte – “type d’initiatives plus efficace que n’importe quelle campagne de promotion” –  et à la création d’itinéraires accessibles à tous les types de clientèles.

Des touristes surclassés à émerveiller

« La saison d’été en montagne doit donc encore faire l’objet de la mobilisation de tous les acteurs du territoire », conclut Brice Blancard. « Victime du succès de notre saison blanche, notre saison verte mérite tous nos efforts », renchérit Jean-Marc Silva, directeur de France Montagnes qui interpelle : « Fermez les yeux, dites-moi comment vous voyez la montagne en hiver ? Du haut vers le bas, bien sûr, grâce à tous nos équipements et aménagements. Et la montagne en été ? Du bas vers le haut ! Cette perception client est bien un frein. Rendre la montagne toujours plus accessible, rappeler que nos clients sont toujours surclassés en été eu égard aux nombreux services et équipements installés » tout en préservant le mythe de ce « monde de la verticalité qui fait tant vibrer » , tel est, selon le directeur de France Montagnes le savant cocktail qui donnera aux estivants « l’envie d’aller là-haut pour un véritable choix – et non pas un second choix »…

COMPTE RENDU DU MOUNTAIN DEBRIEF 2016

Une centaine de professionnels étaient réunis le vendredi 02 septembre à Valloire pour la deuxième édition du Mountain Debrief, organisé par la FPS avec le soutien des principaux acteurs de la montagne estivale et animé par Olivier Costil (Filièresport).

20160902142104_img_4451

Après une longue période de décroissance, la fréquentation estivale en montagne est repartie à la hausse. L’été 2016 confirme la bonne dynamique enregistrée en 2015. Mais ce Mountain Debrief a également montré que la tâche reste immense. Énergie collective, clarté du produit, positionnement marketing, promotion… désormais, les professionnels de la montagne doivent agir concrètement en faveur de l’été.

Organisé en quatre temps, le Mountain Debrief a successivement :

groupe

Capture d’écran 2016-07-18 à 12.45.25Après une première à Châtel en 2015, la deuxième édition du Mountain Debrief, aura lieu les 2 et 3 septembre 2016 à Valloire en Savoie.

Le Mountain Debrief est la déclinaison estivale du SkiDebrief organisé chaque fin de saison d’hiver à Val d’Isère. Ce rendez-vous professionnel est l’occasion de présenter les chiffres de la saison d’été en montagne avec Savoie Mont Blanc Tourisme, Auvergne Rhône-Alpes Tourisme, Moniteurs Cyclistes de France, et d’échanger sur les enjeux du développement de cette saison de plus en plus stratégique pour les acteurs de la montagne.

Programme détaillé et inscriptions ici

Le Moutain Débrief été 2015, à Châtel (Haute-Savoie)

Le Moutain Débrief été 2015, à Châtel (Haute-Savoie)

Plus de 100 professionnels de la montagne française se sont réunis à Châtel (74), jeudi 27 août, pour faire un premier bilan de la saison été, à l’occasion du premier Mountain Débrief. Celui-ci a confirmé les hausses de fréquentation et de chiffre d’affaires de l’été 2015 par rapport à l’été 2014.

Selon Gérard Octroy, en charge des études chez Rhône Alpes Tourisme, 74% des professionnels montagnards rhônalpins se déclarent satisfaits du déroulement de la saison d’été 2015, soit 20 points de plus qu’en 2014 (78 % en août). Les deux-tiers d’entre eux décrivent une fréquentation équivalente ou supérieure à la saison 2014 et plus de 60% ont reçu plus d’étrangers que l’an dernier, notamment Anglais, Néerlandais et Belges. La durée moyenne des séjours s’établit à 5,6 jours contre 4,6 sur l’ensemble de la région Rhône-Alpes et le panier moyen, hors hébergement est estimé à 48 € par jour et par personne.

Retour aux niveaux de fréquentation de 2013

Carole Raphoz, responsables Etudes, de Savoie Mont-Blanc, a abondé dans le même sens. « A mi-août, nous avons fait mieux que par rapport à l’été 2014, qui avait été marqué par une mauvaise météo alors que le soleil et la chaleur ont été au rendez-vous cette année », a-t-elle déclaré en substance. Les campings, qui avaient perdu 5 points pendant l’été 2014 et les hôtels (- 3 points) ont renoué avec le remplissage de 2013, une tendance semblable étant constatée dans les autres formes d’hébergement. « On devrait récupérer les 3 % de nuitées perdues l’été dernier, pour retrouver les 22 millions de nuité de 2012-2013 », déduit-elle. Les activités sportives de pleine nature sont la première motivation des clients lorsqu’ils choisissent une destination Savoie Mont-Blanc : la randonnée pédestre pour 56% d’entre eux, le vélo sous toutes ses formes pour 27%, l’alpinisme, escalade, via ferrata, etc. pour 13 % (données 2014).

Résultats plus contrastés dans les commerces de sport

Cours de VTT en Maurienne (Savoie)

Cours de VTT en Maurienne (Savoie)

Dans les commerces de sport, Brice Blancard, responsable Rhône-Alpes de la FPS, qui regroupe les principales enseigne de sport, a décrit « une saison très contrastée en montagne », avec 30 % de magasins qui enregistrent une hausse de chiffre d’affaires, 25 % stables et 45 % en recul. La tendance est similaire dans toutes les stations. Julien Rebuffet, directeur des Moniteurs cyclistes de France (MCF), déplore de son côté « une baisse significative de la part du mois de juillet dans le chiffre d’affaires des écoles MCF, sauf pour les stations bénéficiant d’un gros événement VTT en début de saison ». Les Pyrénées (- 13%) soufffrent plus que les Alpes. D’une manière générale, les stations qui joue la carte du VTT depuis plusieurs années tirent beaucoup mieux leur épingle du jeu que les autres. Enfin, le VTT à assistance électrique, facteur de développement du tourisme d’été, modifie un peu la donne : « il va falloir que les stations et territoires prennent conscience du gros travail qu’il reste à faire sur la qualité des itinéraires et sentiers proposés », conclut la tête de file des Moniteurs cyclistes.