L’association environnementale Mountain Riders s’allie à l’agence conseil J.Walter Thompson Paris pour sensibiliser le grand public au problème des trop nombreux déchets retrouvés en montagne chaque année, avec une campagne de mobilisation et d’appel de fonds originale.

En créant «Les prêt-à-ramasser », « une vrai fausse » collection de mode entièrement composée de déchets de montagne, tels que des bonnets décousus et autre gants usés, Mountain Riders compte bien fédérer un maximum de monde et toucher le public le plus large possible avec ses « soldes écoresponsables ».

Afin de promouvoir au mieux cette opération de sensibilisation au grand public et de permettre aux internautes de découvrir les produits, un lookbook et le site dédié toutdoitdisparaitre.shop ont été mis en place. Sur le site les internautes à participer aux « premiers soldes écoresponsables » en « faisant disparaître » chacun des produits représentés grâce à un don permettant de soutenir de nouvelles journées de ramassage organisées par l’association…

Ces journées de ramassage sont en effet organisées chaque été par les bénévoles de Mountain Riders, afin de lutter contre la pollution de la faune et de la flore en montagne engendrée par la réapparition des déchets lorsqu’arrive la fonte des glaces. L’été dernier, 38 tonnes de déchets ont ainsi été ramassés.

journee-ramassage-montagneInitiative de l’association Mountain Riders, les Mountain Days visent à rendre la montagne propre tout en sensibilisant la population sur l’impact de la société sur la planète. Zoom sur le bilan de cette opération de grande ampleur pour l’année 2016.

La présence de déchets n’est pas réservée qu’au seul milieu urbain. La montagne est aussi une victime de ce fléau. Pour y remédier, Mountain Riders a organisé 62 journées de ramassage cette année, réparties entre les Alpes, les Pyrénées, le Jura, le Massif Central mais aussi la forêt de Fontainebleau. Résultat, quelques 5300 volontaires ont collecté 38 tonnes de déchets en montagne. Soit une moyenne de 7,2 kg de déchets ramassés par volontaire contre 9,9 kg en 2013, ce qui tendrait à indiquer que le nombre de déchets jetés en montagne se réduit. Mais cette baisse est difficilement interprétable car le nombre de volontaires est passé de 7300 à 5300 et le nombre de journées de ramassage est moindre qu’en 2015.