DahuLa toute nouvelle marque de chaussure de ski, Dahu, a profité de l’Ispo pour lancer sa commercialisation.

Contrairement aux idées populaires, le Dahu n’est pas un animal dont personne n’a jamais vu le moindre poil, mais une chaussure de ski d’environ 1,3 kg. Présentée à l’Ispo de Munich, du 3 au 6 février 2013, cette chaussure se présente sous la forme d’une botte souple que le skieur place dans un exosquelette en plastique chargé en nylon (pour plus de légèreté) et fermé à l’aide de deux boucles pour maintenir le tibia et le pied. Développée et testée pendant quatre ans par Nicolas Frey, ancien designer dans le secteur du luxe, et Aline Bonjour, ancienne professionnelle au sein de l’équipe suisse de ski, la Dahu se veut aussi pratique que confortable.

Haut de gamme et série limitée

Pour sa première saison, la marque, produite par la société Dahu Sports, installée à Fribourg, en Suisse, ne proposera qu’un modèle homme et femme. La chaussure « soft » est noire, et la coque, blanche. « Elle sera en série numérotée pour offrir un objet de collection à nos premiers acheteurs », a annoncé Nicolas Frey, créateur de Dahu. Quant à sa production, elle est installée dans la province de Montebelluna, au nord de l’Italie. « Mon expérience professionnelle en Chine m’a convaincu de revenir en Europe. Pour limiter les délais de fabrication et suivre plus facilement la qualité à la sortie d’usine », explique-t-il. Un positionnement haut de gamme répercuté sur le prix, autour de 600 euros.

L’arc alpin en ligne de mire DAHU

Cette première collection, disponible du 36 au 44, sera toutefois ajustée avant le lancement de la totalité des tailles adultes et d’une gamme pour enfants. « Nous avons des bons contacts avec Intersport international, mais rien n’est encore signé », se réjouissait prudemment Nicolas Frey sur le salon de Munich. La marque espère ainsi investir l’Europe en commençant par la France, la Suisse, l’Italie, l’Allemagne et l’Autriche. « Nous lorgnons aussi sur la Slovénie et la République tchèque, où les potentiels commerciaux existent. Mais nous voulons arriver en douceur », ajoutait-il. Si aucun objectif de vente n’est fixé pour la première saison, la marque espère écouler 6000 paires pour la saison 2014/2015.

Joël Clergiot