Les feux sont au vert pour les très petites entreprises (TPE) de cycle. Selon l’Observatoire de la petite entreprise en 2017 de la fédération des centres de gestion agréés (FCGA), les petits commerce de cycle arrivent en deuxième position des secteurs ayant enregistré la plus forte hausse de croissance de leur chiffre d’affaires, avec une progression de 4,5% en 2017. (suite…)

 

Grâce au vélo à assistance électrique, la pratique du vélo s’inscrit de plus en plus dans le quotidien des Français. Le marché national du cycle a en effet poursuivi sa progression en 2017, dépassant la barre des 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires (+ 9,6%) avec près de 2,8 millions de vélos vendus (+ 0,2%), selon l’Union sport & cycle, qui regroupe les entreprises de fabrication et distribution d’articles de sport en France. Le segment du vélo à assistance électrique (VAE), avec 255 000 vélos vendus en 2017, contribue fortement au dynamisme du marché, encourageant l’essor de la mobilité active et le retour du vélo comme moyen de locomotion du quotidien.

Doublement du volume de VAE vendus

Il s’est ainsi vendu deux fois plus de VAE l’an dernier qu’en 2016. Le “bonus VAE”, une aide de l’État de 200 € pour l’achat d’un vélo à assistance électrique, « a créé un effet de levier très important pour le marché du vélo en 2017, beaucoup plus en termes de médiatisation qu’en termes financiers : tout à coup, l’intérêt du vélo à assistance électrique a été porté à la connaissance des Français », explique Jérôme Valentin, coprésident de l’Union sport & cycle et président de Cycleurope Industries (Peugeot Cycles, Gitane, Bianchi…). La refonte par le gouvernement Philippe de ce dispositif, effective au 31 janvier dernier, a certes eu pour effet de ralentir la croissance des ventes. Mais “dès que les magasins auront écoulé leurs stocks, les ventes repartiront sur des hausses à deux chiffres », déclare Jérôme Valentin, qui argumente : « La comparaison avec les pays voisins confirme le potentiel du marché français du VAE. En France, le VAE représente moins de 10 % des volumes vendus, contre 45 % en Belgique et 19 % en Allemagne, où on estime qu’il pourrait monter jusqu’à 35 % à terme…  En termes d’usages, le modèle de demain est celui où l’on choisira son mode de transport – vélo traditionnel, VAE, trottinette, etc. – en fonction de ses besoins ».  S’agissant des pratiques loisirs et compétitives, le marché du VTT-AE a également profité de cette dynamique avec 35 340 unités vendues. « Le VAE rend la pratique sportive plus accessible et augmente le nombre de pratiquants », complète André Ghestem, président de la Commission Cycle de l’Union sport & cycle et Directeur Général France de Shimano. « Il a aussi pour effet d’accroître le panier moyen et de stimuler les ventes d’articles à valeur ajoutée, avec un effet d’entraînement sur les accessoires et composants, où la demande se porte sur des produits de qualité. »

Tous les circuits de distribution en profitent

Porté par le phénomène VAE, l’ensemble des circuits de distribution affichent des résultats en hausse en 2017. En attente de conseil et de services sur des produits à forte valeur ajoutée, nécessitant des compétences de plus en plus techniques, les consommateurs se sont néanmoins largement tournés vers les détaillants spécialisés et les enseignes multisport qui restent les poids lourds du marché. Les détaillants spécialisés réalisent 55 % du chiffre d’affaires global et 77 % sur le seul segment VAE. « Les magasins se sont très vite adaptés à intégrer cette quatrième grande famille de vélo, après VTT, Route et Loisir », commente Denis Briscadieu, PDG CycleLab, vice-président de la commission cycle UNION sport & cycle. En volume de vélos vendus (toutes catégories confondues), ce sont les enseignes multisports qui réalisent les performances les plus importantes, avec 64 % de part de marché. Il convient également de noter la progression significative des acteurs de l’internet dont la part de marché atteint 8 % du chiffre d’affaires, en hausse 22 %, dans un contexte général où la distribution devient de plus en plus omnicanale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce vendredi 13 avril, l’Union sport & cycle divulguera son étude annuelle sur le marché français du cycle à l’Hôtel de Ville de Paris. Ouverte par Christophe Najdovski, adjoint à la Maire de Paris en charge des Transports, la conférence sera clôturée par la députée européenne Karima Delli, présidente de la commission des Transports et du Tourisme au Parlement européen. SUIVEZ L’INTÉGRALITÉ DE LA CONFERENCE EN DIRECT SUR LE COMPTE TWITTER @FilièreSport à partir de 11h30 !

En croissance pour la troisième année consécutive, le marché du cycle a repassé la barre des 3 millions de vélos vendus en 2016, en hausse de 1,3% par rapport 2015, pour un chiffre d’affaires qui excède 1 milliard d’euros (1,023 Md €) et affiche une progression de 6,4 %, selon la dernière étude annuelle de l’Union sport & cycle.

Avec les ventes d’équipements et d’accessoires, qui s’établissent à 772 millions d’euros (+5,9%), le marché total du cycle s’établit à 1,795 Mrd € en 2016, en augmentation de 6% par rapport à 2015.

Le prix moyen d’un vélo atteint 337 €, après 321 € en 2015 et 307 € en 2014, une progression qui traduit la préférence des Français pour l’achat de  cycles de qualité et innovants.

Le VAE et le vélo de mobilité tirent le marché

Le vélo à assistance électrique (VAE) est clairement la locomotive du marché, avec plus de 130 000 unités vendues en 2016, en croissance de 33%, et une performance encore plus marquée pour les VTT-AE, dont les ventes progressent de 72% à 15 000 unités. Globalement tous les segments de vélos de mobilité (VAE, vélos pliants…) sont en progression. En 2017, les ventes de VAE devraient poursuivre leur progression grâce à la mise en place d’une aide à l’acquisition de vélo à assistance électrique par l’Etat. Un mois après le lancement de cette mesure, 15 000 demandes de « Bonus Vélo » avaient déjà été déposées auprès de l’Agence de services et de paiement ! “Le vrai challenge, c’est de reconduire le bonus VAE, qui s’arrête en janvier 2018. Il va falloir trouver les moyens nouveaux“, explique Jérôme Valentin, coprésident de l’Union sport & cycle.

Le VTT reste le plus gros marché du cycle et poursuit sa progression avec 926 000 unités vendues (+7%). Bien qu’en recul en volume, les ventes de vélos de course se maintiennent en valeur.

La tendance négative constatée en 2015 sur les vélos et VTT enfants se confirme avec des baisses qui s’établissent respectivement à -4% et -1% Les ventes de BMX sont également en fort recul à -14%. Reste à savoir si l’arrivée de BMX à assistance électrique, qui a fait son apparition aux Etats-Unis, est en mesure de relancer ce segment.

La distribution spécialisée bien positionnée

Côté distribution la tendance 2015 se confirme. Les détaillants spécialisés cycle confortent leur leadership avec 49% part de marché en valeur et une hausse de chiffre d’affaires de 3%. Premier réseau en volume, les grandes surfaces spécialisées multisports profitent également de la bonne santé du cycle (+3% en 2016). L’effet VAE joue à plein dans ce type de distribution, qui voit son chiffre d’affaires VAE s’envoler de 11% (+4% en volume). Sur internet, les pure-players cycle continuent leur progression avec une tendance estimée à +10% environ. Les grandes surfaces alimentaires continuent de perdre du terrain face aux spécialisés avec  une baisse de 3% du nombre de vélos vendus en 2016.

Cliquer ici pour accéder à la présentation complète des chiffres du marché

Jérôme Valentin, président d'Univélo et DG de Cycleurope

Jérôme Valentin, président d’Univélo et DG de Cycleurope

A l’occasion de la publication de l’Observatoire du cycle FPS-Univélo, Jérôme Valentin, président d’Univélo et directeur  général du groupe Cycleurope, développe pour Filière Sport les raisons de sa confiance en l’avenir du marché. 

Diapositive1

P&A = pièces et accessoires

FilièreSport : quels sont les faits
marquants de l’année 2015 pour le marché du cycle ? 

Jérôme Valentin : Le premier, c’est qu’après les très fortes hausses de 2014, le marché a continué de bien  progresser en 2015. En valeur, il augmente de 4,5% en 2015 après +7,5% en 2014. En volume, après + 8,5% en 2014, on aurait pu craindre un recul en 2015 : le nombre de vélo vendus a augmenté de 0,5 %. Nous avons donc passé la marche et j’espère que nous refranchirons bientôt le seuil des 3 millions de vélos comme dans les années 2000. Le deuxième enseignement, c’est que les ventes de vélos à assistance électrique (VAE), famille qui progresse le plus (+14,5% après +37% en 2014), continuent à se développer à rythme élevé.

En nombre de vélos, le VAE ne représente pourtant qu’une faible part du marché…

Diapositive1

Les chiffres montrent que nous avons franchi un cap l’an dernier : celui des 100 000 VAE vendus, si l’on additionne les ventes au public et celles au entreprises et collectivités. On est certes loin des 535 000 VAE distribués en Allemagne (NDLR : premier marché européen du cycle avec 4,1 millions de vélos, contre 2,996 millions en France). Mais le fait que le VAE continue de se développer sur un marché mûr comme l’Allemagne (+11% en 2015) incite à l’optimisme pour un marché émergent comme la France. De plus, la pénétration du VAE a commencé par la ville et l’usage urbain représente 60 à 70% de la pratique, contre 30 à 40% pour l’usage loisirs en Allemagne. En France, c’est l’inverse. Cela explique une partie de notre retard. Or la percée du VTT électrique sur le marché français (+45% l’an dernier) confirme que le VAE est en train de pénétrer tous les usages. Enfin, le VAE fait venir au vélo des gens qui ne le pratiquaient pas ou plus. Nous vivons avec le VAE ce que nous avons connu avec le VTT à la fin des années 1980 : la vague nous portera pendant 10 ans !

Quel sont les conséquences pour le commerce de cycle ?


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :