Le projet des Liv-Lab Sport, ces espaces innovants visant à “réinventer le sport pour les publics les plus éloignés de la pratique”, lancé par le ministère des Sports fin mars dernier,  fera l’objet d’une réunion de mise en relation entre tous les acteurs, a expliqué Dimitri Grygowski, directeur adjoint du cabinet de Laura Flessel, lors d’une récente réunion de la commission “Sports de forme” de l’Union sport & cycle. (suite…)

Huit ans après une première tentative d’implantation aux Etats-Unis, l’enseigne de magasins de sport est sur le point d’y revenir avec un nouveau point de vente à San Francisco, en Californie. Une expérience très différente de la précédente.

En 2009, Decathlon avait racheté la chaîne MVP, un parc de 18 magasins dont le groupe comptait faire la tête de pont d’un futur réseau national. Six ans plus tard, l’enseigne quittait les Etats-Unis. Cette fois, plutôt que de se lancer dans un déploiement massif à l’ensemble du pays, Decathlon a pris le parti de se concentrer sur la Californie. Outre le magasin de San Francisco, l’enseigne ouvrira à l’automne prochain un site e-commerce dont le rayon de livraison ne franchira pas les frontières du Golden State. Seule exception à cette règle, le masque de snorkeling EasyBreath, étendard de la R&D de l’entreprise, sera disponible dans l’ensemble du pays.

Un seul Etat pour commencer

Cette stratégie d’implantation a pour but de « permettre à l’enseigne de se familiariser avec les codes et usages des sportifs locaux avant une expansion dans tous les Etats-Unis », précise Michel d’Humières, le directeur de la zone, dans un communiqué : « Notre venue aujourd’hui, n’a rien à voir avec notre tentative de 1999. Nous ne sommes plus les mêmes aujourd’hui, que ce soit en termes de professionnalisme ou de produits proposés. Je ne veux pas proposer au consommateur américain ce qu’il peut trouver à 500 mètres du concept store. Avec le laboratoire de San Francisco, je souhaite qu’on puisse aller à la rencontre des sportifs américains et de leurs besoins pour coconcevoir ensemble l’offre qui leur correspond ».

Un espace communautaire et de coconception

Déployé sur 800 m2  dans Market Street, une importante artère commerçante de la  métropole nord-américaine, le magasin de San Francisco ne se conformera donc pas strictement au modèle appliqué dans le reste du monde. Il se veut davantage « un espace de réflexion, de créativité et de dialogue entre vendeurs, concepteurs de Decathlon et les clients, sportifs, », explique l’entreprise : « C’est par ce biais que se fera l’adaptation de l’offre proposée, au plus près des besoins des consommateurs américains. Au départ conçu comme un lieu atypique favorisant la créativité et l’échange, il deviendra par la suite, à la fois, un lieu de vente des produits propres à l’enseigne, un espace communautaire et de coworking ». Ainsi, cette nouvelle implantation s’inscrit très clairement dans l’actuelle stratégie d’innovation ouverte et d’investissement dans le développement des produits à marques propres de l’entreprise.

Six nouveaux pays cette année

Ce retour aux Etats-Unis constitue aussi une étape importante de l’internationalisation de Decathlon, dont le développement à l’étranger s’accélère. L’enseigne vient ainsi de s’implanter en Israël, après la Colombie, le Ghana et la Suisse, plantera dans les prochaines semaines sont drapeau bleu en Australie, où le groupe nordiste a l’ambition d’ouvrir 100 magasins à terme. L’enseigne, dont le chiffre d’affaires (10 milliards d’euros hors-taxes en 2016) est réalisé aux deux-tiers à l’international, aura ouvert six nouveaux pays en 2017, après cinq en 2016.

A partir de début avril, tout le monde va pouvoir participer à la création des produits Oxylane. Le groupe ouvrira en effet Open Oxylane, une plateforme collaborative de développement de  nouveaux produits et services. Vincent Textoris, chef de projet Open Oxylane, a détaillé ce programme à Filière Sport.

Ce n’est pas un poisson d’avril mais assurément un clin d’œil, explique-t-on chez Open Oxylane. Le 1er avril prochain, Oxylane ouvrira son site internet de « co-création », une plateforme d’open innovation permettant aux internautes de proposer leurs idées de nouveaux produits ou plus simplement de participer au développement de ceux-ci. « L’idée est de créer une communauté mondiale de concepteurs d’articles de sport », explique Vincent Textoris, le chef de projet qui, au sein de la direction Innovation d’Oxylane, porte ce programme depuis deux ans. « Nous ciblons en priorité les 15-35 ans – qui sont les premiers utilisateurs des réseaux sociaux – et notamment les étudiants qui sortent de l’école », poursuit-il. Deux petits films sur Youtube, annonçant des projets théoriques (la balle de ping-pong qui ne  s’écrase jamais et le ballon de foot qui revient tout seul vers le tireur), préfigurent l’ouverture de la plateforme.

30 jours pour convaincre

Open Oxylane, dont la langue de travail sera l’anglais (car sa vocation est internationale), permettra à tout un chacun de soumettre une proposition, sous forme d’un texte court, d’images ou de vidéos, dans un boîte à idées. Pendant 30 jours, les internautes seront appelés à voter. Si, au bout de ce délai, l’idée à recueilli suffisamment de suffrages favorables, elle sera proposée aux chefs de produits des marques Oxylane concernées. Ces derniers « resteront seuls juges de l’opportunité de la développer. Mais s’ils décident de le faire, ils devront y consacrer des moyens financiers et humains », explique Vincent Textoris. Et entrer dans un processus collaboratif qui pourra se poursuivre jusqu’à la commercialisation du produit.

Contributions rétribuées

Car Open Oxylane est bien plus qu’une simple boîte à idée. La plateforme permet de


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Ispo LogoLe salon des articles de sports Ispo jouera au sein de Messe München le rôle de pilote en matière d’open innovation, une méthode de recherche et développement basé sur la mise en réseau de compétences extérieures à l’entreprise ou au secteur qui en est l’initiateur.

Messe München est en effet en train de mettre en place une plateforme d’open innovation qui permettra aux entreprises de bénéficier de l’expertise de visiteurs de différents salons qu’il organise. Via le service Ispo Open Innovation, les entreprises du secteur sport pourront ainsi associer des partenaires, professionnels ou même consommateurs, à leurs projets de développement comme coconcepteurs ou testeurs. Cette technique permet de rendre les processus d’innovation plus créatifs et plus rapides. Ispo annonce comme premiers participants à la plateforme la marque américaine The North Face et la norvégienne Kjus.