La division textile de Gore vient de fixer ses objectifs environnementaux pour 2020. Le fabricant de membranes, désireux d’une chimie plus durable, s’engage notamment à éliminer les PFC, préoccupants pour le grand public.

Son rapprochement de Greenpeace n’y est pas étranger, W.L Gore et Associés est désireuse d’une économie plus verte. Parmi ses principaux combats : l’homologation Bluesign pour 85% du volume de laminés destinés aux vêtements grand public ; la certification Oeko-Tex pour 100% des vêtements grand public ; et l’élimination des PFC, substances préoccupantes pour l’environnement et la santé.

Horizon 2023

Laissant une forte empreinte sur l’environnement, l’entreprise entend supprimer définitivement le PFC en deux étapes : d’abord une première d’ici 2020 avec une élimination des PFC sur environ 85 % des produits (vestes, chaussures, gants et accessoires) puis une seconde ayant pour ambition de les éliminer complètement des articles grand public à l’horizon 2021-2023. Pour atteindre cet objectif, Gore va mettre en place un important programme d’innovations et notamment collaborer avec les fournisseurs de sa division textile pour éliminer les PFC présents dans les agents tensioactifs utilisés pour produire le PTFE.

« Le fait de distinguer clairement le PTFE des PFC va permettre de résoudre une ambiguité de longue date sur la façon de différencier les matières inoffensives des matières inquiétantes. Nous sommes actuellement en train de développer plusieurs matières mais nos connaissances techniques actuelles indiquent que, par sa performance et sa durabilité unique, c’est le PTFE qui répond le mieux à un grand nombre d’utilisations finales, notamment les plus exigeantes », plaide Bernhard Kiehl, responsable du développement durable de la division textile de Gore. L’arrivée en magasin des premiers traitements sans PFC est prévue à l’automne-Hiver 2018.

 

 

 

 

 

 

 

 

Eider

Le 21 janvier 2016, à la veille du dernier salon Ispo, Greenpeace publiait un rapport choc sur la présence de PFC – substances chimiques présentant  des risques pour l’environnement et la santé – dans les produits pour la pratique des sports de nature. Six mois plus tard, les marques ont pris position, chacune à son rythme.

Greenpeace a fait bouger les lignes en pointant du doigt 36 produits issus de 11 marques dans lesquels elle a trouvé quantité de PFC. Utilisés pour imperméabiliser les textiles, les PFC sont des composants chimiques très volatils qui se


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Gore texLa “marque ingrédient” américaine Gore-Tex, spécialisée dans les tissus imperméables et respirants, annonce vouloir investir 15 millions de $ sur les cinq prochaines années afin de limiter son impact environnemental et l’utilisation des matières perfluorées.

Les matières perfluorées plus souvent mentionnées sous l’appellation anglo-saxonne PFC, sont reconnues pour leurs caractéristiques imperméables, rendant la pénétration de l’humidité et des graisses plus difficile dans les fibres qu’elles composent, enjeu important dans le secteur sport. Cependant, d’après plusieurs études, les PFC seraient également des perturbateurs endocriniens. Elles agiraient de façon négative sur la sécrétion d’hormones par le corps humain, avec des effets négatifs possibles à long terme.

Premiers essais non concluants

Face au débat grandissant sur l’utilisation de ces composés dans le textile, la marque Gore-Tex a décidé de limiter son utilisation, tout en essayant de garantir à ses client une déperlance efficace et durable. Les premiers essais se sont avérés non concluants puisque l’utilisation de matières non fluorées entraine une diminution rapide de la qualité de la déperlance.

Trouver de nouvelles alternatives

Face à ce constat, la marque américaine annonce vouloir trouver des alternatives aux PFC qui lui permettraient de garantir à ses clients une qualité de déperlance égale à ce qu’elle propose actuellement. Cette recherche s’inscrit dans un plan global pour lequel Gore-Tex investira 15 millions de $ de R&D sur les cinq prochaines années afin de limiter également l’impact environnemental de ses produits et de sa production.