Un jury indépendant a sélectionné  les sociétés qui exposeront dans la section Brandnew de l’Ispo Munich 2017, qui regroupe, selon le salon, « les meilleures start-up de l’industrie du sport » dans huit catégories. Parmi les vainqueurs se trouve Piq, entreprise française qui met l’intelligence artificielle au service du sport.

Parmi les 400 entreprises ayant soumis leur candidature, 42 ont été retenues pour la finale et seulement huit ont atteint le graal. Piq et son outil intelligent d’analyse des mouvements sportifs  triomphe dans la catégorie des objets connectés. L’entreprise américaine YoYo Mats qui gagne dans la section Accessoires avec un tapis de sport qui se roule lui-même lorsque l’utilisateur a fini de s’en servir, Flying Tent a raflé la mise dans celle des matériels d’été grâce à sa tente 4 en 1 qui peut aussi servir de hamac, de poncho, et même de siège. Breddy’s, Kos, Interactive Squash, Anticonf et Football for Life remportent respectivement la palme dans les catégories « Sportswear », « Style », « Fitness », « Matériel d’été » et « Responsabilité Sociale ».

Deux forfaits tout compris pour l’Ispo Munich 2017

photo-piqPiq Sport Intelligence, start-up française spécialisée dans le sport connecté, a dévoilé lors d’une conférence de presse deux outils innovants. : une “intelligence artificielle (IA) autonome” capable de discerner les gestes des sportifs et un capteur haute performance pour collecter et transférer les informations.

Après deux ans de travail pour 67 employés et une levée de fonds de 13 millions d’euros, Piq est parvenu à « rendre l’intelligence dans le sport grâce à la technologie », selon Cédric Mangaud, cofondateur de la société. Il s’agit du premier système de compréhension autonome du geste sportif. Gaia est capable d’analyser et d’enregistrer les mouvements des sportifs, puis de les identifier de façon autonome avec une précision située autour des 98%. Pour rendre possible cette identification, l’IA a « appris à apprendre ». Les sportifs sous contrat avec les partenaires de Piq (Babolat, Rossignol, North et Mobitee) se sont entrainés avec le capteur haute performance de la start-up afin de permettre à Gaia d’avoir une référence étalon, indispensable à son auto-apprentissage.

L’analyse intelligente du mouvement grâce à la technologie

Si Gaia est capable d’optimiser les données, elle serait inutile s’il n’existait pas d’outil pour les mesurer. Le capteur Piq Robot est donc constitué de deux accéléromètres, d’un gyroscope, d’un altimètre et surtout d’un micro-processeur puissant qui n’analyse pas moins de 195 000 données par minute. Un petit écran situé sur le capteur permet ensuite d’avoir en direct des informations. Piq les appelle « winning factors ». Il s’agit des données positives qui divergent des mesures habituelles de nos performances. Piq a fait le choix totalement assumé de travailler sur les points forts des sportifs. L’écran indique donc votre « winning factor » du jour, comme par exemple un service plus rapide que d’habitude au tennis, et vous permet de le partager ou le comparer avec les autres utilisateurs de la technologie. Le but est de « créer le réseau social de la performance ».

Des ambitions locales et internationales

L’entreprise, qui a des locaux aux Etats-Unis, à Taiwan et en France commercialise aussi ses produits en Espagne, Allemagne, Japon et Australie. Si la start-up française souhaite gagner des parts de marché au niveau local, son ambition avouée est de conquérir l’Asie, très friande de ce genre d’innovation. Un premier pas devrait aider Piq à accélérer son ouverture vers l’Asie puisque la société sera présente au CES Las Vegas 2017 qui est le plus grand salon de l’innovation technologique au monde.

Capteur Rossignol and PIQ

Le capteur Rossignol and PIQ

Après Mobitee dans le golf et Babolat dans le tennis, Rossignol est la troisième marque séduite par le capteur d’activité de la société suisse PIQ.

Relié à une application gratuite, ce produit, qui sera officiellement présenté au prochain salon ISPO a été dévoilé en avant première au Critérium de la première neige de Val d’Isère (73), dimanche 13 décembre 2015.

Une application récréative

Clipsé sur un scratch fixé à l’arrière de la chaussure de ski, ce capteur bluetooth et NFC, doté d’un processeur M4 équivalent à celui d’un smartphone, enregistre 13 axes de mesures : deux accéléromètres, un gyromètre, un altimètre, un magnétomètre. Le capteur permet ainsi de mesurer les virages et les sauts sous toutes les coutures. Les mesures ont été étalonnées par les meilleurs athlètes Rossignol et par des skieurs de différents niveaux. Ainsi tous les pratiquants pourront se comparer avec les Champions du monde comme avec leurs copains. « Attention, il ne s’agit pas d’une application de coaching, elle permet de s’amuser, pas de s’améliorer, précise Damien Hars, directeur marketing digital et e-commerce de Rossignol. Les moniteurs de l’ESF sont là pour ça.».

Un capteur multisport

Photo 2Chargé, le capteur reste actif pendant 6 heures de sport actif, sachant qu’il s’éteint au bout de 30 mn d’inactivité et qu’il est vendu avec un chargeur permettant de réaliser 4 charges successives sans être rebranché. Déjà proposé en précommande sur le site de PIQ, le produit sera vendu au prix de vente conseillé de 149 € pour le capteur et son chargeur USB, plus 49€ pour l’accessoire de fixation. Les deux peuvent être vendus séparément car le capteur de PIQ est multisport. L’entreprise a en effet pour stratégie de


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

BABOLAT POP - copie 2Deux ans après le lancement de sa raquette Play la marque française vient de présenter, à l’US Open, un bracelet connecté dédié au tennis. Baptisé Babolat Pop, il sera commercialisé à partir de la semaine prochaine aux Etats-Unis et du 1er décembre 2015 en Europe. 

En Europe, le bracelet sera disponible en précommande sur une plateforme dédiée dès le mois d’octobre. « Cette plateforme, qui est une première pour nous, ne fera que de la préréservation, toutes les ventes passeront par les magasins », tient à préciser David Gire, directeur commercial France de Babolat. Ainsi, le réseau de distributeurs de la marque sera préservé et encouragé à distribuer le produit.

Un public plus large

Fourni par la start-up PIQ, Pop est un capteur associé à un bracelet textile qui permet de mesurer le nombre de coups droits, de revers et de services ainsi que les effets, la puissance, la durée des échanges et le nombre de coups par minute. En localisant la prise de mesures au niveau du poignet, et non plus dans la raquette, Babolat entend « offrir une expérience connectée à tout joueur, indépendamment de son niveau, du type ou de la marque de la raquette et du niveau du joueur », explique Jean-Marc Zimmermann, chef de projet « Connected players experience » chez Babolat. Le bracelet est associé à une application communautaire ludique qui permettra notamment à chaque utilisateur de lancer des défis à ses amis.

“Porte d’entrée vers le connecté”

Vendu 89,95€ prix conseillé, contre 299€ minimum pour la Play, Pop se révèle complémentaire à la raquette tant en termes de prix que d’usages. Plus orientée performance, la Play donne en effet accès à des informations plus techniques, tels que la localisation du point d’impact de la balle sur le tamis ou la vitesse de service et la détection des volées, intégrées dans la dernière version de l’application. Une passerelle entre le bracelet et la raquette est cependant ménagée via l’application Play, où les joueurs Pop apparaîtront dans le classement mondial… Pop, qui cible notamment la clientèle des juniors, se définit ainsi comme une « porte d’entrée dans le tennis connecté », explique David Gire. Le bracelet bénéficiera en conséquence d’un réseau de distribution plus large que la Play, dont la diffusion (160 point de vente en France) reste sélective.