Ternua-Logo.lores_

Le spécialiste des vêtements techniques outdoor  (Ternua, Lorpen et Astore) vient d’annoncer un plan stratégique à 3 ans ambitieux. L’entreprise s’est fixée pour objectif de réaliser un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros en 2018. Une annonce réalisée devant ses clients et distributeurs internationaux dans le cadre de sa convention internationale des ventes à Arrasate (Guipuscoa, Espagne) et dans le Vermont (USA). 

André-Pierre Bonamy (Ternua France) à l'Ispo 2016

André-Pierre Bonamy (Ternua France) à l’Ispo 2016

Après ses 27 millions d’euros de recettes en 2014, le groupe espère donc accroître ses ventes de 13 millions d’ici à 2018, et notamment par la conquête du marché international. Celui-ci représente 33 % des revenus de Ternua qui a indiqué vouloir atteindre les 47 %. Déjà présent aux USA, au Canada, en Europe de l’ouest (France, Benelux, Allemagne, Suisse, Autriche) et sur plusieurs marchés asiatiques (Japon, Corée, Taïwan en particulier), le plan prévoit la possibilité d’établir de nouvelles alliances stratégiques avec d’autres sociétés ou marques qui pourraient apporter une valeur ajoutée au groupe.

Celui-ci a d’ailleurs réorganisé ses équipes. Aitor Barinaga a été nommé chef de l’exploitation en vue de renforcer le développement international, tandis que Sergi Ferrer est le nouveau chef de produit. Il remplace Eduardo Uribesalgo, le fondateur, qui dirige dorénavant l’équipe innovation du groupe.

OSVAvec 328 entreprises (+3%), des emplois en légère progression (5 730, +1%) et un chiffre d’affaires en forte croissance, de +10 % à 3,3 milliards d’euros, l’industrie des sports outdoor poursuit son ascension en Rhône-Alpes, indique l’Observatoire publié par Outdoor Sports Valley (OSV).

Des entreprises tournées vers l’international

Cette croissance est avant tout liée à la hausse des ventes à l’international, alors que le marché français s’essouffle. Ainsi, 60 % des entreprises ont des clients à l’étranger (9% y ont une ou plusieurs filiales). « Le développement produit est souvent réalisé en interne et la fabrication sous-traitée à un partenaire ou à une filiale à l’étranger, et c’est encore plus vrai dans le textile », complète  Rémi Forsans, le directeur d’OSV. Quelques entreprises privilégient encore le “made in France“ sur des marchés de niche à forte valeur ajoutée et à haute technicité, « mais tout dépend des produits, des marchés et des secteurs. »

Des petites structures dynamiques

Le dynamisme du secteur se traduit par des perspectives positives : 37% des entreprises ont des projets d’embauche d’ici la fin 2015 (41 % en Haute-Savoie). Cette croissance reste pérenne (53% des entreprises ont plus de 10 ans) même si le secteur reste très largement dominé par les petite entreprises :  3 sur 4 sont TPE (moins de 10 personnes), 1 sur 4 est une PME (10 à 250 salariés) et 5 sont des Entreprises de taille intermédiaire (ETI, plus de 250 salariés). Ces dernières contribuent à 66% du chiffre d’affaires et emploient 41% des effectifs de la filière outdoor. Il s’agit de Petzl et Skis Rossignol, qui ont leur siège en Isère, et Mavic, Quechua et Salomon, implantés en Haute-Savoie. La Haute-Savoie est le moteur de la région, avec 51 % des effectifs et 73% du chiffre d’affaires cumulé.

Download (PDF, 402KB)