logo-inosport

L’événement Inosport revient le jeudi 16 juin 2016 au Campus La Brunerie à Voiron (38), avec son concours d’innovation ouvert aux entreprises du sport, des loisirs, de la santé et du bien-être. Les dossiers de candidature peuvent être déposés jusqu’au 4 avril prochain.

Le concours récompense les produits innovants développés en France dans dans 5 catégories : design, équipement collectif, santé/bien-être ou prévention, services, et technologie. Un ou plusieurs prix « spécial entreprise moins de 10 salariés » seront également attribués par le Pays Voironnais et les partenaires de l’événement. Ces prix spéciaux seront assortis de dotations financières (dont le Prix Spécial du Pays Voironnais de 5 000 €) qui permettront aux lauréats d’accélérer leur développement.

Le concours est ouvert à toutes les entreprises quelle que soit leur taille (renseignements sur le site www.inosport.fr). Les prix seront remis à l’issue de la journée du 16 juin au cours de laquelle des conférences-débats et rendez-vous d’affaire seront organisés. Un showroom exposera les produits et services nommés.

La cérémonie des Ecosport Awards vient de se terminer à l’INSEP. Animée par Denis Brogniart et marquée par la présence du Secrétaire d’Etat chargé des sports Thierry Braillard, la soirée a récompensé les entreprises les plus concernées par la maîtrise de leur impact environnemental. Découvrez ci-dessous les lauréats de cette première édition:
.

– Sympatex remporte le prix  de l’éco-conception de chaussure et textile.
– Notox remporte le prix de l’éco-conception de matériel et accessoire.
– Co-rider remporte le prix de la sensibilisation des pratiquants.
– Tri-vallées remporte le prix du recyclage et de la fin de vie produit.
– Decathlon remporte le prix du bâtiment durable.
– Vaude remporte le prix du management durable.
Enfin le prix spécial du jury a été accordé à la marque française Picture organic clothing.

Voici un retour détaillé et exclusif, sur les marques et produits lauréats, qui paraîtra également dans le Filière Sport n°37 du 25 janvier prochain:


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

dans-ta-pub-lacoste-betc-life-is-a-beautiful-sport-3La marque au crocodile s’est vue attribuer le grand prix Effie France 2015, la plus grande distinction française récompensant les campagnes publicitaires les plus efficaces des annonceurs.

Réalisée par l’agence BETC (Havas Media), la campagne intitulée “Life is a beautiful sport” (la vie est un sport magnifique) est celle qui a le plus répondu aux attentes du jury, présidé par Didier Truchot (fondateur et co-président d’Ipsos).

Lancée en 2014, cette campagne, expliquent Mylène Atlan (Directrice de la communication internationale de Lacoste) et Brune Failliot (Directrice des comptes de l’agence BETC) sur la chaîne officielle du prix Effie, visait à répondre au besoin de réancrer les valeurs historiques et sportives de Lacoste, ainsi que de renouer avec la croissance. Les produits Lacoste souffraient en effet d’un positionnement incertain entre le sport et la mode et qui plus est, perçus comme plus chers qu’ils ne l’étaient vraiment. Enfin, la marque était perçue comme classique et bourgeoise.

Des retombées immédiates

Le film “La vie est un grand saut” a permis à Lacoste de retrouver de la visibilité. Devenu phénomène viral, le clip a été vu plus de 24 millions de fois sur Youtube. Une campagne print a ensuite été réalisée afin d’installer un nouveau territoire lifestyle très singulier pour l’entreprise. La campagne a immédiatement rencontré un incroyable succès : une hausse du chiffre d’affaires de 11% couplée à une augmentation de 8% des ventes en volume ont été enregistrées lors des 3 prises de paroles de la marque par rapport à 2013 (février-mars, mai-juin, novembre-décembre) ! Enfin des améliorations ont été observées au niveau de la”désirabilité” de la marque auprès des consommateurs, se traduisant par un renforcement de son identité autour des notions “me fait rêver” (+15 points), “créative et innovante” (+13 points) et “contemporaine et moderne” (+11 points)…

 

 

Dans le cadre de la rencontre Inosport, qui aura lieu le jeudi 11 juin 2015, le pays Voironnais et le cluster Sporaltec, organisent pour la troisième année un concours national valorisant une sélection d’innovations dans les secteurs du sport, des loisirs, de la santé et du bien être.

Un concours ouvert aux professionnels. . .

Ce concours est destiné aux entreprises du secteur dont les produits sont développés en France mais aussi à toutes les entreprises françaises dont les innovations peuvent être intégrées à un produit de sport, loisirs, santé et bien être.

. . . Récompensant leurs innovations

Le jury, composé de professionnels, élira sept lauréats dans les catégories suivantes : le design, l’équipement collectif, la santé, le bien être ou la prévention, les services, la technologie.
A cela s’ajoute deux prix spéciaux destinés à récompenser deux micros entreprises (moins de 10 salariés) :
– Le prix spécial Pays Voironnais, dont le lauréat recevra 5000€
– Le prix spécial Sporaltec, récompensé par 3000€

La Fédération professionnelle des Entreprises du Sport et des Loisirs (FPS) a fait ses comptes. Selon une note interne à l’organisation, le passage du taux normal de la TVA de 19,6% à 20 %, à partir de 2014, pourrait coûter 10 millions d’euros à la branche si les prix de vente “n’augmentent pas à due proportion”. 

La FPS se base sur les usages en vigueur dans les magasins de sport, qui appliquent un coefficient multiplicateur variable (selon les produits), rapport entre le prix de vente TTC et le prix d’achat hors-taxes. Selon ses calculs, l’augmentation se traduit mécaniquement par une baisse des marges des distributeurs de l’ordre 0,33 %. A l’échelle de la branche, qui réalise 7,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires TTC, cela représente une perte de l’ordre de 10 millions d’euros. Pour limiter l’impact sur les comptes des sociétés, la FPS envisage deux possibilités : partager la charge avec les fournisseurs, par le biais de la négociation commerciale, ou augmenter les coefficients multiplicateurs, c’est-à-dire les prix de vente. Une possible mise à contribution des fournisseurs qui n’a pas fini de faire parler d’elle…