Franco Fogliatto, directeur général Europe, explique sa stratégie.

Franco Fogliatto, directeur général Europe de Billabong.

Grâce à l’accord de refinancement du groupe Billabong, contracté avec le fonds d’investissement Altamont, c’est comme un souffle de renouveau qui souffle sur la marque de surf. Avec des collections rajeunies et couvrant les quatre saisons, la marque de surf se veut confiante en l’avenir. Franco Fogliatto, directeur général Europe, explique sa stratégie.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Touché par des ventes en berne en Europe (le chiffres d’affaires a chuté de 9% au premier trimestre 2013), le groupe Quiksilver veut réduire ses coûts et réaliser quelques économies d’échelle en rapatriant son activité de Quiksilver-Hossegor dans ses locaux de Saint Jean de Luz.

QuiksilverLe 5 juillet dernier, le quotidien Sud-Ouest a confirmé les rumeurs de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sur le site de Quiksilver-Hossegor, lancées au printemps dernier par le PDG de Quiksilver Europe. La veille, les 54 employés du site landais, spécialisés dans la conception et la distribution de produits techniques (combinaisons, montres, etc.) avaient reçu la visite de leur direction pour les informer que la procédure était en cours.

Certaines fonctions, comme les designers, les chefs de produits ou les logisticiens pourraient se voir présenter des mesures d’accompagnement de recherche d’emploi, de mutation ou de reconversion. Il est toutefois aujourd’hui difficile de connaître le nombre de salariés impactés par ce plan, tout comme les mesures concrètes proposés par la direction. Le PSE doit en effet être discuté avec les représentants du personnel, pour avis, avant d’être annoncé aux salariés concernés. Les partenaires sociaux ont déjà indiqué qu’il était impossible de commenter ces mesures tant que les négociations n’auraient pas aboutis.

Cette possible fusion des activités de Quiksilver sur un seul site n’est pas sans rappeler le PSE lancé début juin 2013 par Oxbow, dont les activités logistiques devraient être reprises par la plate-forme du groupe Lafuma, sa maison mère. L’industrie du surf, malmenée depuis quelques années, opère ainsi une lente mutation, basée sur une rationalisation des coûts ou sur un recentrage de son activité.