TretornLa filiale du groupe Kering, qui se recentre sur ses marques Puma et Cobra Golf, a annoncé la cession des droits sa marque suédoise d’outdoor Tretorn au groupe états-uniens Authentic Brands.

Authentic Brands Group (ABG) est notamment propriétaire de la marque d’arts martiaux Tapout. Le management de Tretorn va acquérir la licence de cette marque sur le marché européen. Tretorn est principalement fabricant de bottes en caoutchouc et bottes de cheval, de vêtements de pluie, ainsi que de chaussures et balles de tennis.

KERINGDirecteur opérationnel du pôle Sport & Lifestyle de Kering, où il est plus particulièrement en charge des marques Electric et Volcom, Todd Hymel est nommé à partir du 1er juillet directeur des marques d’Action sports, poste nouvellement créé.

Todd Hymel aura pour mission de renforcer la présence de Kering aux Etats-Unis, notamment sur la Côte Ouest et d’accroitre le développement, l’expansion de Volcom et Electric, qui annonçait début mars l’arrivée d’Etienne Pinon comme nouveau directeur des ventes Europe, à travers le monde.

Basé à Costa Mesa, en Californie, il travaillera en lien avec les directeurs de chaque marque et sera rattaché à Jean-François Palus, directeur général délégué de Kering, qui supervise notamment le pôle Sport & Lifestyle et s’occupe principalement de Puma. 

La marque Puma, filiale du groupe Kering présidé par le français Francois-Henri Pinault, vient d’annoncer l’arrivée du surfer Kelly Slater comme ambassadeur de Cobra Puma Golf.
Le surfer aux onze titres mondiaux rejoint l’équipe des ambassadeurs internationaux de la marque Puma. Excellent golfeur et pratiquant régulier, il représentera les équipements Cobra Golf.
Kelly Slater arborait son nouvel équipement du 12 au 15 février 2015, lors de l’AT&T pro-AM à Pebble Beach en Califronie.

Le groupe va créer une entité dédiée spécialisée dans “l’eyewear” commune à toutes ses marques (luxe, haut de gamme et sport). Sous la responsabilité de Roberto Vedovotto, ancien dirigeant du fabricant de lunettes Safilo, cette structure permettra à terme à Kering “de contrôler entièrement la chaîne de valeur” de ses activités de montures et de lunettes de soleil : création, développement produits, approvisionnements, marketing et commercial.

L’objectif affiché est de “soutenir davantage les marques du groupe dans l’accélération de leur développement de la catégorie Eyewear“. Kering, qui possède notamment Puma, estime son volume actuel d’activité dans l’eyewear à 350 millions d’euros, ce qui en fait un des cinq leaders mondiaux du secteur. Sur 11 de ses marques présentes dans la catégorie, 9 le sont dans le cadre de licences avec des partenaires différents, générant environ 50 millions d’euros de royalties.

Une intégration progressive


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Lars Soerensen, arrivé à la fin de l’année 2013, est nommé directeur des opérations de Puma. Ancien de chez Adidas, Esprit et Lego, il occupait, avant d’intégrer Puma, le poste de directeur de l’exploitation pour la marque danoise de vêtements Bestseller.

Côté production, Jürgen Wormser est nommé directeur monde sourcing et développement. Egalement passé par Adidas, Jürgen Wormser apporte 36 ans d’expérience au sein de l’industrie de la chaussure, notamment en tant que directeur d’usine. Installé à Ho Chi Minh Ville, au Vietnam, il devra veiller au respect des objectifs d’approvisionnement des matières premières et de la production mondiale des chaussures de la marque. Il succède à Holger Rosemann, qui a quitté Puma fin octobre 2013.

Le groupe Kering a publié le 21 février 2014 des résultats 2013 contrastés avec une demande de produits de luxe en légère diminution mais toujours forte et des marques de sport, dont Puma, qui peinent encore à renouer avec la croissance.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Bjoern Gulden, directeur général de Puma (à g.) et  Ivan Gazidis, directeur de l'Arsenal Football Club

Bjoern Gulden, directeur général de Puma (à g.) et
Ivan Gazidis, directeur de l’Arsenal Football Club.

Fini les maillots Nike. A compter du 1er juillet 2014, Puma deviendra l’équipementier officiel d’Arsenal FC pour l’entrainement et les matchs de l’ensemble des équipes du club anglais. 

Ce partenariat devrait permettre à chacune des parties de tirer profit de la notoriété et savoir-faire de l’autre, grâce notamment à l’introduction de technologies innovantes dans les vêtements de la marque de sport, des tournées internationales et des activités marketing communes. Puma pourra bénéficier de la célébrité d’Arsenal, de son importante communauté de fans et de sa réputation pour mettre en valeur ses produits « performance ». La marque, détenue par le groupe Kering, a également obtenu l’ensemble des droits de licence pour le développement des produits dérivés sous la marque Arsenal à travers le monde.

Ce nouvel accord commercial représente un retour en force de Puma dans le monde du sport, que la marque avait petit à petit délaissé au profit du prêt-à-porter et de la mode. Ce retour affiche également une volonté de concurrencer les leaders du marché, Nike et Adidas, initialisée par la prolongation du partenariat de Puma avec la Fédération italienne de football (FIGC), la signature d’un partenariat avec le Borussia Dortmund et le renforcement de son portefeuille de joueurs avec notamment Sergio Agüero, Cesc Fàbregas, Mario Balotelli, Radamel Falcao, Olivier Giroud et Yaya Touré.

 

A l’occasion de la publication de ses résultats trimestriels, Puma a annoncé le lancement d’une nouvelle “plateforme de marque” en 2014. 


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Au troisième trimestre 2013, le pôle Sport & Lifestyle du groupe Kering a enregistré un chiffre d’affaires en légère baisse de -0,9% en comparable, impacté par la performance de Puma dans la catégorie chaussures et ce, malgré la progression des ventes d’accessoires et de vêtements. En effet, sur ce trimestre, les ventes de Puma affichent une baisse de 0,8% en comparable.
La marque enregistre de meilleures performances au détail (+6%), portées par l’ensemble des canaux de distribution en propre (magasins, outlets et Internet).
Si l’activité est en croissance en Amérique du Nord, elle reste toutefois encore en baisse en Europe de l’Ouest.
Quant à l’activité de la marque de glisse Volcom, elle progresse de 2% sur le trimestre, dynamisée notamment par la performance de sa nouvelle ligne de chaussures.

Réorganisation

Le groupe a par ailleurs annoncé avoir franchi de « nouvelles étapes dans la mise en œuvre de son plan de transformation » de la marque. Il a notamment procédé à de nouvelles fermetures de magasins Puma dont la rentabilité était insuffisante et nommé un nouveau directeur artistique. Une nouvelle organisation géographie et une réduction du nombre de références sont également en cours.

 

 

PUMATRAC_iPhone5_loginDisponible depuis le 23 septembre dernier, l’application iphone Pumatrac analyse l’influence des conditions externes sur les performances de course à pied, comme la météo ou même la musique écoutée pendant l’effort. Baptisée Pumatrac, l’application utilise principalement des données comme la phase lunaire, la météo, le lieu, l’altitude, la playlist, l’heure de la journée, le jour de la semaine, la saison et l’activité des médias sociaux. L’agrégation de ces données permet ensuite de déterminer les conditions idéales pour aller courir. Et après la course, l’appli donne un résumé sur la distance parcourue, des informations personnalisées et les différents gains de performance obtenus en fonction de la météo et de l’heure de la journée.

Rester connecté à ses amis et…à un magasin

L’application permet également de partager ses résultats et ses itinéraires ainsi que de détecter quelques itinéraires de course adaptés par localisation GPS, quel que soit l’endroit où le coureur se trouve. Pumatrac dispose également de fonctionnalités plus classiques : distance, GPS, compteur de calories, intégration à leur playlist et suivi de leur performance dans le temps. Véritable outil de communication pour inciter à l’achat, elle intègre aussi quelques-uns des derniers produits de course à pied de la marque et permet de localiser le magasin le plus proche.

 

 

Puma Usain BoltLa marque du groupe Kering a reconduit son contrat avec “l’homme le plus rapide du monde”, Usain Bolt jusqu’aux Jeux Olympiques de Rio, en 2016. L’athlète s’entraîne et court en Puma depuis 2003. La marque précise que son champion sera au coeur de ses initiatives marketing “en 2014 et au delà”.

puma_logoLa marque d’articles de sport du groupe Kering a enregistré un chiffre d’affaires de 1,47 milliard d’euros au premier semestre 2013, en recul de – 6,1 % par rapport au premier semestre 2012 (- 3,1 % hors effets de change). Le résultat opérationnel régresse de 26,1 %, à 110,1 millions d’euros,  le résultat net tombe à 67,8 M€, en baisse de 32,6 %.

En termes de produits, seule la division accessoires est en hausse (+ 10,9 % contre – 7,3 % pour la chaussure et – 6,8 % pour les vêtements). Par régions, les Amériques se maintiennent à +0,2 % hors effets de change (- 2,3 % avec effets devises) mais l’Europe Moyen-Orient Afrique régresse de 5,7 % (- 4,8 %) et l’Asie-Pacifique de 13,1 % (- 5 %).

Nommé directeur artistique global de Puma, Torsten Hochstetter, 46 ans, prend ses fonctions ce lundi 15 juillet 2013.

Basé à Herzogenaurach, au siège du groupe, Torsten Hochstetter, sera chargé du style et de la création des collections Sport Performance et Sport Lifestyle, sur toutes les catégories de produits, y compris la chaussures, les vêtements et accessoires.

Avant de rejoindre Puma, Torsten Hochstetter exerçait la fonction de directeur artistique chez O’Neill, après avoir exercé des fonctions similaires chez Adidas en Allemagne, aux Etats-Unis et au Japon.

Redisport270613Ils étaient encore 32, ce jeudi matin 27 juin à Paris pour parler de l’avenir du secteur sport et de sa modernisation. Les patrons et représentants des principales marques et enseignes de sport (*) ont pu faire un nouveau point sur l’avancement des travaux collaboratifs ECR Sport et l’activité de la plate-forme automatisée REDISport.

Grâce à l’adhésion d’ECR Sport à ECR France, le chantier « indicateurs partagés » rendra ses premiers délivrables dès le mois d’octobre prochain. Côté automatisation des échanges, l’assemblée s’est félicitée d’une augmentation significative des flux depuis 6 mois : 30 % d’abonnés en plus, doublement des catalogues téléchargés et 6 fois plus de commandes échangées pour un total de 38 000 messages sur les 12 derniers mois. Enfin, l’arrivée d’une dizaine de nouveaux abonnés sur la plate-forme a été programmée pour la fin de l’année.

Quelques réactions prises à chaud par l’équipe de Filièresport à la sortie de la réunion :

Alain Pourcelot, Adidas (abonné REDISport) : « Le projet avance de façon concrète et je m’en réjouis. Je tiens sincèrement à féliciter tous les acteurs qui contribuent à cet avancement ».

Stéphane Grimault, Groupe Royer (pas encore abonné) : « Nous partageons la vision du projet. Chez nous, il n’y a plus qu’à desserrer le frein à main pour la mise en œuvre concrète ».

François Bouche, Intersport (abonné) : « Les fondamentaux sont présents, la dynamique est bonne, l’outil est en ordre de marche. Je souhaite maintenant que la montée en charge se fasse vite. »

Eric Dexperts Lestapis, Na Pali Quiksilver (pas encore abonné) : «  Cette réunion m’a permis d’avoir une bonne vision de l’initiative et le témoignage d’autres marques abonnées est un bon élément pour nous pour aller de l’avant. »

Fabien Ratisseau, Nike (abonné) : « Une grosse énergie se dégage du projet au sein d’un secteur qui conserve une belle marge de progression. »

François Benaben, Skis Rossignol (pas encore abonné) : « J’ai apprécié cette rencontre. REDISport est l’avenir du secteur. Il faut y aller. Une fois hiérarchisées nos priorités, à nous de mobiliser les ressources en interne. »

Yannick Morat, Sport 2000 (abonné) : « Nous attendons maintenant l’arrivée de nouveaux fournisseurs sur REDISport. On est tous convaincu de l’intérêt de l’outil et plus on sera nombreux, plus il sera efficace. »

* Adidas, Asics, Babolat, Columbia, Groupe Go Sport, Groupe Royer, Head, Intersport, Kappa, Le Coq Sportif, Mizuno, Nike, Puma, Na Pali Quiksilver, Skis Rossignol, Sport2000, The North Face.

Andy Koehler, directeur des opérations de Puma

Andy Koehler, directeur des opérations de Puma

Andy Koehler, 56 ans, ancien directeur général d’Adidas Hong Kong et ex-patron du  sourcing du Groupe Adidas, rejoindra Puma comme directeur des opérations le 1er juin prochain en remplacement de Klaus Bauer. Aux côtés de Björn Gulden, qui prendra ses fonctions de directeur général de Puma le 1er juillet, il intégrera les fonctions du précédent directeur de la chaîne d’approvisionnement de Puma.

Après une mauvaise année 2012, la marque du groupe Kering (PPR) accuse une baisse de 2,3 % de ses ventes au premier trimestre 2013 et même de 4,8 % en Europe. Les accessoires (- 11,90 %) et la chaussure (- 7,8 %) sont les produits qui baissent le plus, derrière les vêtements (- 1,1 %)

Pourtant, c’est en levant partiellement le pied sur le lifestyle – la mode – que Puma entend rebondir.Du moins en termes d’image. La marque entend désormais mettre l’accent sur l’innovation – comme dans le running où il vient de lancer la chaussure Mobium – et renforcer la part de produits inspirés de son offre performance, au détriment de la mode d’actualisation. La répartition des ventes (60 % lifestyle, 40 % performance) ne devrait toutefois pas être affectée, car les articles mode restent fondamentalement plus rentables. Le groupe va parallèlement concentrer ses investissements marketing sur le football et le running, avec un nombre limité de partenaires et revoir ses partenariats dans le rugby et dans la voile.

Au premier trimestre 2013, le Pôle Sport & Lifestyle du groupe Kering (ex-PPR) enregistre un chiffre d’affaires en repli de 2,5% en comparable, impacté par un contexte économique difficile dans le secteur de l’habillement et des articles de sport, particulièrement en Europe de l’Ouest.

Le chiffre d’affaires du pôle Sport & Lifestyle atteint 849 millions d’euros sur le trimestre, en recul de 4,9 % à périmètre courant. Puma et Volcom ont enregistré des performances très satisfaisantes dans leurs magasins en propre, contrebalancées par des ventes plus en retrait en vente en gros.

Sur le trimestre, les ventes de Puma affichent une baisse de 2,3% en comparable. Les accessoires ont enregistré une forte croissance de 12% sur le trimestre, portés par la performance remarquable de Cobra Puma Golf. L’Habillement résiste bien. La catégorie chaussures reste quant à elle toujours affectée par un contexte difficile sur ses principaux marchés, notamment en Italie et en France.

Bon démarrage des Puma Mobium

Puma a poursuivi la mise en œuvre de son plan de transformation qui a mené à la fermeture de 45 magasins non rentables au cours du trimestre, principalement en Europe. Le reste du réseau retail a enregistré de bonnes performances témoignant de la force et de l’attrait de la marque.
Par ailleurs, Puma continue de renouveler ses gammes de produits, avec un accent mis sur la catégorie running en sport performance. La nouvelle ligne de chaussures Puma Mobium très innovante a été lancée en mars et les tendances de vente sont très favorables.

Le Suédois Björn Gulden, 47 ans, est nommé  directeur général du groupe allemand Puma, filiale de Kering (ex-PPR). Sa nomination prendra effet au 1er juillet 2013. Björn Gulden succède à Franz Koch, qui a quitté l’entreprise à la fin du mois de mars.

Depuis le début de l’année 2012, Björn Gulden est directeur général de la marque de joaillerie danoise Pandora. De 2000 à 2011, il a été directeur général de Deichmann, premier détaillant de chaussures en Europe, et a exercé en parallèle les fonctions de DG de Rack Room Shoes et de Président de Off Broadway Shoes, deux filiales américaines du groupe allemand. Björn Gulden avait occupé auparavant plusieurs postes de direction au sein de la marque de vêtements outdoor Helly Hansen et de l’équipementier sportif Adidas, pour lequel il a été notamment directeur pour le textile et les accessoires.

Ancien footballeur professionnel ayant joué notamment en ligue 2 allemande dans l’équipe du FC Nuremberg, Björn Gulden a fait des études de management en Norvège et a obtenu un MBA de la Babson Graduate School of Business de Boston. Il parle norvégien, anglais et allemand, et sera basé à Herzogenaurach, au siège de Puma.

Nike, Adidas et Puma sont, dans l’ordre, les trois groupes qui figurent au classement mondial des Champions Industriels des produits de consommation 2013 établi par la société de conseil Deloitte sur la base des chiffre d’affaires des entreprises.

Nike domine ses rivaux au 27è rang, avec un chiffre d’affaires de 24,1 milliards de $ en 2011, en croissance de 15,7 % (+ 8,1 % de taux de croissance annuel moyen entre 2006 et 2011). Adidas est 37è à 18,6 Mds $, avec une croissance de 11,3 % en 2011 et de 5,8 % en moyenne sur cinq ans. Loin derrière, Puma, 180è, affiche un CA de 4,3 Mds $, en augmentation de 11,2 % (+ 4,9 % en moyenne sur cinq ans). Nike et Adidas sont également les deux premières sociétés d’équipement de la personne, où le groupe VF Corp (Lee, Wrangler, Timberland, Vans, The North Face…) arrive quatrième derrière le groupe de luxe Richemont.

Recentré sur le luxe et le sport, le groupe PPR a annoncé le 15 février 2013 une croissance de son chiffre d’affaires (+10,6% en comparable) et de son résultat net (+28,2%) pour l’année 2012. Le pôle lifestyle (Puma, Volcom, Electric) affiche une baisse de son résultat opérationnel de -12,1% malgré une hausse de son CA de +11,9%.

Le groupe PPR a publié ce vendredi 15 février 2013 de bonnes performances pour l’ensemble du groupe, délesté de la Fnac et La Redoute. Le chiffre d’affaires a progressé de 10,6% en 2012, atteignant 9,7 milliards d’euros et le résultat opérationnel courant de 19,3%, à 1,8 milliard. La marge opérationnelle subit toutefois un léger recul à 18,4% du CA (-0,2 point). Quant au résultat net part du groupe récurrent, il a bondi de 28,2%, à 1,2 milliard d’euros. De bonnes performances, tirées par l’ensembles des marques de son pôle luxe (Gucci, Bottega Veneta, Yves Saint Laurent, Balenciaga, Stella Mac Cartney, etc.). Ce dernier enregistre en effet une croissance à deux chiffres dans toutes les zones géographiques, excepté au Japon (+9%).

Pas de calendrier pour Puma

Moins spectaculaire que le luxe de part les résultats de Puma, le pôle sport et lifestyle a vu son chiffre d’affaires augmenter de 3,3% en comparable, à 3,53 milliards d’euros, soit un résultat opérationnel courant de -12,1%. Puma, dont les comptes publiés la veille annonçaient une augmentation du chiffre d’affaires de +8,7% (+3,9% en comparable), à 3,27 milliards d’euros, représente 95% du CA de ce pôle Sport & Lifestyle. « Même si les résultats sont décevants, notamment en Europe de l’Ouest (30% du CA de la marque, NDLR) nous n’avons pas de calendrier déterminé pour mener Puma vers la croissance », tentaient de rassurer François-Henri Pinault et Jean-François Palus, à l’annonce de ces résultats.

Un nouveau management

S’il assure que Jean-François Palus, actuellement à la tête de Puma par intérim, ne deviendra pas le futur directeur général de la marque, François-Henri Pinault, PDG du groupe PPR, a assuré pouvoir annoncer les noms de la nouvelle équipe managériale au printemps prochain. « Ses priorités seront de repositionner la marque aussi bien dans le sport que le lifestyle, donner une cohérence à son organisation jusque là désorientée par le rachat de ses licenciés et dynamiser l’innovation tant sur le plan du design que de la distribution en magasin », a-t-il annoncé ce matin.

Pas de rachat tant que Puma ne sera pas redressé

La distribution sur internet et dans ses magasins propres fera également l’objet d’une attention particulière. « Puma reste le socle de notre pôle sport & lifestyle, notre premier objectif est de la remettre sur les rails de la croissance avant de reprendre les projets d’acquisition d’autres marques de sport », a-t-il annoncé. « Nous sommes confiants pour les échéances sportives de 2014, avec une collection foot prometteuse ».

Le groupe PPR a confirmé ses ambitions de répartition de ses activités (60% luxe et 40% sport & lifestyle) et évoqué vouloir renforcer à long terme son activité outdoor. Le groupe mise alors sur Electric et Volcom, dont une nouvelle collection de chaussures sera disponible à l’automne prochain, en cobollaboration avec Puma. Ces deux marques ont enregistré un chiffre d’affaires de 261 millions d’euros en 2012, pour un résultat opérationnel courant de 15 millions d’euros.

Joël Clergiot