Au terme de six années de collaboration avec Repreve, producteur de fibre à partir de bouteilles en plastique, la marque de surf Quiksilver a recyclé plus de 100 millions de bouteilles en plastique pour en faire des boardshorts et autres vêtements de surf.

Objectif 100 % de fibre Repreve

(suite…)

Suite à la disparition en mer de son chief executive officer (directeur général) Pierre Agnes, la semaine dernière, le groupe Boardriders (notamment propriétaire de la marque de surf Quiksilver) a annoncé le 6 février 2018 plusieurs nominations. 

Dave Tanner, actuel chief turnaround officer, assume le rôle et les responsabilités de chief executive officer (CEO) à compter d’aujourd’hui. Comme annoncé précédemment, Dave Tanner devait devenir CEO dans les prochains mois, une fois l’acquisition de Billabong International effective. “La nomination de Dave comme CEO était une transition de leadership que Pierre avait souhaitée et encouragée, et qui avait été validée par toute la direction de Boardriders“, précise le groupe. Dave Tanner déclare : “Nous sommes tous endeuillés par la perte tragique et soudaine de notre ami Pierre Agnes. Nous sommes unanimement engagés à honorer la mémoire de Pierre en poursuivant nos efforts pour le renouveau et le développement du groupe Boardriders. Bien qu’il soit impossible de remplacer l’esprit de Pierre, notre groupe compte de nombreux collaborateurs talentueux et créatifs qui continueront à nourrir cette culture d’entreprise unique, à tirer parti de nos réussites passées et à réaliser nos objectifs futurs.

L’acquisition de Billabong n’est pas remise en cause

Thomas Chambolle, actuel directeur financier Monde, se voit confier également les responsabilités de président par intérim de Europe, Moyen-Orient, Afrique. “Thomas a été un partenaire très proche de Pierre au cours des dernières années et est particulièrement qualifié pour assurer la transition en Europe”, commente Boardriders. Greg Healy conserve, quant à lui, son rôle de président Monde et président de la région Asie-Pacifique.

Boardriders réaffirme enfin son engagement pour mener à terme l’acquisition de Billabong International Ltd. Comme annoncé précédemment, l’acquisition est soumise à certaines conditions de clôtures habituelles. Elle devrait se finaliser au cours du premier semestre 2018.

 

Boardriders Inc., le groupe propriétaire des marques outdoor et lifestyle Quiksilver, Roxy, et DC Shoes, a annoncé aujourd’hui la signature d’un accord pour acquérir l’intégralité des actions de Billabong International Ltd. (ASX:BBG).

Le groupe Boardriders associé à Billabong devient ainsi le leader mondial de l’Action Sport avec plus de 7,000 revendeurs répartis dans plus de 110 pays, une plateforme d’ecommerce disponible dans 35 pays, et plus de 630 magasins dans 28 pays. Cette acquisition permet d’intégrer des marques emblématiques comme Billabong, RVCA, Element, VonZipper, et Xcel venant s’ajouter à celles du groupe Boardriders. Le nouveau groupe aura ainsi “une activité très diversifiée et proposera à tous les passionnés des sports de glisse des lignes de produits innovants et de nombreux événements fédérateurs. Ce rapprochement permettra également de renforcer les partenariats avec nos clients professionnels et les fournisseurs, et d’investir davantage dans les marques et dans l’industrie de l’action sport en général“, précise un communiqué.

Pierre Agnes président du groupe

A l’issue de la transaction, Dave Tanner, actuellement managing director d’Oaktree et chief turnaround officer de Boardriders, deviendra chief executive officer (CEO) de Boardriders. Pierre Agnes, actuellement CEO de Boardriders, deviendra président de Boardriders. Il conservera son siège au conseil d’administration et participera activement à l’intégration des deux groupes. Dave Tanner explique : “ Le rapprochement de ces deux acteurs majeurs de l’Action Sport, incluant un large portefeuille de marques iconiques dotées d’un héritage puissant dans le surf, le snow et le skate, est très excitant pour nous tous qui partageons la passion des sports de glisse. Nous ferons tout pour préserver l’autonomie, la créativité et la culture unique de chacune des marques tout en mettant en place notre savoir-faire opérationnel pour accélérer leur croissance à l’échelle globale. ” Avec l’appui de Oaktree Capital Management, le groupe Boardriders a amélioré ses performances opérationnelles et financières depuis le début de son redressement en février 2016. Le groupe a rationnalisé sa distribution et sa structure de coûts, repensé le développement de ses produits, et investi dans une série d’initiatives pour redynamiser les marques et le développement de l’ecommerce. Ce redressement réussi offre à présent l’opportunité pour les marques du groupe Billabong et d’intégrer la plateforme globale de Boardriders afin d’accélérer leur croissance.

QuiksilverPlacé sous la protection de “Chapter 11” (loi sur les faillites des Etats-Unis permettant aux entreprises de se réorganiser) en septembre 2015, le Groupe Quiksilver a vu son plan de restructuration validé par le tribunal compétent du district de Delaware. L’entreprise de gestion d’actifs spécialisée dans les stratégies d’investissement alternatives Oaktree entre dans le capital, et deviendra actionnaire majoritaire une fois la restructuration terminée.

Quiksilver a connu une année 2015 extrêmement difficile sur le territoire américain. Sa valeur boursière a notamment baissé de 79 % entre janvier et décembre tandis que ses ventes ont chuté de 13 %. Au total, selon le quotidien Le Monde, la dette du Groupe est estimée à 826 M$ ; soit 3 fois son chiffre d’affaires.

Oaktree doit fournir 175 M$ afin de lui permettre de se restructurer et de pérenniser ses activités, comme l’explique Pierre Agnes, PDG du Groupe : “Cette décision marque un nouveau départ pour l’ensemble du Groupe qui sort renforcé de cette procédure. Quiksilver dispose d’activités rationalisées et d’un bilan financier assaini sous la conduite d’une équipe de direction expérimentée. Le plan de restructuration que nous avons mis en place aux Etats-Unis nous dote de bases financières solides et de long-terme, à lahauteur de nos ambitions pour le développement de nos marques et le maintien denotre place d’entreprise leader du marché de l’action sport. Dans ce contexte, nous accueillons un nouvel actionnaire d’envergure mondiale, Oaktree Capital, qui apportera à Quiksilver sa vision stratégique et son expérience opérationnelle“.

La procédure de “Chapter 11” prendra fin officiellement aux alentours du 8 février. Une fois le plan de restructuration achevé, Oaktree convertira ses titres de créances en une prise de participation majoritaire au capital de l’entreprise.

Quiksilver
Le Groupe Quiksilver engage la restructuration financière et opérationnelle de ses activités aux Etats-Unis dans le cadre de la loi de protection américaine dit Chapter 11.
Cette procédure permet de restructurer financièrement une entreprise surendettée, en gelant ses dettes le temps de la négociation avec les créanciers sans interrompre l’activité. Déposée dans le Delaware, la procédure Quiksilver a ainsi “a pour objectif de restaurer durablement la profitabilité des entités américaines” du Groupe Quiksilver qui “continueront à fonctionner normalement“, communique l’entreprise. Quiksilver précise que “les activités de Quiksilver en Europe et en Asie-Pacifique ne sont pas concernées par cette procédure exclusivement américaine“. Quiksilver ne sera plus coté à la Bourse de New-York et s’appuie désormais sur de nouveaux investisseurs, le fonds Oaktree Capital et Bank of America, qui apportent quelque 175 millions de dollars.

Quiksilver Inc a annoncé ce vendredi 27 mars 2015 plusieurs changements au sein de sa direction et de son conseil d’administration, prenant effet le jour même.

Le Français Pierre Agnes, jusqu’alors président de Quiksilver Inc., est promu PDG du groupe et rejoint le conseil d’administration. Il succède à Andy Mooney, qui quitte la société. Pierre Agnes est présent depuis 27 ans dans l’entreprise, dont il a notamment dirigé la filiale Europe.

Greg Healy, actuel président de la région Asie-Pacifique, est nommé président de Quiksilver Inc en remplacement de Pierre Agnes. Bob McKnight, cofondateur du groupe, est quant à lui élu président du conseil d’administration.

Thomas Chambolle, directeur financier zone Europe Afrique Moyen-Orient, est par ailleurs nommé directeur financier Monde.

Nommé en 2013, Andy Mooney est parvenu à redresser l’entreprise mais pas à relancer les ventes, en recul au cours du dernier exercice (clos fin octobre 2014) et du premier trimestre de l’exercice en cours.

Pierre Agnes nouveau PDG de Quicksilver, Inc

Pierre Agnes, nouveau PDG de Quicksilver, Inc.

RoxyBiotherm1 - copieLa marque de surfwear femme Roxy (groupe Quiksilver) lance avec les cosmétiques Biotherm un tour de cou qui préserve des effets du froid : dessèchement et irritations de la peau.

Le concept repose sur la technique de micro-encapsulation, qui consiste à incorporer dans le tissu des capsules miniatures permettant de libérer progressivement, au contact de la peau, des molécules actives. La formule adoucissante est en l’occurrence composée de beurre de karité,  d’huile d’abricot et de vitamine E antioxydante. L’idée est née au cours d’un « débrief » avec les athlètes et snowboard de ski Roxy à la fin de la saison 2013. Le tour de cou est le premier produit d’une gamme baptisée Enjoy&Care qui sera également développée au sein des autres marques de Quiksilver.

Roxy, la marque féminine du Groupe Quiksilver, a confié la conception, production et de commercialisation de ses skis de freeride et freestyle sous licence à la société The Faction Collective, qui a créé à cet effet une division dédiée, Full Stack Supply Co. Celle-ci vient de se doter d’une force de vente dans 5 marchés d’Amérique du Nord et 9 régions d’Europe, dont le sud-ouest de la France, confié à Gregory Fourcade. The Faction Collective a été créé en 2006 par un groupe de free skieurs, qui opère depuis différents sites (Verbier, en Suisse, Breckenridge, dans le Colorado et Shoreditch, au Royaume-Uni) et collabore notamment avec le free skieur français Candide Thovex.

Le groupe Quiksilver a signé un accord en vue de céder les 51% qu’il détient dans le site britannique de vente en ligne Surfdome à son concurrent d’origine australienne Surfstitch.

La cession doit rapporter 16 millions de dollars à Quiksilver en liquidités. L’opération, qui reste conditionné à la réalisation par Surfstitch du rachat des intérêts minoritaires de Surfdome, devrait aboutir avant la fin de l’année 2014. En cédant sa participation dans Surfdome, Quiksilver poursuit sa stratégie de recentrage sur son coeur de métier. Surfdome continuera de vendre les produits Quiksilver, Roxy et DC, marques du groupe Quiksilver, pendant aux moins deux ans.

Surfstitch, récemment repris par ses fondateurs suite à la cession des parts de Billabong, augmente pour sa part son chiffre d’affaires d’environ 60 millions de dollars (12 mois arrêtés fin octobre 2014). Présent en Australie, en Europe et en Amérique du Nord, le groupe envisagerait une introduction en Bourse.

Nouvelle étape du passage de témoin chez Quiksilver : Bob McKnight, cofondateur et executive chairman, quitte cette fonction tout en restant directeur. Andy Mooney, recruté comme chief executive officer (directeur général) en 2013, prend également les fonctions de président du conseil d’administration et Pierre Agnes, directeur général de Quilksilver Europe, est nommé président de l’entreprise.

QuiksilverQuiksilver a publié un résultat net consolidé  de – 232,6 millions de dollars sur son exercice clos le 31 octobre 2013, contre – 10,6 millions l’année précédente. Le chiffre d’affaires s’établit à 1,81 milliard de dollars, en baisse de 6 % hors effets de change.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

A l’image d’un centre commercial classique, avec offre de services, personnal shopper ou encore une carte cadeau, One Nation Paris, à Clayes-sous-Bois (78), veut casser l’image peu prestigieuse des villages de marques. Le centre commercial ouvrira ses portes au public le 4 décembre 2013 et ambitionne de devenir le plus luxueux des centres commerciaux outlet de France.

One nation paris BDContrairement aux centres commerciaux parisiens, comme So Ouest, à Levallois-Perret et Beaugrenelle, dans le 15ème arrondissement de Paris, où les magasins de sport ont boudé les emplacements, One Nation Paris, a su les séduire. Installé sur deux niveaux, le rez-de-chaussée est dédié aux marques de mode, streeetwear et sport, le deuxième niveau, au luxe et à la maison. Le 4 décembre prochain, seules 80 boutiques sur les 112 ouvriront leur porte. Parmi elles, sept magasins de sport. Un huitième est attendu au printemps 2014.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Touché par des ventes en berne en Europe (le chiffres d’affaires a chuté de 9% au premier trimestre 2013), le groupe Quiksilver veut réduire ses coûts et réaliser quelques économies d’échelle en rapatriant son activité de Quiksilver-Hossegor dans ses locaux de Saint Jean de Luz.

QuiksilverLe 5 juillet dernier, le quotidien Sud-Ouest a confirmé les rumeurs de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sur le site de Quiksilver-Hossegor, lancées au printemps dernier par le PDG de Quiksilver Europe. La veille, les 54 employés du site landais, spécialisés dans la conception et la distribution de produits techniques (combinaisons, montres, etc.) avaient reçu la visite de leur direction pour les informer que la procédure était en cours.

Certaines fonctions, comme les designers, les chefs de produits ou les logisticiens pourraient se voir présenter des mesures d’accompagnement de recherche d’emploi, de mutation ou de reconversion. Il est toutefois aujourd’hui difficile de connaître le nombre de salariés impactés par ce plan, tout comme les mesures concrètes proposés par la direction. Le PSE doit en effet être discuté avec les représentants du personnel, pour avis, avant d’être annoncé aux salariés concernés. Les partenaires sociaux ont déjà indiqué qu’il était impossible de commenter ces mesures tant que les négociations n’auraient pas aboutis.

Cette possible fusion des activités de Quiksilver sur un seul site n’est pas sans rappeler le PSE lancé début juin 2013 par Oxbow, dont les activités logistiques devraient être reprises par la plate-forme du groupe Lafuma, sa maison mère. L’industrie du surf, malmenée depuis quelques années, opère ainsi une lente mutation, basée sur une rationalisation des coûts ou sur un recentrage de son activité.

 

Redisport270613Ils étaient encore 32, ce jeudi matin 27 juin à Paris pour parler de l’avenir du secteur sport et de sa modernisation. Les patrons et représentants des principales marques et enseignes de sport (*) ont pu faire un nouveau point sur l’avancement des travaux collaboratifs ECR Sport et l’activité de la plate-forme automatisée REDISport.

Grâce à l’adhésion d’ECR Sport à ECR France, le chantier « indicateurs partagés » rendra ses premiers délivrables dès le mois d’octobre prochain. Côté automatisation des échanges, l’assemblée s’est félicitée d’une augmentation significative des flux depuis 6 mois : 30 % d’abonnés en plus, doublement des catalogues téléchargés et 6 fois plus de commandes échangées pour un total de 38 000 messages sur les 12 derniers mois. Enfin, l’arrivée d’une dizaine de nouveaux abonnés sur la plate-forme a été programmée pour la fin de l’année.

Quelques réactions prises à chaud par l’équipe de Filièresport à la sortie de la réunion :

Alain Pourcelot, Adidas (abonné REDISport) : « Le projet avance de façon concrète et je m’en réjouis. Je tiens sincèrement à féliciter tous les acteurs qui contribuent à cet avancement ».

Stéphane Grimault, Groupe Royer (pas encore abonné) : « Nous partageons la vision du projet. Chez nous, il n’y a plus qu’à desserrer le frein à main pour la mise en œuvre concrète ».

François Bouche, Intersport (abonné) : « Les fondamentaux sont présents, la dynamique est bonne, l’outil est en ordre de marche. Je souhaite maintenant que la montée en charge se fasse vite. »

Eric Dexperts Lestapis, Na Pali Quiksilver (pas encore abonné) : «  Cette réunion m’a permis d’avoir une bonne vision de l’initiative et le témoignage d’autres marques abonnées est un bon élément pour nous pour aller de l’avant. »

Fabien Ratisseau, Nike (abonné) : « Une grosse énergie se dégage du projet au sein d’un secteur qui conserve une belle marge de progression. »

François Benaben, Skis Rossignol (pas encore abonné) : « J’ai apprécié cette rencontre. REDISport est l’avenir du secteur. Il faut y aller. Une fois hiérarchisées nos priorités, à nous de mobiliser les ressources en interne. »

Yannick Morat, Sport 2000 (abonné) : « Nous attendons maintenant l’arrivée de nouveaux fournisseurs sur REDISport. On est tous convaincu de l’intérêt de l’outil et plus on sera nombreux, plus il sera efficace. »

* Adidas, Asics, Babolat, Columbia, Groupe Go Sport, Groupe Royer, Head, Intersport, Kappa, Le Coq Sportif, Mizuno, Nike, Puma, Na Pali Quiksilver, Skis Rossignol, Sport2000, The North Face.

Le groupe Quiksilver a nommé Nicholas Drake comme directeur marketing. Cet ancien directeur général de l’agence publicitaire TBWA/Chiat/Day à Los Angeles. Il prendra ses fonctions le 1er juillet 2013. Le groupe complète ainsi le réalignement managerial et stratégique entamé avec la nomination d’Andy Moony au poste de PDG.

Le fabricant d’articles de surf et surfwear projette une augmentation de son Ebitda de 150 millions de dollars d’ici 2016, soit un doublement par rapport à l’exercice clos le 31 octobre dernier. L’Ebitda devrait ainsi atteindre “au moins 13 %” du chiffre d’affaires net (celui-ci s’était élevée à 2,01 milliards de dollars sur le dernier exercice).

Programme pluriannuel

Ces améliorations résulteront de la mise en oeuvre d’un programme qu’Andy Mooney, PDG de Quilsilver, avait en large partie dévoilé début mars. Il repose sur trois piliers : recentrage du groupe autour de ses trois principales marques (Quiksilver, Roxy et DC), développement des ventes et amélioration de l’efficacité opérationnelle, incluant des réductions de coûts et la centralisation de fonctions clés (design produit, gestion des approvisionnements, marketing, magasins, licensing…) et la réduction de 30 % du nombre de références.

 

http://www.quiksilver.fr/

Andy Mooney, le nouveau PDG de Quiksilver, livré sa feuille de route

Andy Mooney, le nouveau PDG de Quiksilver, a livré sa feuille de route.

Le fabricant de surf a annoncé que Pierre Agnès, président de Quiksilver Europe, exercerait la fonction supplémentaire de responsable global Prêt-à-Porter, ainsi que le recrutement d’un patron pour la chaussure et d’un patron des approvisionnements. “Nous centralisons les fonctions et les responsabilités chez Quiksilver, Roxy et DC“, précise Andy Mooney, PDG de Quiksilver dans un communiqué qui succède à la parution dans la presse américaine d’une note interne annonçant le recentrage des marques sur leurs coeurs de métier.

Arrêt de Quiksilver Women

Cette note signée Andy Mooney annonce que le groupe “doit se recentrer sur ses marques-clé, ses athlètes-clé et ses catégories-clé“. Les marques clé en question sont respectivement Quiksilver, Roxy et DC, qui ne devront plus se cannibaliser. Ainsi, les collections Quiksilver et Roxy vont cesser de proposer des skates, tandis que DC sortira du surf. De plus, Quiksilver se recentre sur l’homme pour laisser la femme à Roxy. Une décision qui a été difficile à prendre, précise Andy Mooney dans sa “feuille de route”. En revanche, DC restera une marque mixte.

28 ans chez Nike

Nommé à responsable global de la catégorie chaussures, Tom Hartge, 56 ans, a passé 28 ans chez Nike, dont il a été directeur de marque globale. Plus récemment, il a conseillé la division footwear de Patagonia. Kasez Mazzone, 52 ans, nouveau patron de la supply chain, est de son côté un spécialiste du textile, issu de Land’s End, Eagle Outfitters et Levi Strauss.

 

Andy Mooney, nouveau PDG de Quiksilver

Andy Mooney, nouveau PDG de Quiksilver

Le cofondateur de Quiksilver, Bob McKnight a trouvé son successeur. Andy Mooney, 57 ans, a été nommé chairman et chief executive officer (PDG) de Quiksilver Inc. Bob McKnight, qui occupait ce poste, est nommé président exécutif (executive chairman) et prend ainsi du recul. Le changement sera effectif le 11 janvier.

Andy Mooney, qui rejoindra par ailleurs le comité de direction, été précédemment président de Disney Consumer Products, où il a supervisé pendant onze ans les activités mondiales de l’entreprise en matière de licences, d’édition et de distribution de détail. Auparavant, il avait exercé diverses fonctions de direction chez Nike. Bob McKnight, 59 ans, a participé à la création de la marque de surf en 1976. Il était dernièrement président, chairman et chief executive officer. Sa nomination intervient dans l’actuel contexte de relance du groupe Quiklsilver, qui a récemment publié des ventes en hausse et une réduction de ses pertes sur son dernier exercice.

Récemment ouvert sur le site de Quiksilver Europe, à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) le flagship du groupe multiplie les attractions, les services et les animations dans un cadre chaleureux et convivial. Découverte d’un espace très singulier.

Un grand espace, très haut sous plafond, très aéré, doté de vastes mezzanine, décoré de meubles chinés et qui accueille des fréquentes animations : le Boardriders 162 Campus de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées atlantiques),  au siège européen de Quiksilver, affiche l’ambition d’être « un lieu de vie », explique Olivier, l’un des deux floor managers du site avant d’être un magasin.

Baignée de lumière naturelle, la surface accueille toutes les facettes de l’offre de la société australienne. Ses différentes marques et catégories de produits ont chacune leur espace, Quiksilver pour le surf, Roxy pour le vêtement féminin, DC pour le skate y ont chacune leur espace. L’offre est très complète, du lifestyle au technique, avec pas moins de 250 planches de surf en vente. Dispositif scénique impressionnant, un gigantesque Carousel fait tourner les planches de légende, pour certaines signées des champions qui les ont chevauchées et en vente.  On peut les sélectionner et consulter les informations concernant chaque planche via un écran tactile… habillé de bois. Car le point de vente a beau jouer l’authenticité des matériaux – sol en béton poli, rambardes métalliques travaillées peinte en jaune, grand escalier en bois, parquet… – , c’est aussi un magasin connecté, équipé d’un énorme écran géant, où sont retransmises des compétitions, d’un internet café où l’on peut pianoter librement sur une demi-douzaine de Macintosh et même d’un automate de commande de boardshorts à la demande. On choisit les tissus sur écran, les vêtements sont confectionnés dans l’atelier textile dont les baies vitrées délivrent une vue panoramique sur la surface de vente…

Doté de services étoffés, le flagship de Quiksilver propose également la location de surf. Et dispose d’un bar à tapas où des concerts sont organisés tous les vendredis. Un magasin toujours en mouvement où l’on vient aussi pour passer un bon moment, dans le plus pur esprit surf.

Fiche technique :
  • Lieu : Saint-Jean-de-Luz (64)
  • Surface : 750 m²
  • Effectif : 11 personnes
  • Nombre de caisses : 3