L'usine Ino-Fab de Raidlight, à  Saint-Pierre-de-Chartreuse (38).

L’usine Ino-Fab de Raidlight, à Saint-Pierre-de-Chartreuse (38)

Partenaire industriel du projet de textile sportif fabriqué en France, la marque Raidlight a sorti dans les temps sa gamme d’articles de trail. Présentée cet été, celle-ci a reçu un bon accueil, selon le fabricant.

Le projet ANT-Tex – alias Atelier de nouvelles technologies Textiles – commence à porter ses fruits. Initié fin 2013, ce programme fédéré par le cluster Sporaltec et dont l’objectif est de promouvoir l’usage de procédés techniques innovants dans la production française de textiles sportifs, vient de livrer ses premiers produits. Le fabricant Raidlight, partenaire industriel de ce programme via sa filiale Ino-Fab, créée à cet effet, a présenté cet été une première gamme textile technique destinée aux trailers, entièrement fabriquée sur son site de production isérois de Saint-Pierre-de-Chartreuse.

Une première collection primée

Le sac-gilet Responsiv 8L

Le sac-gilet Responsiv 8L

La collection se compose d’un sac à dos-gilet, d’un modèle de chaussures, d’un maillot et d’un short. Techniquement, elle est fabriquée à partir de procédés tels que la technologie laser pour la découpe et le thermocollage pour l’assemblage des pièces. Pour concevoir et fabriquer ses premiers produits, Raidlight s’est appuyé sur les savoir-faire de la société Insoft, spécialisée dans le prototypage de chaussures, du bureau d’études Toptex, de l’école d’ingénieurs spécialisés Itech et du Lycée Argouges de Grenoble. Tous intégrés à 100% dans le projet ANT-Tex. In fine, les produits se veulent plus confortables, plus légers, plus techniques et parfaitement dessinés. Ne pesant que 180 g, ergonomique, le sac-gilet Responsiv 8l, vendu au prix public conseillé de 129,99 €, a déjà décroché un Janus français du Design, ainsi qu’un award au salon OutDoor de Friedrichshafen.

Des technologies pointes pour permettre une fabrication française.

Des technologies de pointe pour permettre une fabrication française.

Des objectifs ambitieux


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Plus de 70 dossiers ont été présentés pour la première édition des  « Trophées de la Montagne Française. Nouvelle Définition ». Les cinq prix ont été remis le mardi 22 avril dernier à Val d’Isère, en point d’orgue du SkiDebrief. Focus sur les lauréats.

Catégorie Accessibilité : Société d’Aménagement de La Plagne – CoolSki

Pour redonner l’envie aux adultes de rechausser les skis en toute sécurité, la Société d’Aménagement de la Plagne a mis en place un parcours en trois étapes, appelé CoolSki. A travers une zone protégée, un circuit conseillé, un espace composé de pistes vertes et bleues, Coolski est devenue une alternative prisée, surtout par les jeunes actifs de 20 à 35 ans : « Pour beaucoup, le pas est trop grand pour aller à l’école de ski, Coolski permet de progresser et de faire abstraction de la vitesse », énonce Jacques Muller, directeur marketing et commerce de la station. Pour sa première saison d’existence, 28 000 personnes se sont acquittées d’un pass de 28 euros. Avec, selon la station, un bilan flatteur de « 95% de clients très satisfaits ».

Catégorie Economie : Raidlight – Vertical SAS – Concept de Station de Trail & Espace de Ski de Rando

Pour répondre aux multiples attentes des amateurs de la course en pleine nature, la marque française Raidlight, a créé la première station de trail et d’espace dédiée au ski de randonnée au siège de l’entreprise à Saint-Pierre-de-Chartreuse (Isère). Doté d’une équipe de 30 salariés passionnés, Redlight anime aujourd’hui une dizaine de stations de trail et environ 1 500 sentiers balisés. Celles-ci constituent également des lieux de convivialité et d’échanges fréquentés par 10 000 personnes par an.

Catégorie Initiatives Vertes : Alpe d’Huez Tourisme – Alpe d’Huez Electrique

La station de l’Alpe d’Huez a mis l’accent sur le transport propre en s’équipant d’une dameuse hybride, de 3 navettes de transport de passagers électriques et de bornes de rechargement. Cette mobilité douce a déjà remportée un vif succès auprès des clients de la célèbre station iséroise : « Nous avons répondu à une réelle demande des consommateurs. Aujourd’hui, les gens apprécient ce moyen de transport. Nous espérons à terme permettre aux Grenoblois de rejoindre la station à l’Alpe d’Huez et redescendre ensuite dans la vallée, après rechargement, en véhicule électrique », souligne le directeur de l’Office de Tourisme Fabrice Hurth. La station prévoit de « remplacer toutes les navettes par des navettes électriques ».

Innovation : Compagnie du Mont-Blanc – Le Pas dans le Vide

Installée sur la terrasse sommitale de l’Aiguille du midi, cette cage en verre plonge le visiteur au-dessus de 1 000 mètres de vide avec un paysage à couper le souffle. La structure d’une capacité maximale de trois personnes est capable de résister à des vents de plus de 220 km/h et d’une amplitude thermique de 60 degrés. Elle offre une occasion unique pour s’immerger dans l’univers de la haute-montagne.

Coup de coeur du jury : Association ALAE – Le Balayeur des Cimes.

C’est le coup de coeur du jury, qui vient récompenser un projet atypique porté par l’alpiniste Arian Lemal. Ce dernier, surnommé le Balayeur des Cimes, est connu depuis 2006 pour avoir nettoyé 150 kg de déchets sur l’Aconcagua, le plus haut sommet d’Amérique. Depuis 2011 et le lancement de son projet Edelweiss, Arian Lemal multiplie les allers-retours entre la haute montagne et les vallées pour redescendre les déchets des sommets. Son action associe les enfants au programme, en enchaînant six mois de nettoyage des montagnes et autant d’interventions dans les écoles. Objectif : rencontrer 10 000 élèves par an pour les sensibiliser et nettoyer l’Everest en Avril 2015.