Le 24 avril dernier, les ONG Sherpa, Peuples solidaires et Collectif sur l’Etiquette avaient déposé, auprès du parquet de Lille, une plainte contre Auchan pour pratique commerciale de nature à induire en erreur les consommateurs sur les conditions de fabrication des produits qu’il commercialise.

Suite à cette plainte, une enquête préliminaire a été ouverte. Auchan a toujours démenti avoir passé des commandes auprès de sous-traitants implantés au Rana Plaza. La plainte vient d’être classée sans suite.

Logo Groupe AuchanAuchan a annoncé  qu’il allait verser 1,5 million d’euros au fonds d’indemnisation des victimes du Rana Plaza.

Suite à l’effondrement en 2013 de cet immeuble de Dacca, au Bangladesh, où ont péri plus de 1 300 travailleurs du textile, la découverte dans les décombres d’un pantalon à sa marque propre textile, In Extenso, avait conduit certaines ONG à mettre en cause l’enseigne nordiste. Auchan a toutefois toujours démenti avoir fait travailler des ateliers du Rana Plaza et considérait qu’il n’avait donc pas à participer au fonds d’indemnisation. L’enseigne a un temps soupçonné un de ses fournisseurs d’y avoir sous-traité sans son autorisation une partie de ses commandes mais n’est pas parvenu à le prouver.

“Geste de solidarité”

Auchan a finalement décidé de participer au fonds. « Cette mesure se situe dans la lignée de celles déjà prises depuis la catastrophe (adhésion au Fire & Safety Agreement, lancement d’un plan d’action contra la sous-traitance opaque), précise un porte-parole à Filière Sport. Nous ne situons  nullement dans une procédure d’indemnisation qui constituerait une reconnaissance de responsabilité. Nous participons à ce fond en tant qu’entreprise cliente de plusieurs entreprises bangladaises et présente via un bureau d’achat depuis 2007 dans le pays. C’est un geste de solidarité vis à vis des ouvriers de la filière textile dans ce pays. » Le groupe explique dans un communiqué qu’il répond ainsi à la demande du ministre français de l’Economie et de sept autres ministres européens, qui ont demandé aux entreprises de se mobiliser en faveur des familles des victimes de la catastrophe en participant au fonds mis en place par l’Organisation Internationale du Travail.

Le 24 avril dernier, un an après la catastrophe du Rana Plaza, les ONG Sherpa, Peuples solidaires et Collectif sur l’Etiquette ont déposé, auprès du parquet de Lille, une plainte contre Auchan pour pratique commerciale de nature à induire en erreur les consommateurs sur les conditions de fabrication des produits qu’il commercialise. Suite à cette plainte, une enquête préliminaire a été ouverte.