visuel terrainLe spécialiste de l’équipement de tennis et de squash Tecnifibre attaque le marché du padel. Une gamme dédiée à ce sport en pleine expansion est commercialisée depuis le 15 avril 2016. Le champion de France 2015 de la discipline, Jérémy Scatena, sera l’ambassadeur de la marque pour les 5 années à venir. 

C’est le chef de produit espagnol Javier Llebot Lozano qui a créé la gamme padel de la marque. Tecnifibre, qui souhaite être perçu comme un spécialiste, a d’ailleurs souhaité simplifier le discours autour de ce sport :  ” le padel est un marché atomisé de marques avec des discours autour du produit bien trop complexes. Il semblait essentiel de revenir aux fondamentaux du jeu et installer un marketing facile à comprendre par tous les joueurs de padel ” explique Javier Llebot Lozano.

La gamme padel est composée de 2 palas (raquettes) commercialisés au prix de 169,95 €. Le modèle Wall Breaker est idéal pour les joueurs souhaitant maximiser leur explosivité et leur puissance, tandis que la Wall Master conviendra à ceux privilégiant la maniabilité, la précision et le confort.

Deux balles ont également été développées, en collaboration avec Bridgestone. La Padel Tour (4,95 €), conçue pour optimiser la vitesse et la prise d’effet, et la Padel Team (3,95 €), résistante aux frottements et à l’humidité.

Joint par Filière Sport , Vincent Legros, responsable des comptes clés chez Tecnifibre, a indiqué que la marque ” ne  négligera aucun de ses canaux de distribution habituels. Les magasins partenaires (spécialistes et GSS) de nos clubs sous contrat seront bien évidemment revendeurs de nos produits, et de parfaits relais pour nos moniteurs prescripteurs. L’émergence des terrains de padel au sein de structures privées multisports contribuera également à la diffusion de nos gammes dans les proshops “. 

La marque souhaite par ailleurs se différencier de ses concurrents par une approche plus pédagogique. Encore émergent, les acteurs du padel peinent pour l’instant à répondre aux attentes et aux questions des consommateurs : “en tant que marque hyper-spécialiste, notre rôle sera de segmenter l’offre de manière claire et efficace pour l’ensemble de la communauté. Plus de lisibilité, et des réponses précises aux besoins de chacun. Etre véritablement capable de faciliter la recommandation produits sera notre challenge le plus important. Nous ne nous fixons pas de limite et souhaitons une évolution rapide en terme de parts de marché, comme c’est le cas sur le tennis et le squash ” explique Vincent Legros.

Visuel produits

 

 

009_SS15_LACOSTE_LT12_Racket - copiePlus de soixante ans après avoir détrôné le bois en inventant une raquette en métal, Lacoste opère un étonnant retournement en remettant le bois au goût du jour. La marque au crocodile lancera, en avril prochain, la première raquette en bois et graphite, appelée LT12. L’épilogue d’un programme de trois ans, auquel Guy Forget, un fidèle de la marque, a participé, qui constitue une véritable innovation technique.

 Créée 1961 par René Lacoste lui-même, la raquette en métal disposait d’une élasticité beaucoup plus grande que son homologue en bois et permettait d’améliorer spectaculairement la frappe de balle. Mais le métal a l’inconvénient d’être traumatisant et dans les années 1980-90, il a été remplacé par de nouveaux matériaux high tech, tel que le graphite. Considérant que le bois conserve ses atouts – il procure un confort de jeu inégalable en absorbant les vibrations – la marque au crocodile a souhaité à l’associer au graphite, qui améliore le contrôle et la vitesse de la balle. Un « alliage inédit » qui, selon un communiqué de la marque, « confère à la raquette stabilité, solidité, rapidité et précision ». Son développement a pris du temps car l’assemblage des deux matériaux reste très difficile à accomplir.

 Trois essences de bois

002_SS15_LACOSTE_LT12_Racket - copieLa technique mise en œuvre pour la LT12 consiste à tricoter les fibres de graphite comme de la laine, un processus exclusif au modèle, et à les lier au bois au moyen d’une résine. Composée à 70 % de bois et à 30 % de graphite, la LT12 associe au High Modulus Graphite, issu de la recherche aéronautique, trois essences de bois. Le noyer, situé à l’intérieur de la raquette, donne une certaine rigidité. Il amortit les vibrations au niveau du cordage. Le balsa, situé au cœur de la raquette, ainsi que le tilleul, à l’intérieur du tamis, sont ajustés pour amortir les vibrations de la structure de la raquette. L’alliage inédit du graphite et du bois

Un travail d’orfèvre

Entièrement fabriqué par un artisan français d’Albertville, chaque raquette nécessite cinq heures de travail. Elles sont pesées au gramme près, poncées au dixième de millimètre pour obtenir la bonne épaisseur et une surface parfaite. Chaque pièce est unique en fonction de la couleur du bois, des marbrures, des teintes, etc. Fabriquée à 650 exemplaires numérotés, la raquette LT12 sera disponible à partir d’avril 2015 au prix de 550 €.

Une gamme textile complémentaire

SS15_LACOSTE_LT12_DH7453_BUG

Pour accompagner son lancement, Lacoste propose une collection textile capsule inspirée de l’esthétisme des débuts du tennis et de clins d’oeil au colors blocks des années 70 et 80, avec des matières techniques (petit piquée sur du nylon respirant et anti-odeurs) : polos, survêtement, short, casquette, t-shirts et un sweatshirt « Game set and match », complétés par une ligne d’accessoires.034_SS15_LACOSTE_LT12_L781S001

028_SS15_LACOSTE_LT12_L.IGHT_LT12_729SPM0072_11C - copie