PHOTO PIERRELa marque française de sports collectifs Hungaria, créée en 1931 et disparue à la fin des années 1970, refait surface. Pierre Arcens, ancien directeur général d’Adidas France et ex-licencié Burrda en France, est le chef d’orchestre d’un ambitieux projet de relance, qui passe par des contrats avec de grands clubs pro, la customisation et l’international.

HUNGARIA logo bright white & high risk red« Moi-même âgé de 55 ans, j’ai chaussé des Hungaria dans ma jeunesse, explique Pierre Arcens. Au milieu des années 1970, la marque était leader dans les sports collectifs ». Hungaria a été créée en 1931, par les frères Pradet. Ces derniers n’ayant pas de successeurs, finirent par la revendre au milieu des années 70 à Adidas, qui en cessera l’exploitation. Tombée en déshérence, la marque est reprise par un particulier puis rachetée par Pierre Arcens. Avec sa société Sport Marketing to Business, ce dernier travaille depuis un an à la résurrection d’Hungaria, qu’il a dotée d’une nouvelle identité visuelle et surtout d’une stratégie marketing innovante.

Les techniques du luxe

esprit HUNG (4)« Nous voulons utiliser les techniques du luxe tout en conservant un rapport qualité-prix ultra-respectueux du consommateur », explique-t-il. Par luxe, entendez distribution sélective et personnalisation. Hungaria dispose d’un configurateur numérique permettant de réaliser « 1,6 million de combinaisons de coupes, finitions et matières, avec livraison sous 3 semaines », explique Pierre Arcens. Les prix affichés sur le site, qui doit être opérationnel sous quinzaine, restent toutefois accessibles : 49 € un maillot de foot, 35 € un short et 9 € la paire de chaussettes en football, avec des commandes minimum de 5 maillots ou 5 shorts. La marque, qui proposera deux gammes d’articles textiles et accessoires (“sport performance” pour la pratique et “sport style” pour les loisirs), ne réalisera pas de vente directe mais passera par 34 revendeurs spécialistes des clubs qui disposent d’une exclusivité territoriale.

Equipementier du SLUC Nancy et du Stade de Reims

(suite…)