QuiksilverPlacé sous la protection de “Chapter 11” (loi sur les faillites des Etats-Unis permettant aux entreprises de se réorganiser) en septembre 2015, le Groupe Quiksilver a vu son plan de restructuration validé par le tribunal compétent du district de Delaware. L’entreprise de gestion d’actifs spécialisée dans les stratégies d’investissement alternatives Oaktree entre dans le capital, et deviendra actionnaire majoritaire une fois la restructuration terminée.

Quiksilver a connu une année 2015 extrêmement difficile sur le territoire américain. Sa valeur boursière a notamment baissé de 79 % entre janvier et décembre tandis que ses ventes ont chuté de 13 %. Au total, selon le quotidien Le Monde, la dette du Groupe est estimée à 826 M$ ; soit 3 fois son chiffre d’affaires.

Oaktree doit fournir 175 M$ afin de lui permettre de se restructurer et de pérenniser ses activités, comme l’explique Pierre Agnes, PDG du Groupe : “Cette décision marque un nouveau départ pour l’ensemble du Groupe qui sort renforcé de cette procédure. Quiksilver dispose d’activités rationalisées et d’un bilan financier assaini sous la conduite d’une équipe de direction expérimentée. Le plan de restructuration que nous avons mis en place aux Etats-Unis nous dote de bases financières solides et de long-terme, à lahauteur de nos ambitions pour le développement de nos marques et le maintien denotre place d’entreprise leader du marché de l’action sport. Dans ce contexte, nous accueillons un nouvel actionnaire d’envergure mondiale, Oaktree Capital, qui apportera à Quiksilver sa vision stratégique et son expérience opérationnelle“.

La procédure de “Chapter 11” prendra fin officiellement aux alentours du 8 février. Une fois le plan de restructuration achevé, Oaktree convertira ses titres de créances en une prise de participation majoritaire au capital de l’entreprise.

Lire le communiqué de Quiksilver en cliquant ici.

A lire  Scoop.itFilièreSport

Outre cette décision, le groupe intégrera une partie de ses équipes au sein du siège social basé à St-Jean-de-Luz et va fermer ses locaux de Soorts.

 

 

Filière Sport‘s insight:

La crise du surfwear continue de frapper, avec une nouvelle réorganisation chez le leader du secteur, qui conservera cependant un pôle d’excellence textile au Pays Basque.

Source : www.sudouest.fr

Touché par des ventes en berne en Europe (le chiffres d’affaires a chuté de 9% au premier trimestre 2013), le groupe Quiksilver veut réduire ses coûts et réaliser quelques économies d’échelle en rapatriant son activité de Quiksilver-Hossegor dans ses locaux de Saint Jean de Luz.

QuiksilverLe 5 juillet dernier, le quotidien Sud-Ouest a confirmé les rumeurs de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sur le site de Quiksilver-Hossegor, lancées au printemps dernier par le PDG de Quiksilver Europe. La veille, les 54 employés du site landais, spécialisés dans la conception et la distribution de produits techniques (combinaisons, montres, etc.) avaient reçu la visite de leur direction pour les informer que la procédure était en cours.

Certaines fonctions, comme les designers, les chefs de produits ou les logisticiens pourraient se voir présenter des mesures d’accompagnement de recherche d’emploi, de mutation ou de reconversion. Il est toutefois aujourd’hui difficile de connaître le nombre de salariés impactés par ce plan, tout comme les mesures concrètes proposés par la direction. Le PSE doit en effet être discuté avec les représentants du personnel, pour avis, avant d’être annoncé aux salariés concernés. Les partenaires sociaux ont déjà indiqué qu’il était impossible de commenter ces mesures tant que les négociations n’auraient pas aboutis.

Cette possible fusion des activités de Quiksilver sur un seul site n’est pas sans rappeler le PSE lancé début juin 2013 par Oxbow, dont les activités logistiques devraient être reprises par la plate-forme du groupe Lafuma, sa maison mère. L’industrie du surf, malmenée depuis quelques années, opère ainsi une lente mutation, basée sur une rationalisation des coûts ou sur un recentrage de son activité.