L’industriel du cycle Accel Group (Haibike, Lapierre, Winora…) a publié un chiffre d’affaires et un résultat nets stables au premier semestre 2018, avec toutefois un résultat d’exploitation en baisse : la résultante de  la mutation engagée par le groupe au cours de l’année écoulée.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le chiffre d’affaires de Nike en 2018 a atteint 37,4 milliards de dollars (environ 32 Mds €) au 31 mai 2018, date de clôture de l’exercice du numéro un mondial du sport, en hausse de 6 % par rapport à l’exercice précédent. Le bénéfice net a diminué de 54 % pour s’établir à 1,9 Md $ (1,62 Md €), principalement en raison de l’incidence des nouvelles règles fiscales.

(suite…)

En 2017, le Coq Sportif renoue avec la rentabilité avec un bénéfice net de 600 000 €, selon le rapport de gestion du groupe Airesis, propriétaire de 79% des parts de la marque française.  (suite…)

Après des résultats préliminaires du deuxième trimestre 2017 très encourageants, l’équipementier sportif allemand Adidas augmente ses perspectives financières pour l’exercice en cours.  (suite…)

L’équipementier sportif Puma a publié ses résultats pour l’exercice 2016. Des chiffres en hausse, qui viennent asseoir un peu plus la marque comme l’un des leaders mondiaux de l’industrie du sport.

 À l’image de son emblème, qui peut courir jusqu’à 72 km/h, Puma voit son chiffre d’affaires augmenter de manière véloce : +10,2% en 2016, à 3,627 milliards d’euros. Une croissance qui s’observe dans toutes les régions et toutes les catégories de produits.

Malgré un dollar fort, la marque allemande améliore sa marge brute à 45,7 %, avec un bénéfice net en hausse de 68%, soit 62,4 millions. Le résultat net par action de l’entreprise étant de 4,17 euros durant la saison 2016 (2,48 euros en 2015).

« 2016 a confirmé que notre stratégie est la bonne et nous continuerons à nous investir dans notre mission de devenir la marque de sport la plus rapide au monde. Nous sommes convaincus que nous enregistrerons à nouveau une croissance des ventes, ainsi qu’une hausse significative de nos bénéfices en 2017 », affirme Bjørn Gulden, directeur général de Puma.

AsicsL’équipementier japonais vient de dévoiler ses résultats 2015 pour la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique). Les ventes ont augmenté de 16 % sur l’ensemble de ces marchés. Une croissance tirée par les performances de la marque dans le running, le tennis, le rugby mais également le lifestyle ; Asics ayant relancé sa gamme Tiger l’an passé. 

Après une croissance importante en 2014 (+ 13 %), Asics a de nouveau amélioré ses performances dans la zone EMEA lors de son dernier exercice. Les ventes ont connu une hausse à 3 chiffres sur le marché sud-africain  tandis que la marque  a continué de s’affirmer sur le marché européen avec une croissance supérieure à 10 % dans de nombreux pays (France, Suède, Norvège, Danemark, Pologne, Russie, Espagne, Benelux).

Un développement massif sur le marché du running, du tennis et du rugby


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Logo BillabongLe Groupe Billabong (Element, RVCA, Vonzipper, XCEZ, Sector 9, Honolua, Kustom…) a annoncé des résultats mitigés pour la moitié de son exercice (31 décembre 2015). En effet, si le BAIIDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissements) est estimé à 24,4 M €, le résultat net est négatif, malgré les bonnes performances de 3 marques sur l’ensemble des marchés. L’entreprise enregistre au final une perte de 1,05 M €, notamment due à des excès de stocks. L’an dernier, le Groupe réalisait un bénéfice de 16,9 M € à la même période. 

368,2 M €. C’est le chiffre d’affaires enregistré par la groupe australien pour ces six derniers mois ; en hausse de + 7,6 % par rapport à l’année précédente. Des résultats tirés par trois marques phares sur lesquelles le Groupe s’est particulièrement concentré : Billabong, (+ 2,6 %), Element (9,1 %) et RVCA (+ 20,6 %).

L’Asie (160 M €) et l’Amérique du Nord (144,4 M €) restent les marchés principaux de Billabong tandis que les ventes en Europe ont atteints 64,4 M €. Cependant c’est sur le vieux continent que les marques du Top 3 du Groupe ont connu la plus grande progression. Ainsi Billabong est en croissance de 1,2 % (+ 4,2 % en Asie et 1,6 % en Amérique) tandis que Element progresse de 13,8 % (+ 2,8 % en Asie et 5,5 % en Amérique). C’est la marque de surf RVCA qui connaît la plus grande ascension avec une croissance de son chiffre d’affaires de 63,1 % en Europe, de 47,6 % en Asie et de 15,3 % en Amérique.

Adidas Homecourt Beijing extLes chiffres non audités de l’exercice 2015 font apparaître une croissance du chiffre d’affaires d’Adidas de 10% à devises constantes  et de 6% pour celui de Reebok. Le résultat net du groupe progresse de 12% à 720 millions d’euros et les projections 2016 du groupe tablent sur une croissance à deux chiffres.

Le chiffre d’affaires du Groupe Adidas a ainsi atteint 16,9 milliards d’euros l’an dernier, contre 14,9 Mds € en 2014. Les ventes enregistrent une croissance à deux chiffres en Europe de l’Ouest, ainsi qu’en Chine, Amérique latine et en Afrique-Moyen-Orient. Le groupe au augmenté ses dépenses marketing dans les marques de plus de 20 % l’an dernier. Le résultat net a été affecté par une dépréciation d’écarts d’acquisition de 34 M€ en 2015, principalement due aux filiale russe et d’Amérique latine. En 2016, le groupe prévoit une augmentation à deux chiffres de son chiffre d’affaires et de son résultat opérationnel, hors effets de change et une stabilisation de sa marge opérationnelle.

Logo BillabongLe fabricant d’articles de surf Billabong a publié un résultat légèrement positif pour son exercice clos au 30 juin 2015 : +4,2 millions de dollars australiens (environ 2,7 millions d’euros) contre une perte de 233,7 $ australiens (env. 150 M€) sur l’exercice précédent.

Le chiffre d’affaires atteint 1,04 Md$ aus. (670 M€) en hausse de 2,6%. En Europe, il représente 177,7 M$ aus. (114 M€), en recul de 3,2%. Mais l’Ebitda, négatif l’an dernier en Europe, est redevenu positif cette année, à quelque 3,7 M€.

lafumagroupelogoLafuma a publié un chiffre d’affaires de 80,1 millions d’euros (M€) au premier semestre 2015, en retrait de 5,4 M€ par rapport au premier semestre 2014. Le résultat opérationnel régresse de 1,6 M€ pour aboutir à une perte de 0,3  M€.

La baisse d’activité, les investissements (ventes, produit et marketing) pour relancer la croissance à l’international et l’incidence du renchérissement des achats faits en dollars du fait de la baisse de l’euro, sont à l’origine du recul du résultat opérationnel, selon le groupe. Le résultat net reste négatif (-0,3 M€), bien qu’en amélioration (+0,6 M€) grâce au redressement de la situation financière du groupe.

Lafuma et Oxbow en recul

Les ventes du pôle Montagne et outdoor se sont contractées de 4,5 M€ (-11%), avec de véritables disparités : croissance de Millet (+0,3%) et d’Eider (+0,8%), régression de Lafuma (-35%), qui poursuit son recentrage. Oxbow est en repli de 14%, tandis que Lafuma mobilier progresse de 6,2%.”L’environnement (…) reste marqué par une forte concurrence et une consommation en berne, surtout en Europe, où se trouvent les marchés du groupe“, communique le groupe, qui “vise pour l’année 2015 un résultat positif, bien qu’inférieur à celui constaté en 2014“.

LOGO SPORT 2000Présent dans 23 pays, le groupement Sport 2000 a réalisé 6,264 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014, en hausse de 5,3% par rapport à 2013, rapporte le blog Ispo News. Le nombre de magasins adhérents a augmenté de 49 pour atteindre 3 728.

L’assemblée générale récemment réunie à Copenhague (Danemark), a confirmé la nomination, effective depuis le  1er mai dernier, de Harold Rubrech, au poste de directeur général de Sport 2000 International. Il remplace Wolfgang Schnellbügel, qui quitte l’entreprise pour d’autres projets professionnels. Harold Rubrech, 48 ans, était jusqu’à l’an dernier directeur marketing d’Intersport Allemagne après avoir exercé une fonction similaire pour Sport 2000 Allemagne.

lafumagroupelogoLafuma Groupe a publié un résultat total de 2,27 millions d’euros pour l’année 2014, après 69,2 millions d’euros de pertes en 2013 (exercice retraité sur 12 mois). Le résultat opérationnel courant 2014 est lui aussi positif, à 3,0 millions d’euros.

Conformément à la stratégie de recentrage du groupe, le chiffre d’affaires est en recul : 172,2 M€ en 2014 après 193,6 M€ en 2013 (exercice retraité sur 12 mois). Le pôle montagne représente 62 % de l’activité de Lafuma et a subi un recul de 12,6 M€ du fait du repositionnement de la marque Lafuma Outdoor. Le pôle mobilier, filialisé en début d’année 2014, pèse 19% de l’activité, avec des ventes en hausse de 1,5 % et une forte contribution opérationnelle. Le pôle surf (Oxbow) est revenu à la profitabilité opérationnelle malgré une diminution de 23% de son chiffre d’affaires 2014.

Prudence pour 2015

La forte concurrence et la faible croissance des marchés de l’outdoor, notamment en Europe (80% des ventes du groupe), conduit l’entreprise à prévoir un léger repli de l’activité en 2015. La faiblesse de l’euro face au dollar “aura une incidence négative sur les marges“, ajoute le groupe dans un communiqué, qui s’attend à un résultat positif  2015 “solide” bien que légèrement inférieur à celui de 2014.

 

logo-LafumaLes effets du recentrage du Groupe Lafuma se font ressentir. Les ventes totales sont en retrait de 11,2 %, à 85,5 millions d’euros au premier semestre 2014 mais le résultat opérationnel courant redevient positif, à +1,7 M€ (contre -4,8 M€ retraité au 30 juin 2013). Le résultat net reste légèrement négatif à -0,5 M€ au 30 juin 2014 (-54,4 M€ au 30 juin 2013).

L’amélioration résulte du repositionnement du groupe sur des produits et des circuits de distribution rentables, sur l’amélioration de la marge brute (+ 2,5 points à 57,1 %) et sur la maîtrise des charges, précise un communiqué de l’entreprise. Le chiffre d’affaires du pôle Montagne, réalisé par les marques Lafuma Outdoor, Millet et Eider, s’établit à 42,6 M€, en retrait de 8,4 M€. Son résultat opérationnel courant (ROC) est en progression. Le chiffre d’affaires du pôle mobilier est à l’inverse en progression de 1,3 M€ à 27 M€, “principalement porté par les marchés export”, avec un ROC également en hausse. Le pôle surf (Oxbow) a réduit ses ventes de 3,6 M€ pour s’établir à 15,8 M€ “mais a parallèlement su restaurer ses marges et maîtriser ses coûts, présentant un ROC positif sur la période“, selon le même communiqué.

 

Le groupe de produits de surf a réduit le montant de sa perte nette de 73% au cours de son exercice fiscal clos le 30 juin 2014, à 233,7 millions de dollars australiens (environ 160 M€). La résultante de la stratégie de restructuration et de recentrage engagée ces neuf derniers mois.

Selon Neil Fiske, directeur général de Billabong, les premiers signes d’un retournement de l’entreprise apparaissent, tels que la croissance des prises de commandes de la marque Billabong pour l’année 2015 et la progression de 5 % de ses ventes en Asie-Pacifique au cours des 6 derniers mois. Après avoir cédé Dakine, ses intérêts dans Nixon et la chaîne canadienne de magasins West 49, Billabong est négocie la vente du site marchand Surfstitch et des vêtements Swell à un groupe d’investisseurs incluant les fondateurs de Surfstitch. Une fois séparé de ces activités, le groupe pèsera un peu plus d’un milliard de dollars australien de chiffre d’affaires (environ 700 M€). Le groupe vient par ailleurs de renforcer son équipe dirigeante avec la recrutement d’un vice-président Global Supply Chain, Randy Royce, et d’un vice-président Global Sourcing, Kitty Ho, qui seront tous deux basés à Hong Kong.

logo-GO-SportA l’occasion de la publication des résultats semestriels du groupe, Go Sport a annoncé son intention de « donner une priorité à la réactivité locale » au sein de l’enseigne Go Sport. (suite…)

Au 1er trimestre 2014, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe Go Sport s’élevait à 155,2 millions d’euros (M€), en baisse de 6,1% en comparable par rapport au premier trimestre 2013. En hausse en Pologne, les ventes en France de l’enseigne Go Sport tirent encore les résultats du groupe vers le bas.

L’enseigne Go Sport en France commence l’année 2014 en difficulté. Go Sport a réalisé un chiffre d’affaires de 101,2 M€, en baisse de -8,8% en comparable. Ce recul est principalement du à la météo trop douce, freinant les ventes de produits d’hiver, qui représentent environ un tiers du chiffre d’affaires de l’enseigne sur le trimestre. Dans ce contexte morose, son site marchand, qui référence désormais l’intégralité de l’offre disponible en magasin, a affiché une croissance à deux chiffres de ses ventes. L’enseigne compte également sur son partenariat avec le PSG, renouvelé le 10 avril dernier, dont elle devient le distributeur officiel pour les trois prochaines saisons.

La Pologne en hausse

Malgré l’absence de neige en Europe de l’Est, la météo n’a toutefois pas eu d’effet aussi négatifs sur les ventes en Pologne, où Go Sport y enregistre un chiffre d’affaires en hausse de +2,6%, à 12,7M€. Ces ventes ont essentiellement été soutenues par la bonne performance de l’offre running et cycle.

Courir s’essouffle

Quant à l’enseigne spécialisée du groupe, Courir, elle publie un chiffre d’affaires total en léger recul (39,4M€), impacté par la baisse mécanique des volumes vendus lors des soldes, dont l’effet n’a pas été totalement compensé par les ventes des nouvelles collections.

Cap sur la franchise internationale

Au cours de ce trimestre, le groupe a ouvert 4 magasins Go Sport en franchise à l’international (Jordanie, Egypte, Abu Dhabi et un nouveau pays d’implantation, le Sultanat d’Oman). En France, le groupe a fermé un magasin Go Sport et un magasin Courir. Au total, le parc de magasins comptait 336 points de vente dont 179 Go Sport (40 franchises, parmi lesquelles 7 en France) et 157 Courir (2 franchises à l’international).

En signant un partenariat avec Richard Gasquet (photo), Le Coq Sportif signe son retour dans le tennis.

En signant un partenariat avec Richard Gasquet (photo), Le Coq Sportif signe son retour dans le tennis.

Le Coq Sportif a enregistré une baisse de 16 % de son chiffre d’affaires, à 100,5 millions d’euros (M€) en 2013, en raison de méventes de chaussures. Ce recul affecte le résultat net de l’entreprise, qui réalise une perte de 5,8 M€ en 2013 contre un bénéfice de 2,5 M€ en 2012.

« L’évolution du chiffre d’affaires est certainement une déception. Toutefois, seule la chaussure lifestyle diminue et l’évolution, positive, du textile se maintient », nuance le rapport annuel d’Airesis, la société d’investissement qui contrôle le Coq Sportif.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Foot_Locker-logo-5615BC5594-seeklogo.comLa chaîne de magasins de chaussures de sport Foot Locker a publié un résultat net de 429 millions de $ pour l’année 2013, contre 397 millions de $ en 2012. C’est la troisième année consécutive de bénéfices record pour l’enseigne.

Les ventes s’élèvent à 6,5 milliards de $ pour 2013, le montant le plus élevé jamais atteint pas l’entreprise, en hausse de 5,2 % par rapport à 2012 (+ 4,2 % à magasins comparables). Foot Locker annonce un objectif de croissance de chiffre d’affaires autour de 5 % pour 2014 et une augmentation à deux chiffres de son bénéfice par action. Ken C. Hicks, le PDG de l’entreprise, se déclare confiant dans la capacité du groupe à poursuivre sur le même rythme à long terme, grâce aux nombreuses actions en cours, dont l’expansion en Europe et le développement de son activité auprès de la clientèle féminine.

Herbert Heiner, directeur général du groupe Adidas

Herbert Heiner, directeur général du groupe Adidas

Réuni en session ordinaire le 4 mars, le conseil d’administration du groupe Adidas a décidé de prolonger le mandat de Herbert Hainer comme directeur général du groupe allemand  jusqu’en mars 2017.

En place depuis 2001, Herbert Hainer devait quitter direction du groupe en mars 2015. Pour motiver la prolongation de son mandat, Igor Landau, président du conseil d’administration, a loué la performance du groupe, « dont la valeur a quintuplé depuis l’arrivée de Hainer ». Le conseil d’administration préfère donc se laisser encore quelques années avant d’engager d’éventuels changements au sein de la direction d’Adidas, qui fait aujourd’hui partie des 30 plus importantes entreprises allemandes cotées à la Bourse de Francfort (DAX).

Taux de change défavorables

Confirmant sa grande forme, le groupe a publié, mercredi 5 mars, un bénéfice net record de 839 millions d’euros en 2013 (contre 791 millions d’euros en 2012), pour un chiffre d’affaires de 14,49 milliards d’euros, en hausse de 3% en euros constants. Une performance qui s’inscrit dans un contexte d’évolution défavorable des taux de change. A taux de change courants, le chiffre d’affaires est en effet en recul de près de 3 %. Ainsi, l’Europe de l’ouest (-6%), avec l’Asie du Sud-Est (-5%) enregistrent la plus forte baisse, tandis que la Chine (+7) et l’Amérique latine (+6%) tirent les ventes vers le haut. Dans ce contexte, la marge d’exploitation du groupe s’établit à 8,3 %, légèrement en deçà des 9 % attendus par la direction.

Sur le plan commercial, les ventes en magasins de détail ont largement contribué à la hausse de ces résultats, ainsi que TaylorMade Adidas Golf et Reebok, qui semble profiter de son recentrage sur le fitness. Le groupe Adidas s’attend à voir son chiffre d’affaires augmenter de presque un milliard d’euros cette année, hors effets de change.

 

Amer-SportLe fabricant Amer Sports (marques Salomon, Wilson, Atomic, Arc’Teryx, Mavic, Suunto, Precor, Bonfire, Nikita, DeMarini) a publié un chiffre d’affaires 2013 de 2,136 milliards d’euros, en hausse de 4 % à monnaies constantes (+ 8 % en monnaies locales). Le taux de marge brute reste stable, à 43,6 % et le résultat net  progresse de 56 %,  à 90,3 millions d’euros.

La branche sports d’hiver et outdoor, qui représente 60 % du chiffre d’affaires total du groupe, à 1,289 milliard d’euros, progresse de 10 % en monnaies locales. Les sports de balle et raquette (26 % à 551 millions d’euros) n’enregistrent qu’une progression de 1 %. Le fitness (14 % à 296 M€) affiche la plus forte croissance (+ 13 %). La région Europe Moyen-Orient Arabie, qui totalise un chiffre d’affaires de 1,025 Md €, épouse la croissance du groupe, avec une progression de 8 % en monnaies locales. Les sports d’hiver et l’outdoor (chiffre d’affaires de 830,3 M€ en EMOA) y sont en hausse de 9 %. Toujours dans la même zone géographique, les sports de balle et de raquette sont stables à 116,8 millions d’euros. Le fitness progresse de 14 % en Europe Moyen-Orient, à 78,2 millions d’euros.