Le double champion du monde de slalom 2011 et 2015, Jean-Baptiste Grange, rejoint la marque Rossignol pour les deux prochaines saisons après l’avoir quittée en 2012.

Retour aux sources pour le champion de ski français, Jean-Baptiste Grange. L’athlète de 32 ans a en effet décidé de revenir à son premier équipementier, Rossignol, pour les skis et chaussures. Pratiquement né avec des skis Rossignol aux pieds, Jean-Baptiste Grange a construit les plus grands succès de sa carrière aux côtés de la marque iséroise avec, notamment, un globe de cristal en slalom (2009), un titre de champion du monde (2011) et 18 podiums en Coupe du Monde. Après de nombreuses blessures, il avait pris la décision de changer d’équipementier en 2012 pour rejoindre Fischer. Cinq ans plus tard, le voilà de retour au « bercail ». « J’ai forcément beaucoup de plaisir à revenir sur Rossignol car c’est ma marque de cœur, celle avec laquelle j’ai appris à skier et bâti mes premiers succès. Je suis sur la fin de ma carrière et je ne me voyais pas la terminer sans revenir. Et puis, j’ai de beaux challenges qui m’attendent avec les Jeux Olympiques l’an prochain et les Championnats du Monde à Are en 2019. Mon objectif est de terminer en beauté alors je souhaitais mettre toutes les chances de mon côté pour atteindre mes objectifs », commente Jean-Baptiste Grange. Une belle reconquête pour la marque française !

photo-piqPiq Sport Intelligence, start-up française spécialisée dans le sport connecté, a dévoilé lors d’une conférence de presse deux outils innovants. : une “intelligence artificielle (IA) autonome” capable de discerner les gestes des sportifs et un capteur haute performance pour collecter et transférer les informations.

Après deux ans de travail pour 67 employés et une levée de fonds de 13 millions d’euros, Piq est parvenu à « rendre l’intelligence dans le sport grâce à la technologie », selon Cédric Mangaud, cofondateur de la société. Il s’agit du premier système de compréhension autonome du geste sportif. Gaia est capable d’analyser et d’enregistrer les mouvements des sportifs, puis de les identifier de façon autonome avec une précision située autour des 98%. Pour rendre possible cette identification, l’IA a « appris à apprendre ». Les sportifs sous contrat avec les partenaires de Piq (Babolat, Rossignol, North et Mobitee) se sont entrainés avec le capteur haute performance de la start-up afin de permettre à Gaia d’avoir une référence étalon, indispensable à son auto-apprentissage.

L’analyse intelligente du mouvement grâce à la technologie

Si Gaia est capable d’optimiser les données, elle serait inutile s’il n’existait pas d’outil pour les mesurer. Le capteur Piq Robot est donc constitué de deux accéléromètres, d’un gyroscope, d’un altimètre et surtout d’un micro-processeur puissant qui n’analyse pas moins de 195 000 données par minute. Un petit écran situé sur le capteur permet ensuite d’avoir en direct des informations. Piq les appelle « winning factors ». Il s’agit des données positives qui divergent des mesures habituelles de nos performances. Piq a fait le choix totalement assumé de travailler sur les points forts des sportifs. L’écran indique donc votre « winning factor » du jour, comme par exemple un service plus rapide que d’habitude au tennis, et vous permet de le partager ou le comparer avec les autres utilisateurs de la technologie. Le but est de « créer le réseau social de la performance ».

Des ambitions locales et internationales

L’entreprise, qui a des locaux aux Etats-Unis, à Taiwan et en France commercialise aussi ses produits en Espagne, Allemagne, Japon et Australie. Si la start-up française souhaite gagner des parts de marché au niveau local, son ambition avouée est de conquérir l’Asie, très friande de ce genre d’innovation. Un premier pas devrait aider Piq à accélérer son ouverture vers l’Asie puisque la société sera présente au CES Las Vegas 2017 qui est le plus grand salon de l’innovation technologique au monde.

Groupe RossignolLe Groupe Rossignol a finalisé mi-août 2016 l’acquisition de la société française Raidlight-Vertical, annoncée en juillet dernier.

Spécialiste du trail et des sports de nature, Raidlight-Vertical, grâce à son association avec un des groupes leaders sur le marché du ski, trouvera de nouveaux relais de croissance qui lui permettront de se développer plus rapidement. Objectif :


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

RossignolLe groupe Rossignol a décidé de changer son format de distribution en Scandinavie avec l’accord de ses distributeurs Norvégiens et Suédois que sont House of Sensations et Jo Sport.

À partir du 1er juin 2016, le groupe Rossignol va prendre le contrôle de la distribution de ses marques (Rossignol, Dynastar, Kerma et Look) et ainsi créer une filiale dont le siège social sera localisé en Suède mais également présent en Norvège à Oslo.

Nous avons le sentiment que de ne plus passer par des distributeurs en Scandinavie est un grand pas en avant dans notre volonté d’augmenter nos parts de marchés en Scandinavie. Nous serons capable de construire une meilleure relation avec nos clients et nos consommateurs” a ajouté François Benaben, vice président des ventes et du marketing du Groupe Rossignol.

22/04/2016 CHATEL CHALLENGE DES MONITEURS Présentation du team cycliste TIME/ESF avec Sylvain Noailly, Pascal MARCHETTI, Jean Louis OTTOBON, Patrick GELATTO, Christian GRANGE ©Alexis Boichard/Agence Zoom

Rachetée par Rossignol en février 2016, Time, marque française de cycle, s’associe avec l’Ecole du Ski Français (ESF) afin de créer une équipe cyclosportive. Une opération soutenue par la Banque Populaire des Alpes et Thierry Adam, journaliste et commentateur cycliste sur France Télévisions, parrain de la nouvelle équipe. 

Noué pour 3 ans, ce partenariat alliera la passion du cyclisme à celle du ski. L’équipe, composée de 6 moniteurs ESF (dont certains d’entre-eux sont d’anciens coureurs de haut niveau), participera dès cette année à 3 épreuves cyclosportives incontournables : la Time Megève Mont Blanc (5 juin), l’Ardéchoise (18 juin) et l’Etape du Tour (10 juillet). Simon Atkinson, directeur de l’ESF de La Rosière (Savoie) et licencié à la fédération française de cyclisme jusqu’à l’âge de 22 ans, sera chargé de tirer ses coéquipiers vers le haut, tous moniteurs à l’école du ski français.

La passion, l’excellence et la performance sont des valeurs communes au cyclisme et au ski “ souligne Sylvain Noailly, vice-président de la division vélo du groupe Rossignol : ” Les points communs entre la pratique du vélo et la pratique du ski sont nombreux, les skieurs sont d’ailleurs souvent cyclistes et inversement. Notre partenariat avec l’ESF s’inscrit donc dans une complémentarité naturelle entre les deux domaines, où la compétition est source de partage et d’émulation. “

Time-ESF sera équipé d’un vélo Skylon édition France, composé d’une fourche Aktiv, d’un cadre made in France de 945 grammes, de pédales X-Presso 10 carbone Axe acier creux, d’un corps carbone et d’un capot aluminium ainsi que d’un système I-clic à préouverture automatique breveté par Time.

RossignolLe biathlète français Martin Fourcade et son équipementier actuel Rossignol ont annoncé avoir prolongé leur collaboration de deux ans, jusqu’aux Jeux Olympiques de Pyeongchang, en 2018. Une annonce qui fait suite aux excellents résultats de l’athlète cette année, marquée par 4 titres de Champion du Monde et la conquête d’un cinquième gros Globe de cristal d’affilée.

Le français s’est déclaré ” fier de poursuivre l’aventure avec Rossignol “, notamment pour la ” qualité des produits et les valeurs de la marque “. Cette dernière accompagnera Martin Fourcade pour les championnats du monde d’Hoch Izen (2017), puis au Jeux Olympiques de Pyeongchang (Corée du Sud), un an plus tard.

604bbc3f-512e-4601-bcac-80a80927cce4 (1)

Sylvain Noailly (Rossignol) et Benoit Rigamonti (BH) présentent leur premier vélo à Sport-Achat

Sylvain Noailly (Rossignol) et Benoit Rigamonti (BH) présentent leur premier vélo sur le stand Rossignol du salon Sport-Achat.

La marque de ski a profité du salon Sport-Achat pour présenter sa première gamme de vélos, fruit d’un partenariat avec le fabricant espagnol BH. Un projet complémentaire à la récente reprise du fabricant lyonnais de vélos Time par Rossignol.

La gamme Rossignol-BH comprendra dans un premier temps trois modèles équipés de batteries Samsung : un Fat bike à deux roues motrices, technologie maîtrisée par BH, et deux VTT à moteur central motorisés par Yamaha. Le Fat bike sera disponible dès décembre 2016. Les deux autres seront mis sur le marché au printemps-été 2017. Prix public conseillés : 3799€ à 4999€. La France été désignée comme marché test avant de futurs développement à l’étranger.

Un segment majeur du marché du vélo

Le projet s’inscrit dans volonté de Rossignol de développer ses activités non hivernales, avec des diversifications dans le textile sport-chic et les sports outdoor telles que vélo. « Dans le monde, le mountain bike est le segment majeur du marché du vélo, avec un part de 60 à 70 % des ventes, tandis que le vélo électrique est moteur de la croissance, avec un prix moyen élevé », explique Sylvain Noailly, vice-président Marketing et business développement du groupe.

Fabriqués au Portugal par BH, ces vélos seront distribués par Rossignol auprès de ses magasins de montagne ouverts l’été ou toute l’année. Rossignol se chargera également du service après-vente. Objectif en première année :


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Les équipementiers selectionnent le plus souvent leurs athlètes dès leur plus jeune âge afin de tisser une relation de confiance. Devenus champions, ces derniers deviennent les premiers testeurs de produits. Comme ambassadeurs, ils doivent cependant composer avec les règles drastiques imposées par la FFS.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Capteur Rossignol and PIQ

Le capteur Rossignol and PIQ

Après Mobitee dans le golf et Babolat dans le tennis, Rossignol est la troisième marque séduite par le capteur d’activité de la société suisse PIQ.

Relié à une application gratuite, ce produit, qui sera officiellement présenté au prochain salon ISPO a été dévoilé en avant première au Critérium de la première neige de Val d’Isère (73), dimanche 13 décembre 2015.

Une application récréative

Clipsé sur un scratch fixé à l’arrière de la chaussure de ski, ce capteur bluetooth et NFC, doté d’un processeur M4 équivalent à celui d’un smartphone, enregistre 13 axes de mesures : deux accéléromètres, un gyromètre, un altimètre, un magnétomètre. Le capteur permet ainsi de mesurer les virages et les sauts sous toutes les coutures. Les mesures ont été étalonnées par les meilleurs athlètes Rossignol et par des skieurs de différents niveaux. Ainsi tous les pratiquants pourront se comparer avec les Champions du monde comme avec leurs copains. « Attention, il ne s’agit pas d’une application de coaching, elle permet de s’amuser, pas de s’améliorer, précise Damien Hars, directeur marketing digital et e-commerce de Rossignol. Les moniteurs de l’ESF sont là pour ça.».

Un capteur multisport

Photo 2Chargé, le capteur reste actif pendant 6 heures de sport actif, sachant qu’il s’éteint au bout de 30 mn d’inactivité et qu’il est vendu avec un chargeur permettant de réaliser 4 charges successives sans être rebranché. Déjà proposé en précommande sur le site de PIQ, le produit sera vendu au prix de vente conseillé de 149 € pour le capteur et son chargeur USB, plus 49€ pour l’accessoire de fixation. Les deux peuvent être vendus séparément car le capteur de PIQ est multisport. L’entreprise a en effet pour stratégie de


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Bruno Cercley, président du groupe Rossignol

Bruno Cercley, président du groupe Rossignol

« Poursuivre une politique  d’acquisitions dynamique »

Filière Sport : en se portant acquéreur de la marque de vélos Time et en nommant un ancien dirigeant de Balmain à la tête de son prêt-à-porter, Rossignol opère-t-il un virage vers le luxe ?

Bruno Cercley : (suite…)

Groupe RossignolDans un même communiqué, le groupe Rossignol annonce d’une part être entré en négociations exclusives en vue d’acquérir la marque française de vélos de luxe Time et, d’autre part, la nomination à la direction de sa division prêt-à-porter, Rossignol Apparel, d’Alessandro Locatelli, ancien de la maison de haute couture Balmain. Lire les faits ci-dessous et l’interview exclusive de Bruno Cercley, PDG de Rossignol, en cliquant ici.

Time Sport International, société implantée à Vaulx Milieu, en Isère (où se situe également le siège de Rossignol), réalise 70% de sa production en France. Après le décès de son fondateur il y a un an, Roland Cattin, la famille actionnaire était à la recherche d’une solution de reprise. “Les activités de Time, qui célébrera ses 30 ans en 2016, présentent une complémentarité évidente avec celles du groupe Rossignol“, explique celui-ci dans un communiqué. Outre leurs implantations communes dans l’Isère ainsi que dans la Nièvre, Rossignol évoque des marchés proches et une clientèle commune, une tradition d’innovation et de produits à forte technologie, une culture d’entreprise basée sur la passion du sport, de la compétition et de la performance.

Siège à Milan pour la division Apparel

Concernant le prêt-à-porter, la nomination d’Alessandro Locatelli, ancien directeur général de Pierre Balmain qui a rejoint Rossignol il y a neuf mois et succède à Jean Holvoët comme patron du textile de la marque, s’accompagne de la création d’une structure dédiée, Rossignol Apparel, dont le siège opérationnel se situe en Italie, à Milan. L’objectif est de “développer l’attractivité de la marque sur le segment du sportswear haut de gamme“, selon le groupe Rossignol. Rossignol Apparel présentera un ligne sport chic adaptée à la vie de tous les jours, destinée aussi bien aux pistes de ski qu’à la ville. Les premières collections hommes et femmes seront lancées en janvier et février 2016 pendant la Fashion Week de Milan. Rossignol ouvrira par ailleurs six boutiques monomarque dédiées, située dans des stations de ski prestigieuses : Megève, Courmayeur, Cortina d’Ampezzo, Crans Montana et St. Moritz, succèderont à la première ouverte à Chamonix.

Bruno Cercley, PDG de Rossignol

Bruno Cercley, PDG du Groupe Rossignol

Soucieux de proposer des produits toujours plus innovants, Rossignol a noué un partenariat de 5 ans avec CEA Tech, le pôle recherche technologique du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

CEA Tech s’associera avec l’équipe R&D de Rossignol « afin d’imaginer les produits de sports d’hiver de demain », précise un communiqué. Une trentaine de personnes sont mobilisées pour l’instant mais à terme ce sont près du double d’ingénieurs et chercheurs qui participeront au projet, soit la totalité du personnel recherche et développement du Groupe Rossignol, et plusieurs équipes de CEA Tech.

Le ski au centre des attentions

cea« Nous ambitionnons de dépasser les simples innovations incrémentales pour proposer des produits qui amèneront de véritables ruptures dans le domaine du ski », explique Bruno Cercley, président du Groupe Rossignol. Les deux partenaires vont porter une attention toute particulière au ski. Rossignol mobilisera ses athlètes pour tester leurs innovations, qui seront ensuite ajustées et validées en conditions réelles.

Jean Holvoet

Jean Holvoet

Une page se tourne pour le textile de Rossignol. Entré il y a 24 ans au sein du groupe, Jean Holvoet a quitté ses fonctions de directeur général du Textile il y a quelques semaines.

« Je n’étais pas la bonne personne pour piloter la nouvelle stratégie de développement basée sur une approche très différente de la mienne, qui était jusqu’ici de concevoir des produits techniques dédiés à la pratique du ski », a-t-il confié-t-il à Filière Sport. Chez Rossignol, on confirme son départ sans souhaiter s’exprimer dans l’immédiat sur la stratégie textile de la marque. Il est clair cependant que le groupe nourrit de fortes ambitions dans l’habillement. Rossignol a fait entrer l’investisseur Sandbridge Capital dans son tour de table il y a un an, avec pour objectif, comme le confiait alors Bruno Cercley, le PDG du groupe, de développer les gammes de prêt-à-porter « ville » de la marque, « d’étendre l’offre au delà de l’hiver sur 4 saisons et développer une distribution adaptée ».

Un pionnier du sport-mode

C’est en 1996 que Jean Holvoet, ex-Trappeur et Salomon, se voit confier le lancement de la collection textile. Instigateur inspiré du concept très innovant consistant à allier le style et la technologie, repris depuis par de nombreuses marques de sport, Jean Holvoet marque son empreinte avec le partenariat très réussi avec Jean-Charles de Castelbajac, partenariat qui portera la ligne à l’international. Jean Holvoet doit cette rencontre avec le créateur à Brigitte Chouet, chargée des relations presse de la ligne textile, une collaboration à laquelle la marque vient de mettre un terme. En retrait pendant la période Quiksilver, Jean Holvoet reprend la barre en 2009 au sein de la société Sports et Style, alors exploitante de la licence textile, hébergée au siège du Groupe Rossignol, à Saint-Jean de Moirans (38), et crée la collection de vêtements de ski Look. Jean Holvoet avait repris il y a 3 ans sa fonction initiale de directeur général du textile de Rossignol.

Dominique Hoste

Bruno Cercley - président du groupe Rossignol - Saint-Jean-de-Moirans - 38430 - FranceUne interview à lire dans la rubrique Le Grand Entretien du magazine Filière Sport n°24 – décembre 2014  : cliquez ici pour accéder à l’article.

Rossignol-10-190Le Groupe Rossignol va procéder à une augmentation de capital pour permettre au fonds Sandbridge Capital de prendre une position minoritaire aux côtés d’Altor, détenteur de 80 % des parts. Objectif : acquérir les compétences pour développer la gamme de vêtements de ville de Rossignol, explique Bruno Cercley, PDG président du fabricant d’articles de ski.

L’augmentation portera sur 5 à 10 % du capital de Rossignol, soit entre 5 et 10 millions d’euros. Sandbridge est une société d’investissement spécialisée dans les « marchés verticaux axés sur les consommateurs », tels que l’habillement. Son expérience de la mode devrait faciliter le développement de la marque dans le prêt-à-porter, développement qui sera confié à une société spécifique nouvellement créée, Rossignol Apparel SAS.

Basée à New-York et fondée par de grands noms de la mode, telles que Tommy Hilfiger, Dominico de Sole, l’ancien patron de Gucci et Ron Snyder, ancien dirigeant de Crocs, Sandbridge est un « acteur majeur dans le domaine du textile, qui a la compétence du commerce de détail et du design de la mode », explique à Filière Sport Bruno Cercley, président du Groupe Rossignol. Or le développement textile est l’un des piliers de la stratégie du fabricant d’articles de ski.

« Rossignol, forte de son patrimoine et de son histoire dans le ski et la compétition, dispose d’un potentiel fort dans le secteur de l’habillement. Notre ambition dans le textile est de (suite…)

Bruno Cercley, PDG de Rossignol

Bruno Cercley, PDG de Rossignol

Il n’y a pas que le développement du prêt-à-porter qui intéresse le groupe Rossignol. Bruno Cercley, PDG du leader français du ski, a annoncé qu’il  étudiait actuellement l’acquisition de fabricants de matériel de sport afin de rééquilibrer l’activité de l’entreprise avec des produits d’été. Décryptag


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Rossignol pub Band of Heroes @François RousseauLa marque de produits de sports d’hiver a dévoilé samedi 14 décembre à Val d’Isère, à l’occasion du Critérium de la Première Neige, sa prochaine campagne de communication de course pour les quatre années à venir. 

L’élément central de cette communication est une photographie regroupant 23 héros et 5 générations de sportifs à ses couleurs. Objectif : partager l’engagement «passionné et historique » de la marque pour la compétition et mettre en avant ses collections textiles, dont le développement est un axe stratégique de la marque.

Parmi la « Bande de Héros » réunie par Rossignol, figurent un vétéran comme Roland Collombin (vice-champion olympique de descente à Sapporo en 1972) ou la championne du monde de descente 2013 à Schladming Marion Rolland, mais aussi des jeunes à l’avenir prometteur comme Emile Allais-Pallandre. La photo de groupe et des portraits individuels, réalisées sur la Face de Bellevarde à Val d’Isère, ainsi qu’une série de vidéos de témoignages de champions seront principalement utilisés pour une communication sur les réseaux sociaux. L’image symbolique servira de socle à la stratégie qui sera développée autour de la future gamme Hero qui sera présentée fin janvier à Kitzbühel.

 

A l’image d’un centre commercial classique, avec offre de services, personnal shopper ou encore une carte cadeau, One Nation Paris, à Clayes-sous-Bois (78), veut casser l’image peu prestigieuse des villages de marques. Le centre commercial ouvrira ses portes au public le 4 décembre 2013 et ambitionne de devenir le plus luxueux des centres commerciaux outlet de France.

One nation paris BDContrairement aux centres commerciaux parisiens, comme So Ouest, à Levallois-Perret et Beaugrenelle, dans le 15ème arrondissement de Paris, où les magasins de sport ont boudé les emplacements, One Nation Paris, a su les séduire. Installé sur deux niveaux, le rez-de-chaussée est dédié aux marques de mode, streeetwear et sport, le deuxième niveau, au luxe et à la maison. Le 4 décembre prochain, seules 80 boutiques sur les 112 ouvriront leur porte. Parmi elles, sept magasins de sport. Un huitième est attendu au printemps 2014.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Rossignol ECommerceLa marque de ski vient d’activer la fonction e-Commerce sur son site internet. Dans la droite ligne de la stratégie adoptée jusqu’ici, Rossignol a associé ses distributeurs à son activité de vente en ligne.

(suite…)

A lire sur Scoop.itFilièreSport

L’australien Macquarie cède à Altor les skis Rossignol, les chaussures Lange et les fixations Look, selon le Figaro.
Source : www.lefigaro.fr