photo Medef

Le programme du Comité Sport du Medef a été présenté par sa présidente Dominique Carlac’h au cours d’un «business lunch Fifas», en présence de Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef et de professionnels du secteur, jeudi 4 février au siège de l’organisation patronale.

Après avoir chiffré les bénéfices de l’encouragement à la pratique sportive sur la productivité dans une étude appelée «  Goodwill » publiée en septembre dernier, le Medef passe à la pratique. La promotion du sport-santé est en effet le premier des cinq axes de travail 2016 cités par la présidente du Comité Sport du Medef, Dominique Carlac’h. L’étude Goodwill a montré que l’encouragement à la pratique « se traduit toujours, même s’il s’agit d’activité physique externe à l’entreprise, par des gains de productivité, a-t-elle rappelé. Nous avons donc la conviction que nous pouvons “mettre un tigre dans le moteur” mais il faut que cela reste non obligatoire pour les chefs d’entreprises, pour qui il n’est pas question de transformer l’entreprise en centre de loisirs ». Cette année, le Comité Sport du Medef va donc multiplier les rencontres avec les patrons d’entreprises de toutes tailles afin, d’une part, de recenser les meilleures pratiques – qui seront partagées dans un second temps – et, d’autre part, de les inciter à mettre en place ou expérimenter des politiques en faveur de l’activité physique et sportive.

Logo_du_medefEncourager l’entrepreneuriat dans le secteur sport

A côté de ce travail en profondeur et au long cours, le Medef poursuivra ses différentes actions dans quatre autres directions. L’une d’entre elle consistera à emmener « l’équipe de France économique » (les entreprises) aux JO de Rio pour y mettre en avant leur capacité d’innovation et leurs engagement de développement durable, dans la perspective de la candidature de Paris aux JO 2024. Autre axe, favoriser l’entrepreneuriat dans le monde du sport : l’organisation a approché les fédérations d’Athlétisme et de Boxe sur le sujet du « parcours du sportif entrepreneur ». Le syndicat soutient par ailleurs l’innovation dans le sport en oeuvrant pour la mise en relation de start-up avec de grandes entreprises et par une convention signée avec le Tremplin. Enfin, le Medef participe à la Filière stratégique de l’économie du sport mise en place par le gouvernement, aux côtés de la FPS et de la Fifas. En conclusion de la rencontre, Geoffroy Roux de Bézieux, qui outre ses fonctions au Medef est entre autres actionnaire de Chullanka, a souligné la volonté du syndicat patronal de considérer le sport comme une filière économique à part entière, et de mettre en valeur l’innovation dans le secteur.

logo chullankaMoins d’un an après sa reprise par son management et les investisseurs Geoffroy Roux de Bézieux et Olivier Dousset, la chaîne de magasins d’articles outdoor Chullanka s’apprête à inaugurer son nouveau concept d’agencement.

Le point de vente doit ouvrir fin mars -début avril 2016 sur 1400 mètres carrés dans l’agglomération de Bordeaux, à la place du Planet Saturn de Merignac. Le projet avait été annoncé par les repreneurs suite au rachat de la chaîne au groupe Decathlon, en mai 2015. Le nouveau concept, conçu par


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

logo chullankaChullanka quitte le groupe Décathlon. L’enseigne d’outdoor a été cédée à son management, allié à deux sociétés d’investissement, Notus Technologies et Compagnie d’Anjou, respectivement détenues par Geoffroy Roux de Bézieux et Olivier Dousset. Ces derniers ont expliqué leurs objectifs à Filière Sport.

Bruno Laurent, dirigeant de l’enseigne depuis sa création, a investi dans le projet de reprise avec une quinzaine de cadres de la société. Le capital de l’entreprise se répartit donc désormais à parts à peu près égales entre le management, Notus Technologies et la Compagnie d’Anjou. Grâce aux moyens apportés par ses nouveaux actionnaires, Chullanka va pouvoir « accélérer son développement dans une stratégie multicanal, combinant de nouveaux points de vente et le lancement d’un site marchand », communique l’enseigne. Créée en 2007, l’enseigne, positionnée sur un concept de spécialiste multimarque de l’outdoor, compte 3 magasins à Antibes, Metz et Toulouse, et réalise un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 15 M€.

Investisseurs complémentaires

Notus Technologies, qui est notamment actionnaire du service en ligne e-Cotiz,  a été créée pour prendre des participations dans des entreprises « B to C à forte croissance et potentiel digital », explique Geoffroy Roux de Bézieux. Or, indique le vice-président du Medef, l’outdoor est un secteur « en forte croissance et non consolidé », où Chullanka bénéficie (suite…)