Gérard Pouet (4è en partant de la droite, au premier rang) entouré des partenaires et collaborateurs du CNPC

Gérard Pouet (4è en partant de la droite, au premier rang) entouré des partenaires et collaborateurs du CNPC

Vendredi 18 décembre, Gérard Pouet a réuni ses équipes, relations professionnelles et amis au siège du CNPC, à Pau, à l’occasion de son départ de la direction opérationnelle de l’organisme de formation du secteur sport.

Le directeur général du CNPC quittera en effet ses fonctions le 31 décembre prochain pour prendre ce qu’il qualifie de « retraite consulaire mais pas encore professionnelle ». A la tête de « l’école du commerce du sport » depuis sa création, Gérard Pouet, va désormais se « consacrer à faire ce (qu’il) aime faire : formation, consulting et conférences sur la distribution et ses évolutions, sur le management et l’importance du rôle, de la qualité et de la motivation des hommes dans les circuits de vente… Une grande page se tourne, cette décision n’était pas forcément facile à prendre après 33 ans à la tête du groupe mais nécessaire à 61 ans. »

Témoignages de Pierre Gogin et Patrick de Stampa

Au cours de cette réunion, Pierre Gogin, président de la FPS, partenaire institutionnel du CNPC, et Patrick de Stampa, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Pau Béarn, actionnaire du CNPC, ont tenu à remercier le directeur général du CNPC et évoquer les grands moments de beau parcours.

Si le discours de Pierre Gogin était emprunt de beaucoup d’émotion et d’humour, l’essentiel était dit : « Le CNPC Sport, créé par un appel d’offres des deux fédérations professionnelles du secteur, s’est incroyablement développé et ce bien évidemment grâce à Gérard. Il a su établir une relation de confiance avec nos professionnels, fidéliser des collaborateurs et formateurs d’excellent niveau et organiser toute une batterie de formations et de qualifications pour toujours coller aux attentes des entreprises et des salariés. Maintenant, il s’agit pour nous, FIFAS et FPS de pérenniser ce bel outil. »

Après avoir offert à Gérard Pouet, une makila, le bâton de marche des bergers basques, Patrick de Stampa a expliqué que « Gérard Pouet a mené le CNPC à une sorte de point culminant, à partir duquel il doit aujourd’hui se refonder pour devenir encore plus fort, plus développé sur les territoires, voire à l’international. », Comme le directeur général du CNPC l’expliquait en septembre dans le magazine Filière Sport le centre de formation devrait abandonner son statut d’organisme consulaire pour devenir un organisme de branche. « Gérard sera en partie un de nos guides dans cette ambition », conclut Patrick de Stampa.

Les 60 000 salariés de la branche sont désormais couverts par un accord sur le travail à temps partiel signé par la FPS, principale organisation du professionnelle du secteur des articles de sport et de loisirs, et la CFDT.

Conformément à l’esprit de la loi du 14 juin 2013 qui vise à limiter le recours aux emplois de trop faible durée, la durée d’un temps partiel dans les entreprises du sport ne pourra être inférieure à 24 heures par semaine, sauf pour certains postes clairement définis ou lorsque le salarié en aura fait la demande expresse.

Afin de pouvoir également répondre aux variations saisonnières de cette activité économique en plein essor, les employeurs intéressés et les salariés volontaires pourront recourir au complément d’heures par des avenants temporaires. Dans ce cas, les heures effectuées donneront droit à une majoration de salaire comprise entre +10% et 25%, selon le nombre de semaines.