Plus que dix jours pour postuler à la cinquième édition des trophées Sentez-vous Sport, organisés par le Comité national olympique et sportif français. (suite…)

En présence de Laura Flessel, actuelle ministre des Sports, Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), a dévoilé les nouveautés de la 8ème édition du programme Sentez-vous Sport, qui se déroulera du 23 septembre au 1er octobre 2017.

L’objectif de cette opération annuelle est d’inciter le plus grand nombre de Français à pratiquer une activité physique régulière et appropriée. La 7ème édition avait touché plus de 5 millions de personnes et impliqué 24 disciplines sportives. Cette année, Sentez vous sport prend une tonalité particulière, puisqu’elle interviendra peu de temps après la désignation de la ville hôte des Jeux Olympique de 2024 : décision le 13 septembre prochain.

Camille Lacourt (photo Albanu)

Camille Lacourt et Nantenin Keïta ambassadeurs

Sentez vous sport 2017 aura pour parrain et marraine, le nageur Camille Lacourt, quatre fois champion de monde, et la championne d’athlétisme Nantenin Keïta, médaille d’or du 400 mètres aux derniers Jeux Paralympiques de Rio.

Un Pass’sport associant pratique et invitation à un événement

Principale innovation de Sentez vous sport 2018, une offre Pass’sport mettra par ailleurs en relation les français avec les associations, clubs qui proposent des initiations gratuites en septembre. Après avoir essayé cinq sports de leur choix, les utilisateurs du Pass auront droit à deux places pour un événement sportif ! Deux régions serviront de test pour 2017 à savoir la Bretagne et l’Occitanie.

La fédération de cardiologie impliquée

A l’occasion de cette édition 2017, le CNOSF et la Fédération Française de Cardiologie ont signé un accord de partenariat en vue de sensibiliser le grand public au rôle fondamental de l’activité physique sur la santé. La FFC sensibilisera donc son réseau durant la semaine « Sentez-vous Sport ». Prolongement de celle-ci, les « Assises Sport et Entreprises » et la remise des Trophées Sentez-Vous Sport auront lieu le mardi 21 novembre.

 

 

 

 

 

 

 

Pour la 3ème édition des Trophées Sentez-Vous Sport, un nouveau prix fait son apparition : le « Prix de l’entreprise la plus sportive de France ».

Celui-ci a pour but d’inciter au développement de la pratique du sport en entreprise, en tant que véritable enjeu de performance économique et de santé publique. Il sera décerné sur des critères permettant de mesurer la sportivité de l’entreprise. Les données seront récoltées de manière déclarative auprès de chaque entreprise postulante, à l’aide d’un formulaire mis à disposition par le CNOSF, initiateur des Trophées Sentez-vous sport.

illustration-sentez-vous-sprot-HOutre le Prix de l’entreprise la plus sportive de France, les candidats pourront postuler dans quatre catégories  : « Entreprises et sportif de haut niveau »,  « Santé & Bien-être en entreprise »,  « Stratégie & Management » et la catégorie « Organisateur ». Les dossiers, téléchargeables par ce lien, doivent être complétés avant le 16 octobre prochain.

La soirée de remise de ces Trophées Sentez-Vous Sport aura lieu le 22 novembre 2016 au à la Maison du sport français, en présence d’entreprises publiques et privées et du mouvement sportif.

Marie Bochet et Mickael Landreau, Sentez vous sport 2015La sixième édition de Sentez vous sport, l’opération annuelle de promotion du sport pour tous organisée par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), se déroulera du 12 au 20 septembre 2015. Elle aura pour parrain l’ancien footballeur professionnel Mickaël Landreau et pour marraine la championne paralympique de ski Marie Bochet, également ambassadrice de la première Semaine européenne du sport.

L’événement français a en effet fait école au sein de l’Union européenne, où la Commission lance cette année la semaine #beactive, qui aura lieu du 7 au 13 septembre dans les Etats membres. Du coup, le CNOSF a décidé d’avancer au 10 septembre ses Assises du sport en entreprise pour faire le lien avec l’Europe. Puis Décathlon donnera le coup d’envoi de Sentez Vous Sport, le week-end du 12 septembre, avec ses journées Vitalsport, au cours desquelles les clients sont invités à tester des activités en présence d’animateurs de clubs sportifs. Cette année, 50 à 60 magasins participeront, contre 46 l’an dernier. Le programme de Sentez vous sport se poursuivra comme à l’accoutumée par une journée sport scolaire, des actions dans les universités et les grandes écoles, dans de nombreuses villes partenaires, au sein des clubs de fédérations affiliées au CNOSF et avec les journées du patrimoine sportif. Des actions autour des sites d’accueil de l’Euro 2016 de l’UEFA seront également organisées.

Une étude sur le sport en entreprise

Le CNOSF se mobilise cette année en faveur du sport en entreprise avec, outre les Assises, qui se tiendront au Medef et divulgueront les résultats d’une étude visant à mesurer le « retour sur investissement » d’une pratique régulière du sport en entreprise, une journée dédiée le 17 septembre et la promotion du tout récent Club Entreprises France Olympique, qui développe notamment des outils de promotion du sport en entreprise. Enfin, les partenaires du mouvement olympique seront eux-même à pied d’oeuvre. Coca Cola va proposer son dispositif Le sport ça me dit aux entreprises. Et la FDJ soutiendra à nouveau la Run & Bike solidaire, organisée le 20 septembre à Paris.

Thierry Braillard©Hervé HamonAlors que l’événement « Sentez-vous Sport », visant à sensibiliser aux bienfaits d’une activité physique et sportive régulière, s’achève ce week-end par de nombreuses animations grand public et des opérations portes ouvertes au sein du patrimoine sportif (Insep, Roland Garros…), Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux Sports, confie à Filière Sport sa vision des enjeux du secteur sport.

Filière Sport  – Après une éclipse l’an dernier, le ministère des Sports (ainsi que celui de l’Education) se sont associés cette année à l’opération Sentez-vous sport. Qu’en attendez-vous ?

Thierry Braillard L’objectif  est  de sensibiliser le grand public sur la nécessité de pratiquer une activité physique, en s’adressant en priorité à ceux – souvent les plus fragiles – qui pâtissent le plus du manque d’activité. S’agissant du sport à l’école, la Ministre de l’éducation nationale compte s’appuyer sur la réforme des rythmes  scolaires  pour développer la pratique sportive dans l’enceinte éducative ; mais également au monde de l’entreprise, en assurant la promotion d’activités physiques au travail.

La visibilité de cette manifestation est-elle suffisante auprès du public ?

De 200 000 visiteurs  en 2010, nous sommes à 1 million de visiteurs attendus en 2014 sur 7 jours de célébration, pour 1 500 événements. L’opération a connu un très beau succès. Il faut continuer en ce sens. Nous souhaitons oeuvrer pour que cette initiative puisse, à terme, se transformer en semaine européenne du sport.

 « Le ministère souhaite accompagner les fédérations sur de nouveaux services encourageant la pratique loisir »

Le nombre de licenciés des fédérations sportives agréées a progressé de 2,6 % en 2012-2013. Ce bilan vous paraît-il satisfaisant ?

Je me méfie de la satisfaction car elle fait le lit de l’immobilisme politique. Mais cette progression est encourageante. Cela démontre que l’intérêt des Français est toujours réel pour le sport. D’ailleurs une récente étude a démontré que la part de leur budget consacré au sport est constante, malgré la crise économique. Pour avoir une idée plus précise, il faut  regarder sur le long terme : de 2001 à 2010, la pratique sportive (encadrée et non encadrée) a progressé de 5 points. En 2010, 89% des français étaient concernés par une pratique sportive. Mais la pratique d’un sport a lieu  de plus  en plus souvent en dehors de toute structure. Or on sait aussi que l’accompagnement par des structures adaptées offre des garanties en termes de sécurité de la pratique et renforce les effets bénéfiques du sport. Pour encourager la pratique loisir, le ministère des Sports souhaite accompagner les fédérations dans la mise en place  de  nouveaux  services  pour les licenciés.

Thierry Braillard

“Le lien entre le monde fédéral et le système scolaire est un enjeu majeur” 

 Pourtant, selon l’INPES, 40 % de jeunes ne font pas de sport en dehors du cadre scolaire. Comment augmenter la pratique chez les jeunes ? 

L’Etat a un rôle à jouer en matière de développement de la pratique sportive chez les jeunes car le sport est un facteur de l’émancipation de l’individu, et joue un rôle clé en matière d’insertion sociale. Au delà de la question du sport à l’école, le lien entre le monde fédéral et le système scolaire est un enjeu majeur.  Il faut accompagner davantage les associations sportives et mobiliser les collectivités sur la question du sport dans le cadre du projet éducatif de territoire, en lien avec tous les acteurs : mouvement sportif, services de l’Etat et collectivités territoriales.

Quel rôle les entreprises, et plus particulièrement les marques et les enseignes / magasins de sport, peuvent-ils jouer dans la gouvernance du sport ?

C’est une question pertinente, car essentielle.  Dans ce contexte de crise, le sport demeure un secteur économique en croissance continue et qui embauche, même en période de crise. Le ministère  prend en compte cette évolution et se donne les  moyens de mieux appréhender, encourager et développer l’économie du sport. Pour cela, nous dialoguons de manière continue avec les entreprises,  en premier lieu le MEDEF, qui a un comité sport. Nos fédérations sportives ont besoin d’approfondir leur collaboration avec les entreprises du secteur pour poursuivre leur développement. A terme, la place de l’entreprise dans le sport se dessinera naturellement.

Qu’attendez-vous du Conseil national du Sport, créé en 2013 et qui regroupe les différents acteurs du secteur sport, dont les entreprises ?

C’est un outil essentiel car il permet d’associer l’ensemble des parties prenantes de ce secteur. Si je prends un exemple, les collectivités territoriales participent désormais aux réflexions concernant le sport de haut niveau. Le CNS n’a qu’un an, c’est à nous collectivement de le faire vivre et de tirer les bénéfices de ce nouvel espace de dialogue.

« La  France a une ambition olympique légitime mais si on y va,  ce sera pour gagner »

Le projet de grande loi sur le sport envisagée préparée par Valérie Fourneyron n’étant plus d’actualité, quelles sont les priorités d’action du Ministère et vos objectifs en tant que secrétaire d’Etat ?

Le statut social du sportif professionnel,  la réforme du contentieux sportif, la réflexion sur le « supportérisme », vous le voyez, ce ne sont pas les sujets à enjeux qui manquent.  Nous nous y attelons avec détermination, certains pouvant déboucher sur des initiatives législatives.  Bien évidemment, il nous faut aussi  favoriser l’excellence sportive et nos athlètes de haut niveau, dans la perspective des Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Thierry Braillard INSEPAprès une Coupe du Monde qui a permis à l’Equipe de France de football de renouer avec son public, comment se présente l’Euro 2016 ?

Nous serons fin prêts pour l’Euro, qui constitue une formidable opportunité d’accentuer le rayonnement international du sport français, en termes d’équipements comme de performances sportives.  Cet événement doit, au delà, impulser une dynamique qui profitera à l’ensemble du pays, nous y travaillons avec détermination.

La candidature de la France aux Jeux Olympiques de 2024 est-elle toujours envisagée ?

Des groupes de travail  ont été lancés en mai dernier,  associant largement les différentes parties prenantes (mouvement sportif, Etat, collectivités territoriales, monde de l’entreprise…). Ils  rendront  leurs conclusions à la fin de l’année.  La  France a une ambition olympique légitime mais si on y va,  ce sera pour gagner. A nous de ne pas reproduire les erreurs  des  candidatures passées. La démarche engagée me semble la bonne.

Recueilli par O.C.