Pour présenter ses vêtements de ski premium, la marque française Killy a ouvert le 29 novembre 2012 une boutique éphémère à Annecy. Avec une superficie de 35 mètres carrés, la boutique s’est installée au centre-ville et vise une clientèle haut de gamme. Le magasin fermera définitivement ses portes en mars 2013. Tout ce qui est rare étant précieux, cette ouverture est unique et n’engendrera pas d’autre opération de ce type cet hiver.

Dans un contexte de crise, les professionnels des stations de ski montrent une certaine confiance, et espèrent renouveler les bons chiffres de l’année dernière.

Même s’il est un peu tôt pour annoncer des chiffres, les premiers taux de réservation semblent engageants. Présent sur le Salon des Sports d’Hiver de Paris qui se tient porte de Versailles du 2 au 4 novembre, Eric Chevalier, directeur de l’office de tourisme des Arcs, en Savoie, confirmait cette tendance : « On peut déjà envisager qu’environ 20% de nos prévisions de vente sont atteints. Cependant, on constate une augmentation constante des réservations tardives malgré les opérations d’early booking ». Même constat à Brides-les-Bains (73) où les réservations ont bien commencé. « Notre statut de station « low cost », au carrefour des Trois Vallées, sont un avantage en cette période économique plus difficile », explique Bénedicte Fournier, responsable promotion et communication de la station. Outre le marché français, très réactif, les professionnels de la station visent les marchés russes et surtout britanniques. Ces derniers étant les plus nombreux à plébisciter cette station.

Une offre de loisirs plus diversifiée

Si le ski reste la locomotive des sports d’hiver, les professionnels de la montagne se diversifient et accentuent leur message sur les activités nordiques (chiens de traineau, raquettes, randonnées, etc.) ou le bien-être (massage, jacuzzi, etc.). « Aujourd’hui, nous ne vendons plus de vacances au ski, mais des vacances à la montagne, avec toutes les attractions qu’elles peuvent offrir », explique Jean-Marc Silva, directeur du réseau France Montagnes. La découverte des métiers de la neige, comme les dameurs ou les pisteurs, par exemple, complète également les nouvelles attractions offertes aux touristes.  Malgré des efforts pour offrir de meilleures conditions d’accueil et une segmentations des zones de glisse en fonction des pratiques (freestyle, enfants, adultes, adultes débutants, etc.), Jean-Marc Silva évoque cependant des difficultés dues aux vacances de printemps tardives. Cette année, Tignes a ouvert le bal fin octobre, suivie des 2 Alpes, ouverte pour l’occasion pendant le week end de la Toussaint, avant de rouvrir fin novembre, en même temps que Val Thorens.

Joël Clergiot