Une première ! L’Union sport & cycle crée le « Panorama du marché du tennis », première étude de ce marché établie à partir des ventes en magasins. Cette étude qui a vocation à être rééditée chaque année, offre une photographie inédite de ce marché qui pèse 119 millions d’euros de chiffre d’affaires en France en 2017 (hors textile).

Les chaussures, premier segment


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Organisée par l’Association européenne des clubs de padel (AECP), l’Euro Padel Cup se tiendra au du club Casa Padel de Saint-Denis, du 9 au 11 novembre 2018. Son directeur, Fernando Blanca, veut faire de cette compétition la “Champions League du padel” .

“C’est une compétition amateur qui ne fait pas concurrence à une autre compétition. Elle réunira les meilleurs clubs du Vieux Continent”, précise-t-il toutefois. L’objectif de ce tournoi est de stimuler la pratique du padel en Europe. La compétition opposera 16 clubs participants dans sa première édition. Chaque équipe sera composée de deux paires masculines et d’une féminine avec des consolantes à partir des quarts de finale.

Jeremy Chardy, athlète Lacoste et Tecnifibre

La marque française Lacoste renforce son positionnement premium en prenant le contrôle de Tecnifibre.
Cette prise de contrôle par le Lacoste Holding, à hauteur de 80% de la société Major Sports  – détentrice de la marque Tecnifibre – sera effective au 1er octobre 2017.
La marque Tecnifibre propose une large gamme de cordages, raquettes et accessoires pour la pratique du tennis, du squash et du padel, ainsi que des balles en partenariat avec Bridgestone. Tecnifibre, qui réalise un chiffre d’affaires annuel d’une vingtaine de millions d’euros,  est présent principalement en France à travers un réseau de distribution spécialisée et développe son activité à l’international notamment en Europe et aux Etats-Unis. Le management actuel devrait rester en place.
« Ce projet ambitieux va permettre de faire jouer des synergies valorisantes pour les deux sociétés : l’accélération du développement à l’international pour Tecnifibre et le développement de produits techniques sous la marque Lacoste » précise Thierry Guibert, président du Groupe Lacoste .
S’appuyant sur ses authentiques racines sportives, Lacoste est représenté aujourd’hui par plus d’une centaine de champions de tennis et de golf de plus de 20 nationalités différentes. Avec une présence sur de nombreux tournois, la marque renforce son patrimoine dans le tennis à travers des événements de renom dans le monde entier tels que Roland Garros, le Miami Open et l’ATP Finals. Tecnifibre est de son côté partenaire de l’ATP jusqu’en 2020.

 

François Benaben (Rossignol)

 Le Groupe Rossignol a présenté sa première gamme de raquettes de padel, le 11 juillet dernier à Artés (Espagne), où celle-ci sera entièrement fabriquée. François Benaben, vice-président ventes & marketing du groupe français, revient en exclusivité pour Filièresport sur les raisons de la conquête de ce nouveau marché. – Propos recueillis par J.-F. Pibre, à Barcelone.

A LIRE SUR LE MÊME THEME :

Henri Leconte : “le padel peut séduire un large public”

Le padel à la conquête du grand public

Casa Padel, le plus grand centre de padel parisien

Le padel testé par Filièresport

Babolat, partenaire padel de la FFT

Tecnifibre se lance dans le padel

Filièresport : Pourquoi le Groupe Rossignol a-t-il décidé de se lancer sur le marché du padel ?

Spécialisée dans le ski et les snowboards, l’usine d’Artès en Catalogne espagnole fabrique aussi désormais des raquette de padel.

François Benaben : Tout est parti de nos équipes de l’usine d’Artés (Espagne), où les joueurs de padel sont nombreux. Ils se sont rendu compte qu’il y avait beaucoup de points communs entre les technologies du ski et du padel. Pour être précis, 90% des matériaux utilisés dans le ski le sont également dans le padel. Partant de ce constat, ils sont venus nous trouver il y a trois ans et demi en nous disant juste : “nous avons envie de créer une gamme de raquettes”. Nous avons très vite compris que ce projet, entrepreneurial d’une certaine manière, était porteur. Nous avons donc lancé une étude commerciale ainsi qu’un gros travail en R&D. Résultat, aujourd’hui, nous nous lançons avec


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

A l’occasion de l’ouverture du Casa Padel, le plus grand centre indoor consacré à ce sport de raquette en France, situé à Saint-Denis (93), l’équipe de Filièresport a pu tester la nouvelle discipline qui agite le monde des passionnés de la petite balle jaune (et pas que !) : le padel tennis.

Avec ses 380 terrains et ses 20 000 pratiquants réguliers en France, le padel est encore aux temps des pionniers. Originaire du Mexique et très répandu en Espagne, le padel, qui compte 8 millions d’adeptes de par le monde, est considérée par beaucoup comme la future révolution des sports de raquette dans les années à venir. La Fédération française de tennis l’a d’ailleurs bien compris, qui détient la délégation ministérielle pour le développement de la pratique. En étant licencié de tennis, vous n’avez pas pas besoin de nouvelle licence pour accéder aux tournois de padel… La promesse de cette discipline ? Plus facile d’accès que le tennis, moins physique que le squash, bref le padel serait une sorte d’évolution ultime des sports de raquette, capable de séduire un large éventail de pratiquant(e)s de 7 à 77 ans… Alors qu’en est-il en réalité ?

Une prise en main ultra-rapide pour un plaisir de jeu immédiat !

A Casa Padel, la première impression est d’ordre visuel. La couleur des terrains offre une attrayante mosaïque qui reprend les codes couleurs des principaux tournois du Grand Chelem : ocre pour Roland-Garros, vert pour Wimbledon, bleu pour l’US Open. Mais ne vous y trompez pas, vous ne trouverez pas de terre battue ou de gazon sur vos terrains de padel, la surface (officielle) est un mélange de synthétique et de sable. Le rendu est très agréable et le revêtement facilite les déplacements sur le court. C’est évidemment un argument de poids à destination des seniors, qui pourront soulager leurs articulations mises à mal par des années de pratique sur Taraflex. Les jeunes, eux, s’éclateront à imiter les plongeons de Gaël Monfils, tout en veillant à venir s’échouer sur les vitres en verre qui bordent le cours.

A lire aussi sur le même thème : Le padel à la conquête du grand public

La nouvelle Tecnifibre Wall Breaker 365

La seconde impression concerne la raquette. Au premier abord, cette dernière ressemble à une raquette de plage qui aurait trop mangé. Son poids n’est pas si négligeable : elle pèse autant que sa cousine du tennis. Pour autant, sa prise en main est rapide et on oublie vite le port de la dragonne, une sécurité rendue nécessaire pour éviter les jets intempestifs de raquette, qui pourraient assommer votre partenaire ou adversaire (une solution pour rallonger l’espérance de vie des raquettes de Benoit Paire ?).

Mixité facilitée

Niveau jouabilité, la promesse d’accessibilité est bel et bien au rendez-vous. Après deux ou trois coups de raquette, le béotien prendra plaisir à renvoyer la balle avec une certaine réussite dans le camp adverse. La prise en main est très rapide, et si le jeu avec les vitres s’avère parfois déroutant, la coordination avec son partenaire (oui, le padel se joue en double), se fait très naturellement. Sauf quand il oublie de couvrir son côté, mais c’est un autre problème. Beaucoup moins exigeant physiquement que le squash, les sets défilent sans essouffler outre mesure le sportif du dimanche. Chacun étant libre d’y mettre l’intensité adaptée à son niveau. Côté tactique, les joueurs les plus subtils pourront se mettre en évidence. Oubliez les effets, la majorité des coups se frappent à plat, oubliez les frappes à la Raonic, votre adversaire se fera un malin plaisir à relancer votre attaque après l’avoir laissée rebondir contre la vitre. Malices et variations sont les maîtres mots pour marquer un maximum de points. Aussi, le padel s’accorde très bien d’une pratique mixte, d’autant que le service est « neutralisé » par un coup à la cuillère.

Une invitation à y revenir

Au final, cette découverte du padel fut une invitation à y revenir. Plaisir immédiat, ambiance fun et schémas de jeux infinis au rendez-vous, toute l’équipe de Filièresport a été conquise par cette pratique, qui n’attend plus que des infrastructures*, pour exploser en France !

Jean-Philippe Frey & Tom Loumagne

* Un grand merci à l’équipe du Casa Padel de nous avoir permis de tester le Padel Tennis. Pour les Parisiens, vous n’avez désormais plus d’excuses pour essayer, le complexe étant à 20 minutes du centre de Paris ! Tarifs : entre 6,50 € (heures creuses) à et 13 € (heures pleines) par personne pour 45 mn.

L’AVIS DES TESTEURS

 

partenariat-tecnifibre-atpLe fabricant français de raquettes a prolongé jusqu’à 2020 son partenariat avec l’ATP. (suite…)

Après avoir occupé des postes de terrain chez Head et diverses fonctions managériales dans le marketing et la direction commerciale chez Thuasne Sport, Ludovic Luchini a été nommé category manager racketsports pour HEAD France, filiale du groupe HTM pour le marché français. Il succède à ce poste à Folco Canonico.

Amer-SportLe fabricant Amer Sports (marques Salomon, Wilson, Atomic, Arc’Teryx, Mavic, Suunto, Precor, Bonfire, Nikita, DeMarini) a publié un chiffre d’affaires 2013 de 2,136 milliards d’euros, en hausse de 4 % à monnaies constantes (+ 8 % en monnaies locales). Le taux de marge brute reste stable, à 43,6 % et le résultat net  progresse de 56 %,  à 90,3 millions d’euros.

La branche sports d’hiver et outdoor, qui représente 60 % du chiffre d’affaires total du groupe, à 1,289 milliard d’euros, progresse de 10 % en monnaies locales. Les sports de balle et raquette (26 % à 551 millions d’euros) n’enregistrent qu’une progression de 1 %. Le fitness (14 % à 296 M€) affiche la plus forte croissance (+ 13 %). La région Europe Moyen-Orient Arabie, qui totalise un chiffre d’affaires de 1,025 Md €, épouse la croissance du groupe, avec une progression de 8 % en monnaies locales. Les sports d’hiver et l’outdoor (chiffre d’affaires de 830,3 M€ en EMOA) y sont en hausse de 9 %. Toujours dans la même zone géographique, les sports de balle et de raquette sont stables à 116,8 millions d’euros. Le fitness progresse de 14 % en Europe Moyen-Orient, à 78,2 millions d’euros.

La marque aux trois bandes compte bien profiter de l’engouement des Français pour le badminton et lance une gamme complète d’équipements, par l’intermédiaire de la société Double D, disponible à partir du 15 mai 2013.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :