La marque de tennis rompt avec les codes bien sages du tennis pour filer la métaphore guerrière. Osé.

Nadal muni d’une raquette lance-flamme, Tsonga équipé d’une balle géante bombe, Li Na qui brandit une raquette katana ou encore Samantha Stosur qui menace avec une raquette fléau : voici le contenu pour le moins décalé de la nouvelle campagne de communication de Babolat (cf. visuel en bas de la page). La stratégie ? Dépoussiérer les codes conventionnels du tennis en flirtant avec le vocabulaire du sport, qui recycle volontiers le vocabulaire militaire, et se positionner comme une marque décalée, jeune, combative et transgressive.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :