Mike Parker, PDG de Nike, devant les investisseurs, le 25 octobre 2017, au siège du groupe à Beverton (Etats-Unis)

Le fabricant d’articles de sport a présenté jeudi 25 octobre 2017, lors d’une réunion avec les investisseurs financiers, sa nouvelle stratégie de croissance pour les cinq prochaines années, basée sur le concept de “Consumer direct offense“. 

Ce mot d’ordre,  que l’on peut traduire par “offensive directe vers le consommateur”, vise à “servir l’athlète plus rapidement et plus personnellement, à grande échelle” grâce au numérique et en concentrant l’effort sur 12 villes et 10 pays clés.

La stratégie du ” Triple double”

Pour stimuler la croissance, le groupe mise sur ce qu’il appelle le “Triple Double” dans trois domaines clés de son activité :

  • Innovation : doubler la cadence et l’impact de l’innovation, en multipliant les plateformes de R&D, en accélérant le rythme d’innovation et en créant “une nouvelle esthétique englobant à la fois le sport et le style“;
  • Vitesse : doubler la vitesse de mise sur le marché en réduisant de plus de 50% le délai moyen de création de produits, grâce à des investissement numériques.
  • Direct: multiplier par deux les connexions directes avec les consommateurs, en terme de ventes (Nike.com) et d’expérience client chez les distributeurs partenaires.
Personnaliser pour fidéliser

La marque au swoosh a annoncé son nouveau programme NikePlus, qui “offrira aux membres un accès exclusif aux produits, en fonction de leurs préférences individuelles et de leurs habitudes d’achat“. Cet accès repose sur trois services clés  : accès prioritaire aux derniers produits, accès exclusif à des services et expériences personnalisés et produits réservés aux membres.

Vers un doublement du CA digital

Avec cela, la Société a dévoilé cinq mesures de succès qui reflètent les moteurs opérationnels du modèle financier à long terme de NIKE et guideront son approche d’investissement au cours des cinq prochaines années. Ces cinq mesures sont:

  1. Les nouvelles plateformes d’innovation devraient générer plus de 50% de la croissance du chiffre d’affaires.
  2. Les recettes générées par les plateformes numériques, détenues et partenaires, devraient passer de près de 15% au cours de l’exercice 2018 à plus de 30%.
  3. La vitesse de mise sur le marché devrait doubler, Nike réduisant de plus de 50% le calendrier global de création de produits.
  4. Augmenter les ventes à prix tarif en saison.
  5. S’assurer que les consommateurs des 12 villes et dans 10 pays clés classent Nike comme leur marque préférée.

Alors que les voyants sont au vert pour l’exercice 2016-17, Nike confirme qu’elle a conclu un accord de distribution directe avec le site Amazon.com, dans le cadre d’un plan baptisé “Consumer direct offense”.

Le chiffre d’affaires de l’exercice complet (clos fin mai 2017) a augmenté de 6% – une progression égale à celle de l’exercice précédent – pour s’établir à 34,4 milliards de dollars (31,2 Mrds €). Les ventes directes de la marque à la virgule ont représenté 9,1 Mrds $ (8,2 Mrds €), en hausse de 18 %, propulsées par l’augmentation des ventes en ligne et celle des magasins du groupe, dont le nombre est passé de 919 à 985 en un an. Le bénéfice net est en croissance de  13 %, à 4,2 Mrds $ (3,7 Mrds €), malgré une baisse de la marge brute (- 1,6 point à 46,6 %).

Agilité et relation client

Cet élan n’empêche pas le premier fabricant mondial d’articles de sports de se remettre en question. Celle-ci a récemment annoncé un plan de réorganisation baptisé « Consumer Direct Offense », visant à « mieux servir le consommateur, de manière plus personnalisée ». Le groupe confirme ainsi avoir conclu un accord en vue de vendre directement au site pure player Amazon.com, qui distribuait jusqu’à présent la marque au swoosh uniquement via des revendeurs, souvent à prix cassé. Dans le cadre de sa réorganisation, Nike a également annoncé qu’elle réduirait sa main-d’œuvre mondiale de 2% (1 000 emplois), qu’elle réduirait le nombre de styles de son offre de 25 % et gagnerait en agilité et souplesse en matière d’innovation, de temps de mise en marché et de connaissance client.

La vitesse, les villes clés et l’open-source. Tels sont les trois points stratégiques ciblés par  le business plan 2020 d’Adidas, qui vient d’en préciser les objectifs. (suite…)

Parti du ski, Sidas est devenu au fil des années un spécialiste du confort du pied sous toutes ses formes, un positionnement sur le bien-être

En 2015, année de ses 40 ans, Sidas a emporté deux Awards à l’Ispo. Un « Gold Winner » pour son offre de chaussure de location chauffante développée avec Salomon (Filière Sport n°25-26) et un simple « Winner » pour une station permettant aux détaillants de prendre toutes les mesures nécessaires à l’adaptation de la chaussure de ski au pied du client. Deux produits qui illustrent bien les convictions des dirigeants de l’entreprise : « Notre cœur de métier, c’est le pied, résume François Duvillard, responsable de la division Sport de Sidas. Nous pensons que le confort fait la performance et que le rôle du vendeur est de trouver la solution pour que le client soit capable de skier ou de courir sans douleur. S’il confine son rôle à trouver la bonne pointure, le client ira se chausser sur internet ».

Du ski au médical en passant par le running

L’entreprise a été créée en 1975 par trois moniteurs de skis, Loïc David, Jacques Martin et Gabriel Pellicot qui, lassés de l’inconfort des chaussures de ski, ont créé la première semelle moulée. Celle-ci a tout de suite été adoptée par des sportifs de haut niveau. Exerçant également comme importateur-grossiste à ses débuts (d’où l’appellation développée d’origine, Société d’importation d’articles de sport, aujourd’hui en désuétude), l’entreprise s’est progressivement concentrée sur le confort du pied, développant une branche médicale et diversifiant ses activités sport au running, à l’outdoor et au vélo.

Croissance et développement durable

En 2003, l’entreprise a été transmise par LBO à ses actuels trois cadres dirigeants Jean-Pierre Delangle, François Duvillard et Thierry Ravillion. « Depuis, nous avons triplé le chiffre d’affaires », se félicite François Duvillard. Sidas est aujourd’hui un groupe de 36 millions d’euros de chiffre d’affaires, doté d’une filiale de distribution, S Distribution, qui diffuse notamment X-Socks. Le groupe a aussi racheté Therm-IC, en faillite, il y a deux ans. La marque de chaussettes chauffantes apporte un savoir-faire complémentaire. Sidas se caractérise aussi par sa politique de développement durable avancée. Son siège, situé à Voiron (38), est équipé de panneaux solaires et d’un dispositif de récupération des eaux de pluie et la société établit son propre bilan carbone. Une dimension qui inspire aussi la stratégie produit : « nous préférons les produits qui durent : une semelle en polyuréthane tient plus longtemps qu’une semelle en mousse recyclée ». Ce qui n’empêche pas le « craddle to craddle », le développement de produits entièrement recyclables, de faire partie des axes de réflexion de l’entreprise.

Les dates clés

1975 : création de Sidas

2003 : LMBO

2013 : rachat de Therm-IC.

 

Les chiffres

36 M€ de CA (+ 10 %)

110 personnes

Source Sidas, exercice clos fin avril 2014

Frédéric Ducruet (Millet) et David Ravanel (à d.) tenant le drapeau de l'ascension du sommet de l'Annapurna, à l'inauguration de la boutique Millet de Chamonix.

Frédéric Ducruet (Millet) et David Ravanel (à d.) tenant le drapeau de l’ascension du sommet de l’Annapurna, à l’inauguration de la boutique Millet de Chamonix.

Après quatre ouvertures depuis le début de l’hiver (Les Deux Alpes, Val Cenis, Pau, Montbrison), Millet inaugurait le 27 février 2015 à Chamonix, en présence de Frédéric Ducruet (Millet) et Jean-François Coquoz (Directeur du magasin), son nouvel “Expert shop”. Avec cette ouverture, Millet poursuit sa stratégie de développement de points de vente en partenariat avec des détaillants.

Les Expert shop sont des magasins exclusifs aux couleurs de Millet, qui développe également des corners, les Proshop. Le concept sera déployé à travers l’Europe en 2015 (Alpisport Namur en Belgique, El Corte Inglés Barcelone, Alpi trail Puidouix en Suisse, Magic Mount Bergsport-Globetrotter Konstanz en Allemagne).MILLET-EXPERTSHOP-CHAMONIX_(c)Millet_G.Marguerat (2)

Pour l’inauguration, David Ravanel, le président de la Compagnie des Guides de Chamonix avait apporté le drapeau officiel de la première expédition française du 3 juin 1950 au sommet de l’Annapurna. Celui que Maurice Herzog brandissait au sommet en une de Paris Match !