La société d’études NPD a délivré au dernier Eurosima Surf Summit une photographie contrastée du marché des « boardsports » (surf, skate, maillots de bain, snowboard et le sportswear inspiré de ces univers). Ce marché progresse légèrement plus vite que le marché total du sport au niveau mondial mais son évolution reste très hétérogène selon les produits et les pays. (suite…)

logo-LafumaLes effets du recentrage du Groupe Lafuma se font ressentir. Les ventes totales sont en retrait de 11,2 %, à 85,5 millions d’euros au premier semestre 2014 mais le résultat opérationnel courant redevient positif, à +1,7 M€ (contre -4,8 M€ retraité au 30 juin 2013). Le résultat net reste légèrement négatif à -0,5 M€ au 30 juin 2014 (-54,4 M€ au 30 juin 2013).

L’amélioration résulte du repositionnement du groupe sur des produits et des circuits de distribution rentables, sur l’amélioration de la marge brute (+ 2,5 points à 57,1 %) et sur la maîtrise des charges, précise un communiqué de l’entreprise. Le chiffre d’affaires du pôle Montagne, réalisé par les marques Lafuma Outdoor, Millet et Eider, s’établit à 42,6 M€, en retrait de 8,4 M€. Son résultat opérationnel courant (ROC) est en progression. Le chiffre d’affaires du pôle mobilier est à l’inverse en progression de 1,3 M€ à 27 M€, “principalement porté par les marchés export”, avec un ROC également en hausse. Le pôle surf (Oxbow) a réduit ses ventes de 3,6 M€ pour s’établir à 15,8 M€ “mais a parallèlement su restaurer ses marges et maîtriser ses coûts, présentant un ROC positif sur la période“, selon le même communiqué.

 

Conformément a ce qu’il avait annoncé lors de la publication de ses résultats annuels, le fabricant d’articles de surf Billabong a cédé la participation (51%) qu’il détenait dans les sites d’e-Commerce multimarques SurfStitch, en Australie et en Europe, ainsi que Swell.com (détenu à 100 %), en Amérique du Nord, à un consortium d’investisseurs comprenant les fondateurs de SurfStitch, Justin Cameron et Lex Pedersen.

Le groupe de produits de surf a réduit le montant de sa perte nette de 73% au cours de son exercice fiscal clos le 30 juin 2014, à 233,7 millions de dollars australiens (environ 160 M€). La résultante de la stratégie de restructuration et de recentrage engagée ces neuf derniers mois.

Selon Neil Fiske, directeur général de Billabong, les premiers signes d’un retournement de l’entreprise apparaissent, tels que la croissance des prises de commandes de la marque Billabong pour l’année 2015 et la progression de 5 % de ses ventes en Asie-Pacifique au cours des 6 derniers mois. Après avoir cédé Dakine, ses intérêts dans Nixon et la chaîne canadienne de magasins West 49, Billabong est négocie la vente du site marchand Surfstitch et des vêtements Swell à un groupe d’investisseurs incluant les fondateurs de Surfstitch. Une fois séparé de ces activités, le groupe pèsera un peu plus d’un milliard de dollars australien de chiffre d’affaires (environ 700 M€). Le groupe vient par ailleurs de renforcer son équipe dirigeante avec la recrutement d’un vice-président Global Supply Chain, Randy Royce, et d’un vice-président Global Sourcing, Kitty Ho, qui seront tous deux basés à Hong Kong.

Après un plan de sauvegarde de l’emploi bouclé en début d’année, impliquant 83 personnes, la fermeture de huit magasins sur 24 unités (dont 18 en propre) et une collection réduite à 300 références, Oxbow (groupe Lafuma) annonce  un retour à la croissance pour son exercice fiscal 2014-2015, clos en juin.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Billabong__2255_Surf_Capsule_Bikini

Le groupe Billabong a le sourire aux lèvres. Le printemps doux du début de cette année a favorisé les ventes d’articles de glisse et laisse présager des résultats annuels encourageants, un an après le refinancement de l’entreprise par la société Altamont Capital Partners et une perte de 850 millions de dollars australiens (environ 588 M€) sur son exercice fiscal 2012, clos le 30 juin 2013 . Un optimisme qui encourage le groupe à investir dans l’ouverture de ses propres magasins en Europe.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

QuiksilverQuiksilver a publié un résultat net consolidé  de – 232,6 millions de dollars sur son exercice clos le 31 octobre 2013, contre – 10,6 millions l’année précédente. Le chiffre d’affaires s’établit à 1,81 milliard de dollars, en baisse de 6 % hors effets de change.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Reconduit in extremis par son conseil d’administration, le PDG de Billabong, Neil Fiske a profité de l’assemblée générale des actionnaires pour exposer sa stratégie pour le groupe. Celle-ci se décline en sept points distincts, qui remettent à plat tout le modèle économique du groupe.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Initié par cinq jeunes entrepreneurs diplômés de l’Ecole Nationale Supérieure des Technologies et Industries du Bois, le projet Hollowood vient de remporter l’Appel à  Projets Innovation 2013 lancé par l’Eurosima Cluster.

Ces professionnels ont choisi de se spécialiser dans la fabrication d’articles de sport en bois (lunettes, vélos, skate, skis, surfs…). Leur projet Hollowood consiste à fabriquer une planche creuse en bois “Made in France” dans une démarche environnementale et avec des délais de fabrication réduits. Alors que la fabrication de planches de surf en bois reste artisanale, Hollowood entend l’industrialiser et l’optimiser grâce à la création d’une  table de montage modulable. Les matériaux utilisés associent essences de bois locales labellisés FSC ou PEFC, fibres végétales et résines biosourcées. La stratification est réalisée par infusion afin d’isoler les émanations toxiques et de limiter les quantité de résines nécessaires. Enfin, Hollowood permettra de personnaliser chaque produit. Par le biais de son cluster, Eurosima, l’association européenne des industriels de la glisse, a attribué une subvention de 5 000 € au projet et ouvrira son réseau aux lauréats de son prix de l’innovation.

portrait_gabe_daviesA partir du 1er octobre 2013, Gabriel Davies prendra la direction de division surf de Patagonia Europe. Ancien militant écologiste en Angleterre aux côtés de l’association « surfers against sewage », surfer professionnel, il a travaillé 20 ans chez Quiksilver avant de rejoindre la marque américaine. Il devra notamment développer les ventes des produits de surf de la marque, notamment les combinaisons en Néoprène, dont la collection automne/hiver 2013 vient d’arriver en magasins.

 

 

Le fabricant d’articles de surf a publié une perte de 859,5 millions de dollars, en très légère diminution pour son exercice clos le 3à juin 2013 (862,2 M$ l’année précédente). Le groupe a notamment souffert en Europe, où les comptes du groupe sont de surcroît pénalisés par les pertes de son site de vente sur internet Surfstitch (7,6 millions de dollars).

Lire le communiqué de Quiksilver en cliquant ici.

A lire  Scoop.itFilièreSport

Outre cette décision, le groupe intégrera une partie de ses équipes au sein du siège social basé à St-Jean-de-Luz et va fermer ses locaux de Soorts.

 

 

Filière Sport‘s insight:

La crise du surfwear continue de frapper, avec une nouvelle réorganisation chez le leader du secteur, qui conservera cependant un pôle d’excellence textile au Pays Basque.

Source : www.sudouest.fr

Franco Fogliatto, directeur général Europe, explique sa stratégie.

Franco Fogliatto, directeur général Europe de Billabong.

Grâce à l’accord de refinancement du groupe Billabong, contracté avec le fonds d’investissement Altamont, c’est comme un souffle de renouveau qui souffle sur la marque de surf. Avec des collections rajeunies et couvrant les quatre saisons, la marque de surf se veut confiante en l’avenir. Franco Fogliatto, directeur général Europe, explique sa stratégie.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

couverture-FS-8La société de marketing NPD a récemment communiqué à EuroSIMA, l’association européenne de l’industrie du surf, son estimation des marchés  de la glisse d’été. Des chiffres publiés en avant-première dans le numéro 8 du magazine Filière Sport, qui vient de paraître.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le Surf Summit 2013, organisé par EuroSIMA à Hossegor (Landes) les 3 et 4 octobre 2013, s’adressera pour la première fois cette année aux distributeurs. Une première journée de conférences traitera ainsi de « l’économie de la glisse et des enjeux technologiques de demain », la seconde abordera les « évolutions de la distribution sport et l’innovation par le business model ». Le Surf Summit se déroulera pendant les championnats du monde de surf et aura comme invité de marque le sud africain Shaun Tomson, champion du monde de surf 1977.

L’accord de refinancement de Billabong a engendré un changement immédiat de direction. Scott Olivet est ainsi propulsé au poste de PDG et président du conseil d’administration du groupe. Diplômé de l’université de Stanford, aux Etats-Unis, Scott Olivet n’en est pas à sa première expérience dans le monde du sport : ancien PDG et président du conseil d’administration d’Oakley, il fut également vice-président de Nike en charge de Converse et Hurley, membre du comité de direction de Skullcandy et président du conseil d’administration de Collective Brands. Le groupe n’a pas révélé la date de sa prise de fonction, les termes exacts de son arrivée étant encore en cours de discussions. Aux termes de celles-ci, Laura Inman qui mène le groupe depuis le début des différentes négociations de rachat devrait quitter le groupe.

 

 

Après des mois de tergiversation financières et de propositions rejetées, le groupe Billabong a signé un accord de refinancement avec l’un des deux consortiums avec lequel il négociait son rachat. C’est finalement le fonds d’investissement Altamont Capital Partners (composé d’Altamont ainsi que de plusieurs autres groupes financiers) qui l’emporte, dont la proposition prévoit un plan de sauvetage immédiat du groupe, par paliers jusqu’en décembre 2013, avant de relancer les investissements à long terme, grâce à un emprunt de 228 M€ (325 A$). Ce consortium devrait ainsi acquérir plus du tiers des parts du groupe grâce à cette transaction.

Pour ce faire, le groupe de surf a toutefois du céder la marque Dakine, spécialisé dans les sacs et la bagagerie de sports de glisse, qu’il avait racheté en 2008. Selon un communiqué du groupe, la cession au fond d’investissement américain devrait être effective le 22 juillet prochain, pour un montant de 70 A$  (49,1 M€).

 

 

 

Touché par des ventes en berne en Europe (le chiffres d’affaires a chuté de 9% au premier trimestre 2013), le groupe Quiksilver veut réduire ses coûts et réaliser quelques économies d’échelle en rapatriant son activité de Quiksilver-Hossegor dans ses locaux de Saint Jean de Luz.

QuiksilverLe 5 juillet dernier, le quotidien Sud-Ouest a confirmé les rumeurs de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sur le site de Quiksilver-Hossegor, lancées au printemps dernier par le PDG de Quiksilver Europe. La veille, les 54 employés du site landais, spécialisés dans la conception et la distribution de produits techniques (combinaisons, montres, etc.) avaient reçu la visite de leur direction pour les informer que la procédure était en cours.

Certaines fonctions, comme les designers, les chefs de produits ou les logisticiens pourraient se voir présenter des mesures d’accompagnement de recherche d’emploi, de mutation ou de reconversion. Il est toutefois aujourd’hui difficile de connaître le nombre de salariés impactés par ce plan, tout comme les mesures concrètes proposés par la direction. Le PSE doit en effet être discuté avec les représentants du personnel, pour avis, avant d’être annoncé aux salariés concernés. Les partenaires sociaux ont déjà indiqué qu’il était impossible de commenter ces mesures tant que les négociations n’auraient pas aboutis.

Cette possible fusion des activités de Quiksilver sur un seul site n’est pas sans rappeler le PSE lancé début juin 2013 par Oxbow, dont les activités logistiques devraient être reprises par la plate-forme du groupe Lafuma, sa maison mère. L’industrie du surf, malmenée depuis quelques années, opère ainsi une lente mutation, basée sur une rationalisation des coûts ou sur un recentrage de son activité.

 

Rip Curl BidartLa marque de surf a ouvert un nouveau magasin à Bidart (64) sur une surface de 180 m2, le onzième détenu en propre en Europe (10 en France et un Royaume-Uni).


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :