Magasin Billabong Biscarosse
La marque de surf Billabong a choisi le front de mer de Biscarrosse, dans les Landes, pour implanter son premier concept store franchise. Ouvert le 25 mai 2013, sur une surface de vente de 128m2, le magasin présente les collections homme, femme, enfant et combinaison de surf de la marque mais également les planches de surf et accessoires dans un décor sobre, proche des magasins de prêt à porter.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

OakleySurfShop ChallengeL’étape française du Oakley Surf Shop Challenge Europe 2013 se dérouler ce jeudi 6 juin aux Sables d’Or, à Anglet (64) .

Sept surf shops de France participent à cette étape : Avenue de la Glisse à Mondeville (14), BTZ Surf Shop à Biarritz (64), Not So Classic Surf Shop Hossegor (40), SB3 Surf Shop à Labenne (40), Tamarindo Surf and Coffee Shop à Dolus Oleron (17), Twenty Nine Surf Shop à Quimper (29) et Waimea Surf Shop à Anglet (64). Un magasin de Cornouaille (Angleterre), Natural Balance Surf and Coffee Shop participe également à l’épreuve. Chaque équipe est composée de 4 membres : deux vendeurs, un bon client et un pro junior (moins de 20 ans). L’équipe gagnante de la manche française jouera la finale européenne à San Sebastian (Espagne), les 9 et 10 Juin. Le vainqueur remportera un voyage à Keramas, Bali tous frais payés. Départ imminent dans deux semaines.

Déjà liées depuis deux saisons par un accord commercial préférentiel portant sur la fourniture de combinaisons et de lycras, la marque de surf Billabong et l’UCPA renforcent leurs liens. Billabong équipe désormais en textile les 60 moniteurs surf de l’association. Les activités surf de l’UCPA se déroulent dans trois grands centres (Port d’Albret dans les Landes, Lacanau et Bombannes en Gironde) essentiellement destinés à un public adulte et sur une vingtaine de camps junior situés le long de la côte aquitaine et dédiés aux plus jeunes de 7 à 17 ans.Au total, ce sont environ 25 000 stages d’une semaine (avec 70 % de mineurs) et 100 000 journées d’initiation qui seront assurés par l’UCPA cette année.

Bruno Delaporte a été nommé directeur général adjoint d’Oxbow. Il secondera Felix Sulzberger, le directeur général de Calida et du Groupe Lafuma, qui exerce également cette fonction au sein de sa filiale de surf Oxbow.

Bruno Delaporte n’est pas connu dans le monde du sport : il a précédemment exercé au sein de sociétés des télécommunications et de l’informatique telles que TR Services, Ineocom (goupe GDF-Suez) et Siemens Entreprises. Face à la situation difficile d’Oxbow, le nouvel actionnaire a probablement éprouvé le besoin d’un regard neuf…

Alain Sevellec, organisateur de Gliss'Expo

Alain Sevellec, organisateur de Gliss’Expo

 

Ce renoncement n’est qu’une demi-surprise, vu la conjoncture difficile que traverse le marché du surf. “Déjà l’an dernier, nous avions ouvert aux forceps, explique Alain Sevellec, organisateur de la manifestation. Cette année, j’avais fixé comme condition d’atteindre 40 % d’engagements d’exposants signés fin avril. Nous en sommes loin.” A cela s’ajoute une difficulté supplémentaire : la salle où la partie professionnelle du salon s’est  tenue l’an dernier est en rénovation. Trouver un espace équivalent n’a pas été possible, ce qui a conforté les organisateurs dans leur décision.

Le fabricant d’articles de surf et surfwear projette une augmentation de son Ebitda de 150 millions de dollars d’ici 2016, soit un doublement par rapport à l’exercice clos le 31 octobre dernier. L’Ebitda devrait ainsi atteindre “au moins 13 %” du chiffre d’affaires net (celui-ci s’était élevée à 2,01 milliards de dollars sur le dernier exercice).

Programme pluriannuel

Ces améliorations résulteront de la mise en oeuvre d’un programme qu’Andy Mooney, PDG de Quilsilver, avait en large partie dévoilé début mars. Il repose sur trois piliers : recentrage du groupe autour de ses trois principales marques (Quiksilver, Roxy et DC), développement des ventes et amélioration de l’efficacité opérationnelle, incluant des réductions de coûts et la centralisation de fonctions clés (design produit, gestion des approvisionnements, marketing, magasins, licensing…) et la réduction de 30 % du nombre de références.

 

http://www.quiksilver.fr/

Michael Daly est nommé PDG de Rip Curl, en remplacement d’Olivier Cantet. Depuis 11 ans dans le groupe de glisse, il a occupé successivement les fonctions de directeur financier et de directeur général. Il prendre ses fonctions le 1er juillet 2013. En attendant, l’intérim est assuré par Brian Singer.

Reid Pinder est nommé directeur général d’Electric (groupe Kering, ex-PPR) pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Ancien surfer professionnel et champion Australien, il a dirigé la marque Billabong en Europe pendant 21 ans. Il est également l’un des membres fondateurs de l’EuroSIMA (Surf Industry Manufacturers Association), dont il a été le directeur.

 

 

 

VolcomShoes_LoFi_GrimMid_Buzzard_GrimmLa marque de vêtements de surf et skate Volcom, lance sa première collection de chaussures fermées après 22 ans d’existence. La marque du groupe PPR ne disposait dans le footwear que d’une ligne de tongs. (suite…)

Andy Mooney, le nouveau PDG de Quiksilver, livré sa feuille de route

Andy Mooney, le nouveau PDG de Quiksilver, a livré sa feuille de route.

Le fabricant de surf a annoncé que Pierre Agnès, président de Quiksilver Europe, exercerait la fonction supplémentaire de responsable global Prêt-à-Porter, ainsi que le recrutement d’un patron pour la chaussure et d’un patron des approvisionnements. “Nous centralisons les fonctions et les responsabilités chez Quiksilver, Roxy et DC“, précise Andy Mooney, PDG de Quiksilver dans un communiqué qui succède à la parution dans la presse américaine d’une note interne annonçant le recentrage des marques sur leurs coeurs de métier.

Arrêt de Quiksilver Women

Cette note signée Andy Mooney annonce que le groupe “doit se recentrer sur ses marques-clé, ses athlètes-clé et ses catégories-clé“. Les marques clé en question sont respectivement Quiksilver, Roxy et DC, qui ne devront plus se cannibaliser. Ainsi, les collections Quiksilver et Roxy vont cesser de proposer des skates, tandis que DC sortira du surf. De plus, Quiksilver se recentre sur l’homme pour laisser la femme à Roxy. Une décision qui a été difficile à prendre, précise Andy Mooney dans sa “feuille de route”. En revanche, DC restera une marque mixte.

28 ans chez Nike

Nommé à responsable global de la catégorie chaussures, Tom Hartge, 56 ans, a passé 28 ans chez Nike, dont il a été directeur de marque globale. Plus récemment, il a conseillé la division footwear de Patagonia. Kasez Mazzone, 52 ans, nouveau patron de la supply chain, est de son côté un spécialiste du textile, issu de Land’s End, Eagle Outfitters et Levi Strauss.

 

PORTRAIT Baptiste Caulonque basse defBaptiste Caulonque, directeur général d’Oxbow, la filiale de Lafuma spécialisée dans le surf, a quitté l’entreprise, rapporte le quotidien Sud-Ouest du 1er mars. Nommé au printemps dernier, Baptiste Caulonque avait présenté le plan de redressement de l’entreprise, en difficultés, le 10 décembre dernier.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Olivier Cantet

Olivier Cantet

Olivier Cantet, directeur général du fabricant de surf Rip Curl et président de Rip Curl Europe, quittera l’entreprise au plus tard le 30 juin 2013. Il quitte ainsi le troisième fabricant mondial d’articles de surf après une dizaine d’années passées dans le groupe et après avoir mis en route le recentrage de ses activités européennes.

 

Nouveau rebondissement dans le dossier Billabong. Après l’offre de son ancien dirigeant Paul Naude et du fonds Sycamore Partners Management, annoncée en décembre 2012, la marque de surf Billabong a reçu lundi 14 janvier une offre du géant du sportswear VF Corp.

Associé au fonds d’investissement Altamont, VF Corp. s’est alignée sur l’offre de Paul Naude, soit 1,10 dollar par action, ce qui valorise Billabong à quelque 422 millions d’euros. Un montant qui reste inférieur à celui proposé par les fonds Bain Capital et TPG International, qui s’étaient retirés à l’automne dernier… Il est vrai que les perspectives de Billlabong restent incertaines, le groupe ayant prononcé le mois dernier une alerte sur ses résultats 2012. VF Corp. a publié une prévision de chiffre d’affaires en hausse 15 % pour l’année 2012, à 10,9 milliards de dollars US, dont 1 Md $ pour Timberland. Outre cette marque acquise en 2011, la branche Outdoor et sports d’action de l’entreprise regroupe les marques The North Face, Jansport, Eastpack, Napapijri, Vans, Smartswool et Reef. Le groupe est également propriétaire des marques de jeans Lee et Wrangler, entre autres.

Le groupe australien de vêtements et articles de surf, en difficulté financière a reçu une offre d’un ancien dirigeant, Paul Naude. Ce dernier, qui avait démissionné le mois dernier de son poste de directeur de la région Amérique pour préparer une offre, propose 1,10 dollar australien (88 centimes d’euro) par action, valorisant ainsi le groupe à 526,8 millions de dollars australiens (422 millions d’euros). L’annonce a entraîné une suspension de la cotation du groupe australien à la bourse de Sydney lundi 17 décembre 2012. Après une perte nette de 275,6 millions AUD sur l’exercice 2011/2012 clos en juin, contre un bénéfice de 119,1 millions l’année précédente, différents investisseurs avaient proposé une offre de reprise. Sans concrétisation d’aucun de ces plans, provoquant un plongeon de l’action de Billabong.

Le Groupe Lafuma publie une perte de 15,2 millions d’euros pour son exercice clos au 30/9/2012.
Cette perte est liée à quatre éléments : le résultat opérationnel courant, de +3,6 M€, est en baisse de 6,8 M€ ; la dépréciation partielle de la survaleur liée à l’acquisition d’Oxbow pour -10,7 millions d’euros ; la perte de la coentreprise chinoise pour une quote-part de -2,3 millions d’euros; et le résultat des activités non poursuivies (essentiellement Le Chameau) pour – 700 000 €. ” Les résultats du Groupe LAFUMA ont été essentiellement pénalisés par la contreperformance du pôle Surf, liée à la baisse de sa marge brute et à une décision de dépréciation des écarts d’acquisition sans impact cash“, précise un communiqué du groupe.
Chiffre d’affaires stable
Le chiffre d’affaires consolidé de l’exercice, retraité des activités cédées ou en cours de cession , est resté stable à 224,5 millions d’euros. Les activités des pôles Montagne et Great Outdoor sont en croissance respectivement de +11,5 % et +2,3%, l’activité du pôle Surf est en très fort retrait à -16,4%. La progression de 6,8% des activités internationales tirées par l’Asie (+23,9%), a compensé le retrait des activités en France de -5,1%. Les activités boutiques et e-commerce confirment leur progression avec une croissance de +13,3%.
Endettement réduit
Le Groupe Lafuma confirme l’amélioration de son besoin en fonds de roulement, grâce à la diminution des stocks, un meilleur calibrage des achats et la bonne gestion du poste clients. Ainsi, le Groupe affiche un niveau de dettes historiquement au plus bas, conforté par l’effet de la cession de Le Chameau. Dans le même temps, le Groupe Lafuma a poursuivi la restructuration de sa dette en allongeant la maturité du crédit syndiqué et des bilatéraux, tout en augmentant son crédit moyen terme, notamment grâce à l’émission d’un emprunt obligataire de 4 millions d’euros en octobre dernier.

Centré dorénavant sur l’Outdoor Sport, le Groupe Lafuma poursuit son plan de développement autour de l’innovation, de l’international et du commerce électronique. En parallèle de ces développements, le Groupe est focalisé sur le redressement et le repositionnement d’Oxbow via la finalisation de sa réorganisation et la redynamisation de la marque et des collections.

 

Pour relancer la machine, déficitaire d’un peu plus de 5 millions d’euros, Oxbow (Groupe Lafuma) réduit sa gamme de produits et se concentre sur la mode masculine. Résolument tournées vers le lifestyle, les collections sont épurées et reviennent à des basiques.

C’est un peu l’opération de la dernière chance. « Nous sommes arrivés sur le marché avec la maille, ce sera le produit de notre rebond. Pour l’été, nous reviendrons aux t-shirts et boardshorts », a lancé Baptiste Caulonque, directeur général d’Oxbow, lors d’une conférence de présentation de la nouvelle stratégie de la marque, le 10 décembre 2012. L’identité française sera également remise à l’honneur. Le positionnement graphique et les messages marketing vont être simplifiés. Le site internet sera également totalement revu.

Autre grand chantier de la marque : l’ouverture d’une dizaine de nouveaux magasins par an jusqu’en 2015. Comme les collections textile, le concept des boutiques a également été repensé et épuré. Logo de la marque mis en avant, présentoirs identiques quelle que soit la boutique, tout est fait pour simplifier le message et redonner une identité à la marque. Les magasins déjà existants subiront un lifting dans la même période, à raison de deux ou trois magasins par an. Le premier à voir le jour sera celui du centre commercial de Velizy 2, en mars 2013.

 

 

 

 

 

Nouveau style, nouvelles têtes

Pour mener à bien ces grands chantiers, Oxbow a renouvelé une partie de son équipe dirigeante. Ainsi, depuis fin octobre, Philippe Raud, a été nomm

é responsable commerce de détail. Débauché de chez Quicksilver où il était responsable gestion et responsable approvisionnement Europe, il a pour objectif d’augmenter la rentabilité des magasins en propre sous forme de succursales et d’affiliation. « Même si nous devons consolider la distribution multisport, les magasins en direct doivent devenir un véritable mode de communication » explique Philippe Raud. Sans être véritablement écartée, la franchise n’est cependant pas du tout privilégiée.

Quelques jours avant l’arrivée de Philippe Raud, c’est un autre Philippe qui rejoignait les rangs d’Oxbow. Ancien de chez Façonnable, Philippe Paubert est également passé par Eden Park, Armor Lux et la haute couture. Arrivé comme directeur de collection il supervisera entièrement la collection 2014, réduite de 40%, et quasiment sans vêtements en néoprène, pour donner une image plus naturelle à la marque.

Avec un chiffre d’affaires d’environ 53 millions d’euros et une perte d’un peu plus de 5 millions, un plan de sauvegarde de l’emploi est en cours de discussion. Sur 147 employés, 35 postes seraient concernés. La marque espère se repositionner après cette restructuration et visera une clientèle plus mûre, plus éloignée de la compétition et de l’offre surfwear. La marque ambitionne d’équilibrer ses comptes fin 2013 et de doubler son chiffre d’affaires d’ici 2015.

Joël Clergiot

Toujours en pointe en matière de préservation de l’environnement, la marque californienne Patagonia a conçu, en partenariat avec Yulex, une combinaison de surf composée (suite…)

Le fabricant de surf Rip Curl a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 400 millions de dollars australiens (environ 320 millions d’euros) au cours de son dernier exercice, en hausse de 15 %. Toutes les régions sont en croissance sauf l’Europe, en baisse. Le résultat brut d’exploitation est bénéficiaire après restructuration. Les magasins en propre ont réalisé une progression de 14 % de leur chiffre d’affaires sur la période du 1er juillet au 4 novembre. Dans le surfwear, le groupe compte notamment sur une nouvelle collection “plein été”  qui sera en magasins à partir de mai.