Salomon, marque phare du groupe Amer Sports

Amer Sports (marques Salomon, Atomic, Wilson, etc.), donne une dimension supplémentaire à sa stratégie de marketing expérientiel et communautaire en créant une double force de frappe d’influenceurs salariés et d’ambassadeurs de terrain, experts de leur discipline sportive et des réseaux sociaux.

Amer Sports France vient de nommer six Influencer Marketing Managers Experts, des salariés. Ces « IMM Experts » sont spécialisés dans plusieurs métiers du groupe : le tennis (marque Wilson) avec un expert basé à Paris et un à Lyon, le running (idem), à la marque Salomon et le ski, avec un expert dédié à la Salomon et un autre à Atomic. Chacun d’entre eux aura pour mission de recruter, former et encadrer 40 à 50 ambassadeurs à l’horizon de six mois, afin de couvrir la totalité du territoire métropolitain, annonce Yves Weber, manageur France du fabricant d’articles de sports.

Des accélérateurs de consommation

« Le rôle des ambassadeurs experts sera d’activer des campagnes conso (tests de nouveaux produits, événements…) mais aussi de les relayer très fortement sur les réseaux sociaux », explique Yves Weber. Cette escouade de quelque 250 à 300 sportifs passionnés, équipés par leur marque et rétribués, « nous permettra de multiplier les essais produits et les événements avec nos partenaires clé. Il constituera un très fort accélérateur de communication via les réseaux sociaux et, de ce fait, stimulera la demande et créera une meilleure expérience d’achat », complète-t-il. Cette approche communautaire et expérientielle s’inscrit dans la continuité de l’évolution de la stratégie marketing du groupe qui, depuis quelques années, privilégie l’interaction directe avec ses consommateurs et renforce les partenariats étroits avec ses meilleurs revendeurs.

Les partenaires premium dans la boucle


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Antoine Ballon et David Gire (Babolat) au Centre national d’entraînement de la FFT, Porte d’Auteuil.

Jaune, comme la couleur préférée de son poulain, rouge, pour rappeler la terre battue, et noire : la série spéciale “Decima” de Babolat n’est pas une raquette discrète. Elle célèbre la 10è victoire de Rafael Nadal à Roland Garros, l’an passé.

De Moyà à Nadal

Conçue à partir d’un modèle Pure Aero, la raquette arbore un “Decima” – un gros “10” – inscrit en lettres de feu et affiche les dix Coupes des Mousquetaires soulevées par le champion, tels des trophées sur un avion de chasse. « Ce sera notre gros coup de communication au moment de Roland Garros, indique David Gire, directeur marketing et commercial France de Babolat. Nous allons raconter beaucoup d’histoires autour de la famille de Rafael, en regard avec l’histoire familiale de Babolat ou sur la première victoire de Babolat à Roland Garros, il y a 20 ans ».  C’était déjà grâce à un Espagnol : Carlos Moyà. Un film sera diffusé sur les réseaux sociaux.

La Decima («la dixième»), fabriquée à «plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires», sera disponible à compter du 1er mars mais elle est déjà proposée en avant-première au Drugstore Publicis des Champs Elysées, à Paris. «Une opportunité qui nous offre une visibilité internationale», se réjouit Antoine Ballon, directeur marketing tennis de Babolat. Ce dernier compte aussi beaucoup sur le partenariat avec Roland Garros. Prix de vente conseillé : 249,95 € non cordée.

Un stand “Decima” à la Porte d’Auteuil

Présente à la Porte d’Auteuil depuis 2011, la marque y installera un stand “Decima”. Outre ses ambassadeurs – entre 70 à 80 joueurs – sur les courts, la marque française sera visible grâce à la “Jumbo Can”, ce caisson installé au pied de la chaise de l’arbitre, et fournira aussi les sacs à dos aux ramasseurs de balles. Ses produits seront vendus dans les boutiques officielles. Le bon parcours de ses protégés devrait faire le reste. «Et si Rafael Nadal gagne un onzième Roland-Garros… On réfléchira à fêter cela avec autre chose», anticipe déjà David Gire !

Le bon ROI de Roland-Garros

Leader en Europe, aux Etats-Unis et au Japon des raquettes de tennis, avec 1,5 million d’unités écoulées, Babolat est très satisfait de son partenariat avec Roland-Garros. Les produits officiels, siglés par le tournoi, représentent 10% du chiffre d’affaires France, estimé à 28 millions d’euros sur un total mondial de 136 millions pour la saison 2016/2017. Le tennis représente l’essentiel des revenus de la marque : 103 millions d’euros, soit 75%. Le solde est réparti entre le badminton, (9 millions), le padel (moins de 2 millions) et les chaussures et textile (22 millions).


Immédiatement après la victoire de la France en Coupe Davis, à Lille le 26 novembre dernier, BNP Paribas, sponsor de la Coupe Davis, a annoncé une opération de promotion de la pratique du tennis auprès des jeunes publics.
(suite…)

Lacoste sera le partenaire officiel de la rencontre France-Belgique lors de la finale de la Coupe Davis par BNP Paribas 2017 (suite…)

Jeremy Chardy, athlète Lacoste et Tecnifibre

La marque française Lacoste renforce son positionnement premium en prenant le contrôle de Tecnifibre.
Cette prise de contrôle par le Lacoste Holding, à hauteur de 80% de la société Major Sports  – détentrice de la marque Tecnifibre – sera effective au 1er octobre 2017.
La marque Tecnifibre propose une large gamme de cordages, raquettes et accessoires pour la pratique du tennis, du squash et du padel, ainsi que des balles en partenariat avec Bridgestone. Tecnifibre, qui réalise un chiffre d’affaires annuel d’une vingtaine de millions d’euros,  est présent principalement en France à travers un réseau de distribution spécialisée et développe son activité à l’international notamment en Europe et aux Etats-Unis. Le management actuel devrait rester en place.
« Ce projet ambitieux va permettre de faire jouer des synergies valorisantes pour les deux sociétés : l’accélération du développement à l’international pour Tecnifibre et le développement de produits techniques sous la marque Lacoste » précise Thierry Guibert, président du Groupe Lacoste .
S’appuyant sur ses authentiques racines sportives, Lacoste est représenté aujourd’hui par plus d’une centaine de champions de tennis et de golf de plus de 20 nationalités différentes. Avec une présence sur de nombreux tournois, la marque renforce son patrimoine dans le tennis à travers des événements de renom dans le monde entier tels que Roland Garros, le Miami Open et l’ATP Finals. Tecnifibre est de son côté partenaire de l’ATP jusqu’en 2020.

 


L’équipementier Head, a fait appel à Pier Gauthier, fondateur de coachingmental.fr pour intervenir en sa qualité de consultant et apporter son expertise aux joueurs du Team Head France. (suite…)

Selon une étude de l’Union Sport & cycle, réalisée en partenariat avec la Fédération Française de Tennis (FFT), sur un échantillon de 4800 individus, représentatif des licenciés de la FFT, 4,4 millions de personnes pratiquent le tennis en France, dont 1 million de licenciés. Le tennis est ainsi le deuxième sport le plus pratiqué en club derrière le football (2,2 millions). La fédération compte quelque 8000 clubs affiliés.

Des licenciés férus de compétition

Selon l’étude, la quasi-totalité des licenciés (93% des répondants) s’entraînent une fois par semaine (20 % chez les non licenciés). Ils sont aussi très fidèles avec leur partenaire de club, avec qui ils sont 82 % à jouer habituellement. Et pour 58% d’entre eux, ce sont des compétiteurs individuels, dont 56% d’adeptes des rencontres par équipes. On constate aussi de fortes connections entre le tennis et d’autres sports : 26% des licenciés pratiquent aussi le running, 20% le ping-pong et 14% le badminton. Le padel devient une activité désirée car 97% des licenciés se disent intéressés par une pratique de ce sport, en complément de la petite balle jaune.

Un marché de 300 M€ par an

Selon les estimations de l’étude, les licenciés de tennis consomment pour 300 millions d’euros par an d’équipements pour pratiquer leur sport favori. Côté matériel, 300 000 raquettes sont vendues chaque année en France. Leur consommation varie peu, avec plus de 65% de personnes qui n’en changent que tous les 3 ans, pour un prix annuel d’environ 135 euros, soit 40% du budget tennis. En revanche, on observe un engouement pour les objets connectés, que 30 % des licenciés envisagent prochainement d’acheter.

Download (PDF, 467KB)

 

 

partenariat-tecnifibre-atpLe fabricant français de raquettes a prolongé jusqu’à 2020 son partenariat avec l’ATP. (suite…)

visuel terrainLe spécialiste de l’équipement de tennis et de squash Tecnifibre attaque le marché du padel. Une gamme dédiée à ce sport en pleine expansion est commercialisée depuis le 15 avril 2016. Le champion de France 2015 de la discipline, Jérémy Scatena, sera l’ambassadeur de la marque pour les 5 années à venir. 

C’est le chef de produit espagnol Javier Llebot Lozano qui a créé la gamme padel de la marque. Tecnifibre, qui souhaite être perçu comme un spécialiste, a d’ailleurs souhaité simplifier le discours autour de ce sport :  ” le padel est un marché atomisé de marques avec des discours autour du produit bien trop complexes. Il semblait essentiel de revenir aux fondamentaux du jeu et installer un marketing facile à comprendre par tous les joueurs de padel ” explique Javier Llebot Lozano.

La gamme padel est composée de 2 palas (raquettes) commercialisés au prix de 169,95 €. Le modèle Wall Breaker est idéal pour les joueurs souhaitant maximiser leur explosivité et leur puissance, tandis que la Wall Master conviendra à ceux privilégiant la maniabilité, la précision et le confort.

Deux balles ont également été développées, en collaboration avec Bridgestone. La Padel Tour (4,95 €), conçue pour optimiser la vitesse et la prise d’effet, et la Padel Team (3,95 €), résistante aux frottements et à l’humidité.

Joint par Filière Sport , Vincent Legros, responsable des comptes clés chez Tecnifibre, a indiqué que la marque ” ne  négligera aucun de ses canaux de distribution habituels. Les magasins partenaires (spécialistes et GSS) de nos clubs sous contrat seront bien évidemment revendeurs de nos produits, et de parfaits relais pour nos moniteurs prescripteurs. L’émergence des terrains de padel au sein de structures privées multisports contribuera également à la diffusion de nos gammes dans les proshops “. 

La marque souhaite par ailleurs se différencier de ses concurrents par une approche plus pédagogique. Encore émergent, les acteurs du padel peinent pour l’instant à répondre aux attentes et aux questions des consommateurs : “en tant que marque hyper-spécialiste, notre rôle sera de segmenter l’offre de manière claire et efficace pour l’ensemble de la communauté. Plus de lisibilité, et des réponses précises aux besoins de chacun. Etre véritablement capable de faciliter la recommandation produits sera notre challenge le plus important. Nous ne nous fixons pas de limite et souhaitons une évolution rapide en terme de parts de marché, comme c’est le cas sur le tennis et le squash ” explique Vincent Legros.

Visuel produits

 

 

AsicsL’équipementier japonais vient de dévoiler ses résultats 2015 pour la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique). Les ventes ont augmenté de 16 % sur l’ensemble de ces marchés. Une croissance tirée par les performances de la marque dans le running, le tennis, le rugby mais également le lifestyle ; Asics ayant relancé sa gamme Tiger l’an passé. 

Après une croissance importante en 2014 (+ 13 %), Asics a de nouveau amélioré ses performances dans la zone EMEA lors de son dernier exercice. Les ventes ont connu une hausse à 3 chiffres sur le marché sud-africain  tandis que la marque  a continué de s’affirmer sur le marché européen avec une croissance supérieure à 10 % dans de nombreux pays (France, Suède, Norvège, Danemark, Pologne, Russie, Espagne, Benelux).

Un développement massif sur le marché du running, du tennis et du rugby


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

L’équipementier japonais qui fête ses 110 ans cette année fait son grand retour dans le tennis européen. Une gamme de produits basée sur la performance, la légèreté et la durabilité a été validée après des semaines de tests auprès de joueurs professionnels et d’entraîneurs confirmés.

Qui dit retour dit nouveautés produits. Deux paires de chaussures ont été pensées. La Wawe Exceed Tour, légère et durable, destinée à la compétition et à la pratique intensive du tennis ; et la Wave Intense Tour, qui s’adapte aux joueurs désireux de faire de la stabilité leur priorité. Les deux modèles sont disponibles au prix de 140 € et s’adaptent à toutes les surfaces de jeux.

La marque s’appuiera sur une équipe de joueurs internationaux parmi lesquels Ivo Karlovic (24e au classement ATP), Marcos Bagdhatis (45e) ou encore Roberto Bautista Agut (21e). La gamme de produits femme sera portée par la russe Yulia Putinseva, 77e au classement mondial. « Nous sommes très heureux de pouvoir travailler avec des joueurs de haut niveau qui porteront nos couleurs sur les tournois ATP et WTA. Leur rôle a été très important, dans le processus de développement de cette gamme” a notamment déclaré John Hooper, Responsable EMEA marketing et promotion sport Mizuno.

La Wave Exceed Tour modèle homme

La Wave Exceed Tour modèle homme

La Wave Intense Tour modèle homme

La Wave Intense Tour modèle homme

 

 

 

 

 

 

BABOLAT POP - copie 2Deux ans après le lancement de sa raquette Play la marque française vient de présenter, à l’US Open, un bracelet connecté dédié au tennis. Baptisé Babolat Pop, il sera commercialisé à partir de la semaine prochaine aux Etats-Unis et du 1er décembre 2015 en Europe. 

En Europe, le bracelet sera disponible en précommande sur une plateforme dédiée dès le mois d’octobre. « Cette plateforme, qui est une première pour nous, ne fera que de la préréservation, toutes les ventes passeront par les magasins », tient à préciser David Gire, directeur commercial France de Babolat. Ainsi, le réseau de distributeurs de la marque sera préservé et encouragé à distribuer le produit.

Un public plus large

Fourni par la start-up PIQ, Pop est un capteur associé à un bracelet textile qui permet de mesurer le nombre de coups droits, de revers et de services ainsi que les effets, la puissance, la durée des échanges et le nombre de coups par minute. En localisant la prise de mesures au niveau du poignet, et non plus dans la raquette, Babolat entend « offrir une expérience connectée à tout joueur, indépendamment de son niveau, du type ou de la marque de la raquette et du niveau du joueur », explique Jean-Marc Zimmermann, chef de projet « Connected players experience » chez Babolat. Le bracelet est associé à une application communautaire ludique qui permettra notamment à chaque utilisateur de lancer des défis à ses amis.

“Porte d’entrée vers le connecté”

Vendu 89,95€ prix conseillé, contre 299€ minimum pour la Play, Pop se révèle complémentaire à la raquette tant en termes de prix que d’usages. Plus orientée performance, la Play donne en effet accès à des informations plus techniques, tels que la localisation du point d’impact de la balle sur le tamis ou la vitesse de service et la détection des volées, intégrées dans la dernière version de l’application. Une passerelle entre le bracelet et la raquette est cependant ménagée via l’application Play, où les joueurs Pop apparaîtront dans le classement mondial… Pop, qui cible notamment la clientèle des juniors, se définit ainsi comme une « porte d’entrée dans le tennis connecté », explique David Gire. Le bracelet bénéficiera en conséquence d’un réseau de distribution plus large que la Play, dont la diffusion (160 point de vente en France) reste sélective.

Logo FFT`La Fédération française de tennis a troqué son vieux logo, un peu daté avec ses initiales imbriquées, pour une identité visuelle beaucoup plus contemporainne, qui reprend le dessin d’un court de tennis. En décidant de « préempter le terrain de jeu » (sic), la FFT entend mettre en avant les diverses pratiques plutôt que son organisation. Le nouveau logo a aussi l’intérêt de pouvoir être décliné en différentes couleurs : ocre, vert, bleu…

Après avoir occupé des postes de terrain chez Head et diverses fonctions managériales dans le marketing et la direction commerciale chez Thuasne Sport, Ludovic Luchini a été nommé category manager racketsports pour HEAD France, filiale du groupe HTM pour le marché français. Il succède à ce poste à Folco Canonico.

009_SS15_LACOSTE_LT12_Racket - copiePlus de soixante ans après avoir détrôné le bois en inventant une raquette en métal, Lacoste opère un étonnant retournement en remettant le bois au goût du jour. La marque au crocodile lancera, en avril prochain, la première raquette en bois et graphite, appelée LT12. L’épilogue d’un programme de trois ans, auquel Guy Forget, un fidèle de la marque, a participé, qui constitue une véritable innovation technique.

 Créée 1961 par René Lacoste lui-même, la raquette en métal disposait d’une élasticité beaucoup plus grande que son homologue en bois et permettait d’améliorer spectaculairement la frappe de balle. Mais le métal a l’inconvénient d’être traumatisant et dans les années 1980-90, il a été remplacé par de nouveaux matériaux high tech, tel que le graphite. Considérant que le bois conserve ses atouts – il procure un confort de jeu inégalable en absorbant les vibrations – la marque au crocodile a souhaité à l’associer au graphite, qui améliore le contrôle et la vitesse de la balle. Un « alliage inédit » qui, selon un communiqué de la marque, « confère à la raquette stabilité, solidité, rapidité et précision ». Son développement a pris du temps car l’assemblage des deux matériaux reste très difficile à accomplir.

 Trois essences de bois

002_SS15_LACOSTE_LT12_Racket - copieLa technique mise en œuvre pour la LT12 consiste à tricoter les fibres de graphite comme de la laine, un processus exclusif au modèle, et à les lier au bois au moyen d’une résine. Composée à 70 % de bois et à 30 % de graphite, la LT12 associe au High Modulus Graphite, issu de la recherche aéronautique, trois essences de bois. Le noyer, situé à l’intérieur de la raquette, donne une certaine rigidité. Il amortit les vibrations au niveau du cordage. Le balsa, situé au cœur de la raquette, ainsi que le tilleul, à l’intérieur du tamis, sont ajustés pour amortir les vibrations de la structure de la raquette. L’alliage inédit du graphite et du bois

Un travail d’orfèvre

Entièrement fabriqué par un artisan français d’Albertville, chaque raquette nécessite cinq heures de travail. Elles sont pesées au gramme près, poncées au dixième de millimètre pour obtenir la bonne épaisseur et une surface parfaite. Chaque pièce est unique en fonction de la couleur du bois, des marbrures, des teintes, etc. Fabriquée à 650 exemplaires numérotés, la raquette LT12 sera disponible à partir d’avril 2015 au prix de 550 €.

Une gamme textile complémentaire

SS15_LACOSTE_LT12_DH7453_BUG

Pour accompagner son lancement, Lacoste propose une collection textile capsule inspirée de l’esthétisme des débuts du tennis et de clins d’oeil au colors blocks des années 70 et 80, avec des matières techniques (petit piquée sur du nylon respirant et anti-odeurs) : polos, survêtement, short, casquette, t-shirts et un sweatshirt « Game set and match », complétés par une ligne d’accessoires.034_SS15_LACOSTE_LT12_L781S001

028_SS15_LACOSTE_LT12_L.IGHT_LT12_729SPM0072_11C - copie

Jeremy Chardy

Jeremy Chardy

Tecnifibre a signé un contrat matériel avec le tennisman Jeremy Chardy pour les quatre prochaines années.

Le joueur français, 27 ans, n°31 mondial, devient leader du team de la marque. Celui-ci accueille une autre nouvelle recrue, l’Américain Donald Young, qui a signé pour 3 ans avec la marque d’articles de tennis. Le jeune gaucher est classé n°5 aux Etats-Unis et 59è mondial. Il a été le plus jeune champion du monde junior de tennis et incarne la génération montante.

Under Armour_Andy_MurrayLa marque américaine a officialisé un accord de partenariat de quatre ans avec le Britannique Andy Murray, sixième joueur mondial de tennis, vainqueur du tournoi de Wimbledon en 2013 et de l’US Open en 2012.

Dans le cadre de ce partenariat, Andy Murray portera les vêtements, chaussures et accessoires de la marque. L’accord porterait sur une quinzaine de millions de livres sterling, soit environ 19 millions d’euros. Under Armour succède à Adidas comme équipementier du tennisman. Ce dernier est le plus connu des joueurs de tennis sponsorisés par Under Armour, qui a également sous contrat les Américains Sloane Stephens et Robby Ginnepri. L’accord avec Andy Murray enrichit et de diversifie le groupe d’athlètes lié à Under Armour (parmi lesquels Michael Phelps, Misty Coppeland et Lindsey Vonn) et soutient son développement à l’international.

ASICS America BZ 100Confirmant ses ambitions sur le marché du tennis, Asics a annoncé hier le lancement aux Etats-Unis de sa première raquette de tennis, la BZ 100.

La catégorie tennis est une priorité globale pour Asics. Notre offre de chaussures de tennis rencontre un grand succès et nous espérons que notre raquette innovante suivra la même orientation“, a déclaré Kevin Wulff, PDG d’Asics America. La raquette se distingue par la dimension réduite de sa gorge, 30 % moins longue que la moyenne des raquettes sur le marché, ayant pour effet une réduction de la rigidité du cadre. Le décor de la raquette reprend le design “néon” popularisé par la gamme de chaussures de course de la marque. L’engagement d’Asics dans le tennis se traduit par des contrats de sponsoring avec les champions Gaël Monfils, Sam Stosur et Steve Johnson. La branche française n’a pour l’heure aucune information à communiquer sur le lancement de la raquette aux Etats-Unis et ses suites éventuelles sur les marchés européen et français.

Alizé Lim - Le Coq Sportif

Après avoir fait un retour dans le tennis masculin en janvier dernier avec Richard Gasquet, Le Coq Sportif revient dans le tennis féminin, avec une ligne de vêtements techniques et accessoires pour la pratique du tennis, portée sur les courts par la joueuse Alizé Nim, nouvelle ambassadrice de la marque. 

La collection est composée de robes, jupes, débardeurs et brassières en polyester respirant. Comme la ligne masculine, la ligne féminine est conçue à Paris, dans le bureau de style de la marque, et développée dans l’atelier Le Coq Sportif de Romilly-sur-Seine, près de Troyes. Alizé Lim est associée à la conception des produits. Les collection sera en vente au public à partir de janvier prochain.

La petite balle jaune est à l’honneur. A l’aube d’une finale de Coupe Davis explosive entre la France, à la conquête du 10ème saladier d’argent de son histoire, et la Suisse de “l’ogre” Federer, tous les regards sont tournés vers les tennismans français. Si l’âge d’or du début des années 1980 est bel et bien révolu, le tennis demeure une place forte du marché du sport en France, tant en termes de pratiquants que de taille de marché. 

Une pratique démocratisée et typiquement trans-générationnelle 

Selon les chiffres de l’Observatoire du Sport FPS/IPSOS, 5 millions de français s’adonnent à la pratique du tennis. Considéré jusqu’au début des années 70 comme un sport élitiste, il a su capitaliser sur son âge d’or au milieu des années 80 pour s’ouvrir et démocratiser sa pratique. Profil type du pratiquant actuel, un joueur « loisir », éloigné de la compétition et recherchant convivialité et détente, notamment en vacances. La femme adhère particulièrement à ce type de pratique « plaisir et familial » et représente ainsi 52% des joueurs occasionnels (contre 48% d’hommes). Autre point fort, son côté intergénérationnel : les jeunes sont certes les plus grands consommateurs de tennis (les 16-29 représentent 25% des pratiquants), mais la pratique séduit toujours à travers les âges puisqu’ils sont encore plus d’un million de pratiquants à + de 50 ans.

La pratique n’a pas pour autant déserté les clubs. Le tennis demeure en effet le 2ème sport français en matière de licenciés. Il est, avec le football, le seul sport à en rassembler plus d’un million (1,103 million en 2013). Il est intéressant de noter que le déclin des licenciés, constaté au milieu des années 90, est désormais enrayé.

Le marché du tennis, 226 millions d’euros de produits de plus en plus techniques

Le tennis détient une part toujours importante du marché du sport. S’il reste à distance respectable du football (395 M€), le marché du tennis représente en effet 226 millions d’euros en France.  En termes de segments produits, la chaussure, autrefois en tête (suite…)