MAG TEXTILESelon l’Institut Français de la Mode (IFM), le marché français du textile-habillement devrait afficher des ventes stables pour l’année 2015. Après 7 années consécutives de baisse, ce retour à la surface laisse présager des perspectives encourageantes pour l’année 2016.

Impact non négligeable des attentats

Dans un contexte de reprise de la consommation des ménages, l’année 2015 aurait pu être celui du retour à la croissance pour le marché du textile en France. Toutefois, le brutal coup d’arrêt de l’activité suite aux attentats a engendré un manque à gagner de -15% à -20% sur le mois de novembre, qui ne sera pas rattrapé. Aussi, avec une hypothèse de consommation neutre en décembre, le marché connaîtrait des performances équivalentes à celles de l’année dernière, plus exactement une baisse de 0,1%. Un résultat en ligne avec les chiffres de nos voisins Européens, en léger recul de 0,3%. Selon Hélène Fourneau, responsable des panels de l’IFM, « il faudra donc attendre 2016 pour valider définitivement la sortie de crise », cette dernière tablant sur une estimation de croissance de +0,7% en 2016.

IFM

Les spécialistes sport tirent leur épingle du jeu

Dans les magasins de sport, selon les estimations de la FPS, les ventes textiles devraient être en 


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Selon l’Institut Français de la Mode (IFM), la consommation d’habillement a reculé de 0,9% en 2014, 7ème année consécutive de repli en France. Hélène Fourneau, responsable des enquêtes et Evelyne Chaballier, experte IFM, analysent la tendance et ses conséquences pour le secteur sport.

Capture d’écran 2015-01-19 à 16.39.29

Evolution Consommation d'habillement 2011 - 2015Filieresport –  L’année 2014 a été marquée par un nouveau recul de la consommation d’habillement en France. Comment analysez-vous ces résultats ?

Hélène Fourneau : Depuis 2008 et le début de la crise, la consommation textile est effectivement en repli, même si le recul est moindre depuis 2 ans (successivement -0,7% et -0,9%). Il est néanmoins clair que les arbitrages des consommateurs se font au détriment de leur budget d’habillement. En 2014, on a assisté à un retournement de la part des consommateurs : la tendance du « moins mais mieux » que l’on observait depuis 3 ans a laissé place à « du plus mais moins cher » avec une augmentation des volumes n’ayant pas réussi à contrebalancer la baisse des prix moyens.

De quel ordre est la baisse du prix moyen ?

HF – Le prix moyen a reculé d’environ 4% en 2014. Outre cette volonté affichée d’acheter moins cher, on a également observé des évolutions dans le choix des produits. Par exemple, les consommateurs se sont massivement tournés vers les doudounes au détriment des manteaux et grosses vestes, ce qui a logiquement impacté le prix moyen. Autre exemple frappant, sur un même produit cette fois-ci, le prix moyen du costume s’est effondré, passant de 150 euros à 120 euros en quelques années.

Evelyne Chaballier – Il faut dire que l’offre est très orientée « prix bas », et que tant que les consommateurs jugent la qualité acceptable, ils continueront à plébisciter ce marqueur.

L’homme avait affiché de bons résultats ces dernières années. La tendance fût la même en 2014 ?

HF – Il est vrai que sur les dernières années, on avait assisté au réveil de la consommation masculine. En 2014, les hommes sont devenus plus raisonnables et sont rentrés dans le rang (-1,8% en valeur). Cette année marque surtout le retour de la femme (-0,3% en valeur), toujours très attachée à la mode et qui a plus dépensé que précédemment. En 2014, la femme a re-consommé ! Enfin, l’enfant est toujours en difficulté (-0,8%), un segment où la consommation alternative marche à plein (vide-grenier, occasion).

Capture d’écran 2015-01-19 à 16.40.18 (retour au dossier : cliquer ici)

Filieresport – Dans un contexte de baisse de la consommation d’habillement, comment se comportent les enseignes de sport ?

HF – Selon nos estimations, le chiffre d’affaires des enseignes spécialisées sport est en recul de (suite…)

Keen part à la conquête du textile.  La marque américaine teste une gamme réduite de vêtements polyvalents au style décontracté, en attendant d’être développée en fonction de l’appréciation des internautes.

Newport_Trouser_HRLa marque de chaussures outdoor Keen se lance dans le textile. Mais à tâtons. Pour cela, elle compte sur sa communauté de fans, très active sur internet, pour tester les réactions vis à vis de cette nouvelle gamme, avant de la proposer aux magasins. Lancée simultanément en Europe, aux Etats-Unis et au Canada via les réseaux sociaux, la collection est volontairement réduite. Elle se compose de cinq modèles de pantalons (3 pour homme, 2 pour enfant et 1 pour femme), un bermuda, une jupe, des t-shirts manches longues ou courtes et des sweatshirts, avec ou sans capuche. Les modèles et les coloris sont restreints car ils ne seront développés qu’en fonction de l’accueil des internautes. Le but : proposer une ligne de vêtements cohérente avec l’offre chaussures et faire grossir la communauté, habillée de pieds en cape avec la marque.

Le confort avant tout

Avec un design reprenant les codes du streetwear et de l’outdoor, la ligne se veut du même esprit de confort et de résistance que les chaussures. Selon la marque, les croquis ont été réalisés directement sur le corps humain pour créer un patron unique où les coutures et les renforts respectent l’anatomie. L’aisance et la liberté de mouvements doivent convenir à la pratique de la randonnée mais également à la pratique du vélo ou de la balade en ville. La pièce maitresse de cette collection est le pantalon pour homme Newport (94,95€), aux nombreuses poches et en toile robuste, qui reprend le nom de la sandale à l’origine du développement de la marque. En Europe, le seul magasin de la marque, à Prague, propose la collection. Pour les autres pays, les aficionados devront commander les articles sur le site internet de la marque.

Joël Clergiot

 

La baisse du marché du textile sport amorcée en France au premier trimestre 2013 se confirme et s’accentue sur le second trimestre, selon le Baromètre textile sport France NPD pour la FPS.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Les chiffres d’affaires des distributeurs de textile-habillement ont progressé de 5,3 % en avril (+ 5,7 % pour l’habillement, + 1,6 % pour le textile), selon l’Observatoire économique de l’Institut français de la mode. Le prêt-à-porter femme (+ 8,8 %) et l’habillement enfant (+ 7,8 %) tirent le marché, tandis que l’homme se languit (+ 2 %). La performance d’avril 2013 doit toutefois être relativisée car la référence d’avril 2012 était basse (- 17 %).

Selon les premiers résultats publiés par l’Institut français de la Mode, les chiffres d’affaires des distributeurs de textile-habillement ont accusé, en moyenne, un recul de 6 % en valeur en février 2013.

Pour rappel, la référence de février 2012 s’était inscrite en baisse de 4 % par rapport à février 2011.Tous les circuits de distribution ont subi un repli de leur activité commerciale en février. Les résultats s’échelonnent de – 15 % pour les magasins populaires à – 5 % pour l’ensemble des chaînes spécialisées. Au sein des différents rayons du commerce de détail indépendant multimarques, on notera la meilleure résistance des ventes de vêtements pour enfant.