Fabien Gilot, champion olympique à Londres, vice-champion olympique à Rio et capitaine de l’équipe de France de natation depuis 2012, vient d’être nommé président du Conseil national du sport (CNS), succédant ainsi à Dominique Spinosi.

Le CNS est une instance de concertation sur la politique sportive. Le nageur aura la tâche de mener une réflexion globale sur le fonctionnement du CNS, afin notamment d’en renforcer le rôle et d’en améliorer l’efficience. Cette nomination a été faite sur proposition de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports et de Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux Sports.

Le mardi 7 février 2017 au salon Sportcoll de Montpellier (34), 175 villes ont reçu le label « Ville active et sportive » des mains du secrétaire d’État en charge des Sports, Thierry Braillard. Un prix qui récompense l’engagement des agglomérations en faveur du développement sportif.

Parmi les communes lauréates, quelques grandes villes comme Lille (59) ou encore Pau (64), mais surtout beaucoup de plus petites telles que Gradignan (33) ou Tassin-la-Demi-Lune (69). Les élus de cette “élite” des villes sportives françaises (liste complète consultable ici) était présente dans l’Hérault pour obtenir son ou ses lauriers, le label en comportant de 1 à 3 en fonction du degré d’investissement de chaque collectivité. Les villes ainsi distinguées pourront ainsi afficher le label, créé à l’initiative de l’Union sport & cycle et de l’Association nationale des élus du sport (Andés), sous forme de panonceaux sur leur territoire.

Une demande pour de nouveaux équipements

Dans le cadre du label « Ville active et sportive », une enquête a été publiée par l’Union sport & cycle concernant les attentes des sportifs au sein de leur ville. Celle-ci révèle notamment que près des deux-tiers des Français souhaitent davantage d’équipements sportifs dans leurs communes. Sur le podium des plus demandés, figurent les espaces fitness de plein air, des piscines, mais aussi des sentiers pour la randonnée et des parcours de santé.

Download (PDF, 2.41MB)

 

pepsport 4400Organisé les 14 et 15 septembre au stade Jean Bouin à Paris, Pep’sport, réunira les acteurs professionnels du sport et de l’activité physique en entreprise. Expositions, conférences et rencontres d’affaires permettront aux acteurs du marché de rencontrer des chefs d’entreprises, des DRH et des C.E en quête de solutions et d’échanges sur les bonnes pratiques. Filière Sport est partenaire de l’évènement.

Anne Hidalgo, la maire de Paris et Thierry Braillard, secrétaire d’état aux sports inaugureront cette première édition le 14 septembre à 9h30 au stade Jean Bouin à Paris (75016) accompagnés de Guillaume de Monplanet, directeur général d’Adidas France et Didier Bessemer, président de la Fédération française du sport d’entreprise.

L’évènement fait le plein puisque plus de 70 sociétés ont annoncé leur présence en tant qu’exposants, partenaires ou conférenciers. Parmi ces derniers, il y aura lors des séances pleinières, 35 intervenants différents et plus d’une quarantaine pendant les tables rondes.

Les sujets du quotidien du monde du travail à savoir la lutte contre les accidents, la qualité de vie au sein de la société et surtout la présence du sport dans l’entreprise seront débattus à travers des témoignages et des retours d’expérience.

Capture d’écran 2016-02-24 à 12.11.20Pour sa quinzième édition, le salon des professionnels du sport se tient du 7 au 9 mars à Lyon Eurexpo. Au rendez-vous cette année, 320 exposants – dont Filière Sport (stand A07) – et un programme fourni de conférences.

Cette nouvelle session consacre donc la montée en puissance des conférences sur le salon, avec huit tables-rondes réparties sur les trois jours (lire ci-contre), inaugurées par un « Etat des lieux sur le poids économique du sport en France » réunissant les différentes fédérations du secteur et le secrétaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard.

LE PROGRAMME:

Lundi 7 mars à 10h00
Etat des lieux sur le poids économique du sport en France
Présentation des premiers chiffres du marché du sport 2015 avec un focus sur les chiffres sell-in du ski.
Intervenants :
Thierry Braillard, secrétaire d’État chargé des Sports – Ministère des Sports
Pierre Gogin, président délégué de la FPS
Magali Tézenas, déléguée Générale de Sporsora
Michel Zany, président de la FIFAS, PDG de Cornilleau
Animation : Virgile Caillet, délégué général de la FIFAS

14h00
Rencontre innovation textile & sport: Le corps connecté : la quantification de soi et le sport 2.0.
Intervenants :
Naïma Alahyane Rognon, directrice du département Design & Création, Alain Bensoussan Avocats
Christophe Ducamp, Quantified Self France
Damien Hars, responsable digital e-Commerce Groupe Rossignol
Philippe Guermonprez, chef du service Textile intelligent, Institut français du textile-habillement
Yann Micheli, fondateur de Puls@care
Animation : Sophie Bramel, journaliste spécialisée dans les textiles intelligents

16h00
Sport et Mode, une complicité payante
Animée par Pascal Monfort, directeur de création et rédacteur en chef mode du magazine Sport & Style.

Mardi 8 mars à 9h15
Quel rôle pour les marketplaces dans la stratégie digitale des marques de l’outdoor ?
Intervenants :
Philippe Corrot, PDG de Mirakl
Benoit Laval, fondateur et PDG de Raidlight/Vertical
Joël Doux, gérant de Outdoor Editions – Spirit Outdoor
Animation : Jean-François Loison, responsable Marketplace Outdoor Editions.

11h00
Développement des pratiques alternatives sur le ski : premiers chiffres en avant-première d’une étude FIFAS/FPS auprès de la population française
Intervenants :
Virgile Caillet, délégué général de la FIFAS
Vincent Vittoz, fondeur français, champion du monde de poursuite en 2005
Johann Personnaz, dirigeant de Sunset
Laurent Reynaud, Domaines Skiables de France (sous réserve)
Animation : Frédéric Tain, rédacteur en chef de Sport Guide.

14h00
Du designer au détaillant, comment le monde connecté redistribue les rôles de chacun dans la conception produit.
Intervenants :
Hacène Lahreche, directeur des opérations chez Creative Valley
Fabrice Jonas, fondateur du webmagazine Modelab
Animation : Florence Bost, designer textile spécialisée dans l’intégration de nouvelles technologies, auteure du livre « Textile, innovations et matières actives

16h00
Tendance lieux de pratiques  et modes de pratiques du sport
Intervenants :
Marc Sanchez, président de l’Association nationale des élus en charge du sport
Thierry Bedos, Ministère des Sports, Pôle Ressources national des Sports de Nature
André Giraud, vice-président délégué de la Fédération française d’Athlétism e
Animation : Patrick Bayeux, cofondateur des Presses universitaires du sport et rédacteur en chef de la revue Acteurs du sport.

Mercredi 9 mars à 11h00
Escalade – Alpinisme, analyse sur l’évolution: premiers chiffres en avant-première d’une étude menée auprès des licenciés de plusieurs fédérations de l’univers de la montagne.
Intervenants :
Pierre-Henri Paillasson, directeur général de la Fédération française de Montagne et d’Escalade 
Jean-Philippe Frey, chargé de mission économique à la FPS
Emmanuel Moreau, chef de marché Sport France Petzl
Fédération Française des Clubs Alpins de Montagne
Animation : Emmanuel Gravaud, journaliste Outdoor Experts

ECOSPORTRetrouvez en images les délibérations du jury des Ecosport Awards, dont la remise des prix aura lieu le 17 novembre à l’INSEP, à l’occasion d’une soirée de gala présidée par Thierry Braillard, ministre des Sports, en présence des représentants des principaux partenaires de cette belle initiative collective, labellisée COP 21.

ECOSPORTOrganisés par un collectif d’organisations professionnelles de la filière sport,  les Ecosport Awards 2015 encouragent les entreprises du secteur à développer l’éco-conception de leurs produits et de leurs bâtiments, des solutions de recyclage et de transport propre, de management responsable et de sensibilisation des pratiquants. Placés sous le parrainage du Ministère chargé de l’Environnement, ils viennent d’obtenir le label « COP21», qui valorise les initiatives portées par la société civile pour la Conférence « Paris Climat 2015 ».

L’industrie et le commerce des articles et équipements de sports constituent un secteur économique en plein essor qui emploie un million de personnes en Europe (plus de 100 000 salariés en France) dans de nombreux domaines : ingénierie, vente, logistique, communication…  Bien connu pour ses grandes marques et ses enseignes leader, ce secteur dynamique joue également un rôle sociétal important.  Il promeut la pratique sportive, et donc la santé et la solidarité, et intervient dans le confort et la sécurité de 70 millions de pratiquants occasionnels ou réguliers.

Un jury indépendant présidé par Catherine Destivelle

A partir de 2015, ces entreprises du sport peuvent encore plus se challenger dans le domaine de la protection de l’environnement en concourant aux premiers Ecosport Awards qui viennent distinguer les meilleures initiatives du secteur en la matière. Le Secrétaire d’Etat aux sports, Thierry Braillard, qui parraine également l’événement, se félicite de cette mobilisation: «  Je suis très heureux de cette initiative collective du secteur des professionnels du sport. Les Ecosport Awards s’inscrivent pleinement dans l’engagement du ministère chargé des sports aux côtés des acteurs du sport, notamment  de l’industrie  de l’équipement sportif, dans le processus de transition écologique vers le développement durable par l’innovation technologique. »

Les Ecosport Award sont délivrés par un jury indépendant constitué de personnalités du monde du sport, de journalistes experts et d’associations engagées dans la protection de l’environnement. Pour 2015, la présidente du jury n’est autre que Catherine Destivelle, grimpeuse et alpiniste française de renommée mondiale : « Toute ma vie sportive au contact de la nature, j’ai pu mesurer combien celle-ci était source de plaisir et aussi tellement fragile. J’ai donc accepté avec enthousiasme de présider ce premier jury des EcoSport Awards au sein d’un secteur particulièrement innovant. » Les Ecosport Awards seront remis en novembre 2015 à l’INSEP de Paris, en amont de la conférence climat.

Pour tout savoir et présenter votre candidature aux Ecosport Awards : www.ecosportawards.com

 

Thierry Braillard©Hervé HamonAlors que l’événement « Sentez-vous Sport », visant à sensibiliser aux bienfaits d’une activité physique et sportive régulière, s’achève ce week-end par de nombreuses animations grand public et des opérations portes ouvertes au sein du patrimoine sportif (Insep, Roland Garros…), Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux Sports, confie à Filière Sport sa vision des enjeux du secteur sport.

Filière Sport  – Après une éclipse l’an dernier, le ministère des Sports (ainsi que celui de l’Education) se sont associés cette année à l’opération Sentez-vous sport. Qu’en attendez-vous ?

Thierry Braillard L’objectif  est  de sensibiliser le grand public sur la nécessité de pratiquer une activité physique, en s’adressant en priorité à ceux – souvent les plus fragiles – qui pâtissent le plus du manque d’activité. S’agissant du sport à l’école, la Ministre de l’éducation nationale compte s’appuyer sur la réforme des rythmes  scolaires  pour développer la pratique sportive dans l’enceinte éducative ; mais également au monde de l’entreprise, en assurant la promotion d’activités physiques au travail.

La visibilité de cette manifestation est-elle suffisante auprès du public ?

De 200 000 visiteurs  en 2010, nous sommes à 1 million de visiteurs attendus en 2014 sur 7 jours de célébration, pour 1 500 événements. L’opération a connu un très beau succès. Il faut continuer en ce sens. Nous souhaitons oeuvrer pour que cette initiative puisse, à terme, se transformer en semaine européenne du sport.

 « Le ministère souhaite accompagner les fédérations sur de nouveaux services encourageant la pratique loisir »

Le nombre de licenciés des fédérations sportives agréées a progressé de 2,6 % en 2012-2013. Ce bilan vous paraît-il satisfaisant ?

Je me méfie de la satisfaction car elle fait le lit de l’immobilisme politique. Mais cette progression est encourageante. Cela démontre que l’intérêt des Français est toujours réel pour le sport. D’ailleurs une récente étude a démontré que la part de leur budget consacré au sport est constante, malgré la crise économique. Pour avoir une idée plus précise, il faut  regarder sur le long terme : de 2001 à 2010, la pratique sportive (encadrée et non encadrée) a progressé de 5 points. En 2010, 89% des français étaient concernés par une pratique sportive. Mais la pratique d’un sport a lieu  de plus  en plus souvent en dehors de toute structure. Or on sait aussi que l’accompagnement par des structures adaptées offre des garanties en termes de sécurité de la pratique et renforce les effets bénéfiques du sport. Pour encourager la pratique loisir, le ministère des Sports souhaite accompagner les fédérations dans la mise en place  de  nouveaux  services  pour les licenciés.

Thierry Braillard

“Le lien entre le monde fédéral et le système scolaire est un enjeu majeur” 

 Pourtant, selon l’INPES, 40 % de jeunes ne font pas de sport en dehors du cadre scolaire. Comment augmenter la pratique chez les jeunes ? 

L’Etat a un rôle à jouer en matière de développement de la pratique sportive chez les jeunes car le sport est un facteur de l’émancipation de l’individu, et joue un rôle clé en matière d’insertion sociale. Au delà de la question du sport à l’école, le lien entre le monde fédéral et le système scolaire est un enjeu majeur.  Il faut accompagner davantage les associations sportives et mobiliser les collectivités sur la question du sport dans le cadre du projet éducatif de territoire, en lien avec tous les acteurs : mouvement sportif, services de l’Etat et collectivités territoriales.

Quel rôle les entreprises, et plus particulièrement les marques et les enseignes / magasins de sport, peuvent-ils jouer dans la gouvernance du sport ?

C’est une question pertinente, car essentielle.  Dans ce contexte de crise, le sport demeure un secteur économique en croissance continue et qui embauche, même en période de crise. Le ministère  prend en compte cette évolution et se donne les  moyens de mieux appréhender, encourager et développer l’économie du sport. Pour cela, nous dialoguons de manière continue avec les entreprises,  en premier lieu le MEDEF, qui a un comité sport. Nos fédérations sportives ont besoin d’approfondir leur collaboration avec les entreprises du secteur pour poursuivre leur développement. A terme, la place de l’entreprise dans le sport se dessinera naturellement.

Qu’attendez-vous du Conseil national du Sport, créé en 2013 et qui regroupe les différents acteurs du secteur sport, dont les entreprises ?

C’est un outil essentiel car il permet d’associer l’ensemble des parties prenantes de ce secteur. Si je prends un exemple, les collectivités territoriales participent désormais aux réflexions concernant le sport de haut niveau. Le CNS n’a qu’un an, c’est à nous collectivement de le faire vivre et de tirer les bénéfices de ce nouvel espace de dialogue.

« La  France a une ambition olympique légitime mais si on y va,  ce sera pour gagner »

Le projet de grande loi sur le sport envisagée préparée par Valérie Fourneyron n’étant plus d’actualité, quelles sont les priorités d’action du Ministère et vos objectifs en tant que secrétaire d’Etat ?

Le statut social du sportif professionnel,  la réforme du contentieux sportif, la réflexion sur le « supportérisme », vous le voyez, ce ne sont pas les sujets à enjeux qui manquent.  Nous nous y attelons avec détermination, certains pouvant déboucher sur des initiatives législatives.  Bien évidemment, il nous faut aussi  favoriser l’excellence sportive et nos athlètes de haut niveau, dans la perspective des Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Thierry Braillard INSEPAprès une Coupe du Monde qui a permis à l’Equipe de France de football de renouer avec son public, comment se présente l’Euro 2016 ?

Nous serons fin prêts pour l’Euro, qui constitue une formidable opportunité d’accentuer le rayonnement international du sport français, en termes d’équipements comme de performances sportives.  Cet événement doit, au delà, impulser une dynamique qui profitera à l’ensemble du pays, nous y travaillons avec détermination.

La candidature de la France aux Jeux Olympiques de 2024 est-elle toujours envisagée ?

Des groupes de travail  ont été lancés en mai dernier,  associant largement les différentes parties prenantes (mouvement sportif, Etat, collectivités territoriales, monde de l’entreprise…). Ils  rendront  leurs conclusions à la fin de l’année.  La  France a une ambition olympique légitime mais si on y va,  ce sera pour gagner. A nous de ne pas reproduire les erreurs  des  candidatures passées. La démarche engagée me semble la bonne.

Recueilli par O.C.