Le département des Landes, la communauté de communes MACS, Hossegor, Capbreton, Seignosse et Biarritz s’associent pour présenter une candidature commune afin d’accueillir les épreuves de surf des Jeux Olympiques de Paris 2024. (suite…)

La Fédération française de baseball et softball (FFBS) a signé lundi 3 juillet 2017 un protocole d’accord avec Val d’Europe Agglomération pour la construction d’un centre national qui contribuera à l’animation du territoire de Val d’Europe et apportera au développement du baseball et du softball une ambition inédite. (suite…)

Mardi 15 février 2017, Teddy Riner est officiellement devenu partenaire de la marque américaine Under Armour, spécialisée dans la création d’équipements sportifs de haute performance. Un accord qui propulse l’entreprise au devant du marché sportif mondiale.

Il est une référence dans l’histoire du judo international, Teddy Riner (2,04 m pour 131 kg), invaincu sur le tatami depuis 2010, peut s’enorgueillir d’avoir remporté deux médailles d’or aux Jeux Olympiques et huit titres de champion du monde. Des performances qui étonnent par sa longévité, mais qui attirent aussi des sponsors prestigieux.

C’est grâce à une affiche géante de Teddy Riner, en plein quartier des Halles au centre de Paris, qu’Under Armour a ainsi révélé ce nouveau partenariat.« C’est un honneur pour moi d’intégrer cette équipe. Un entraînement intelligent, avec le soutient d’Under Armour, peut faire de 2017 une année fructueuse pour moi sur le long terme… » affirme Teddy Riner. C’est d’ailleurs une première pour ce coup de pub, puisque jamais une marque n’a exploité cet espace de plus de 25 mètres de hauteur et 20 mètres de largeur. Cette affiche est à l’image du judoka, impressionnante.

Un partenariat pour trois ans

(suite…)

Biarritz ©FilièresportL’International Surfing Association (ISA) a rendu son verdict : la France organisera les prochains World Surfing Games (WSG) en mai-juin 2017, sur le site de Biarritz Pays Basque, qui regroupe les communes de Biarritz, Bidart et Anglet.

Il s’agit d’une nouvelle consécration pour Biarritz : la cité balnéaire avait déjà organisé les championnats du monde de surf des nations en 1980 et fêtera l’an prochain les 60 ans de l’apparition de la discipline sur ses plages. La ville hôte des WSG a été choisie par la commission d’étude et d’évaluation des candidatures de la Fédération française de surf et la société Olbia Conseil, face à la communauté de communes Maremne Adour Côte Sud (40). Vitrine de premier plan pour le surf, les championnats du monde s’inscrivent dans un calendrier porteur, puisque la discipline figurera pour la première fois au programme des JO en 2020 à Tokyo. « Les ISA World Surfing Games seront un aperçu de ce que sera le surf aux JO de Tokyo », se félicite ainsi Fernando Aguerre, président de la fédération internationale de surf.

Laisser un héritage pérenne en attendant 2024

En organisant cette compétition quelques semaines avant la désignation de la ville hôte des JO 2024, prévue en septembre 2017, à l’organisation desquels Paris est candidate, la fédération française de surf entend par ailleurs laisser un héritage pérenne et accélérer son développement. « Les communes accueilleront les meilleures nations du surf mondial, qui devront démontrer leur plus haut niveau pour commencer à entrer dans les critères de sélection pour les JO 2020. La dynamique que cette aventure sportive impulsera pendant les sept prochains mois consolidera la place de notre discipline », commente Jean-Luc Arassus, président de la Fédération française de surf.

 

Jeux Olympiques Tokyo 2020Le Comité international olympique (CIO) a confirmé lors de sa session du 3 août 2016 à Rio, l’ajout du baseball/softball, du karaté, du skateboard, de l’escalade sportive et du surf au programme des JO de Tokyo.

Un bail olympique à durée déterminée

Cette décision, qui suit la recommandation de la commission exécutive émise début juin dernier, est pour le programme olympique “la plus grande évolution de toute son histoire“, souligne le CIO. Le comité d’organisation des Jeux de Tokyo 2020 a proposé l’ajout de ces cinq sports en application d’une nouvelle flexibilité offerte par l’Agenda olympique 2020, qui permet à chaque ville-hôte de proposer de nouvelles disciplines pour son édition. Ces nouveaux sports bénéficient donc d’un “bail olympique” à durée déterminée : les villes-hôte suivantes n’auront pas d’obligation de les adopter. Leur ajout est donc une opportunité à saisir pour les dirigeants des cinq sports ajoutés au programme de Tokyo 2020… “Tous populaires au Japon comme au niveau international“, selon Yoshiro Mori, président du comité d’organisation, ils ont été évalués par le CIO en tenant compte des répercussions en termes de parité entre les sexes, d’attrait pour les jeunes et de valeur en termes d’héritage pour les Jeux de Tokyo.

18 nouvelles épreuves

L’admission de ces cinq sports supplémentaires ajoutera 18 nouvelles épreuves aux Jeux de Tokyo et 474 nouveaux athlètes, avec autant de filles que de garçons, sauf pour le softball/baseball du fait que les équipes de ce sport comptent 15 joueuses contre 24 joueurs en baseball. L’objectif est de rendre le programme olympique plus innovant, plus souple et plus attrayant pour les jeunes. “Aujourd’hui, on ne peut plus attendre que les jeunes viennent naturellement à nous, explique dans un communiqué Thomas Bach, président du CIO. Nous devons aller à leur rencontre“. Ainsi, les épreuves de skateboard et d’escalade se dérouleront dans des installations provisoires sises en milieu urbain. A noter, enfin, que l’intégration des nouveaux sports n’aura pas d’effet sur le quotas d’athlètes et d’épreuves prévues pour les 28 autres sports au programme.

Commission exécutive du CIO, Lausanne, juin 2016 © IOC Media

Commission exécutive du CIO, Lausanne, juin 2016 © IOC Media

La commission exécutive du comité international olympique (CIO) s’est déclarée favorable à la proposition d’ajout de cinq nouveaux sports au programme des Jeux Olympique de Tokyo en 2020.

Les cinq sports proposés sont le karaté, le skateboard, l’escalade sportive, le surf et le baseball/softball. La proposition englobe des sports d’équipe et des sports individuels, des sports en salle et des sports de plein air, sans oublier des sports “urbains” qui plaisent tout particulièrement aux jeunes. La jeunesse justement, est au cœur de la vision de Tokyo 2020 pour les Jeux.

Ces sports vont maintenant être soumis à la Session du CIO, qui se tiendra à Rio juste avant les Jeux. Si cette proposition est entérinée, il s’agira de la plus vaste refonte du programme olympique de l’histoire moderne. L’admission de ces nouveaux sports se traduirait par l’ajout de 18 épreuves et 474 athlètes, avec un nombre égal d’équipes masculines et féminines, au programme olympique de Tokyo, sans impact sur les sports déjà au programme.