keyboard_arrow_up
>
Industrie & Commerce

Factures électroniques : jusqu’à 80 % d’économies pour les entreprises

02/04/2021
Chaque année en Europe, les entreprises échangent 30 milliards de factures entre elles. Un geste ordinaire dans les relations entre fournisseurs et acheteurs, qui va devoir évoluer : en France, ces factures devront être dématérialisées dès 2023 et de nombreux pays suivent cette même dynamique. Passer du papier à l’électronique : une obligation légale qui n’est pas sans avantages pour les entreprises concernées.

Selon leur taille et leur secteur d’activité, les entreprises seront tenues de remplacer leurs factures papiers par des factures électroniques sur la période 2023-2025. Une obligation inscrite dans la loi de finances de 2020, ce qui n’a rien d’anodin : pour l’Etat, l’objectif de cette mesure est avant tout fiscal. Il s’agit de lutter contre la fraude à la TVA, en modernisant sa collecte et ses modalités de contrôle par l’administration.

Une opportunité pour les entreprises

Pour les entreprises, passer du format papier au format électronique devrait offrir plusieurs avantages, à commencer par une réduction des coûts de traitement de ces factures et des coûts déclaratifs, mais également une simplification des déclarations. Soit des économies estimées à 60 voire 80 % par rapport au traitement papier. Un avantage non négligeable donc, moyennant un travail de mise en conformité.

Une anticipation et une organisation indispensables

Techniquement, ces factures électroniques « se présentent sous la forme d'un message structuré selon une norme convenue entre les parties, permettant une lecture par ordinateur et pouvant être traité automatiquement et de manière univoque », selon l'article 289 b du Code général des impôts.

Pour une entreprise, la mise en place de la facturation électronique nécessite donc tout d’abord de définir un format et un canal d’échange commun avec ses partenaires commerciaux, puis de paramétrer et configurer ce nouveau format dans son système d’information. Un projet transverse qui pourra s’étaler sur une période de 6 à 12 mois selon les entreprises 

REDISport, la plateforme facilitatrice

La plateforme REDISport peut être une alliée de taille pour simplifier cette mise en conformité et l’« implémentation » de la facture électronique. Cette filiale de l’UNION sport & cycle mettra à disposition un format de dématérialisation unique pour l’ensemble des acteurs du sport qu’elle regroupe (46 fournisseurs et 8 distributeurs à ce stade), ce qui permettra une simplification précieuse des échanges commerciaux entre ces entreprises.

Une plateforme facilitatrice donc et sécurisante : elle garantit un archivage électronique conforme des factures et la bonne mise en conformité à l’obligation de dématérialisation dès 2023. Avec 300.000 documents commerciaux et 60.000 factures électroniques échangés en 2020, REDISport peut se prévaloir d’une expertise solide en la matière.

 

Contact REDISport : Pierre-Yves Hourmant - pierreyves.hourmant@redisport.com

A voir également
  • Industrie & Commerce 13/04/2021
    Les magasins de skis écrivent au Premier ministre
    72 dirigeants de commerces de sport de station de montagne, représentant 250 magasins, ont écrit...
  • Industrie & Commerce 12/04/2021
    Déjà 5 sociétés agréées pour le marquage de vélo
    Les vélos vendus en magasins doivent désormais disposer d’un identifiant unique visible sur le...
  • Industrie & Commerce 12/04/2021
    Loi climat : de nouvelles aides à l’achat de vélos
    L’UNION sport & cycle se félicite du vote par l’Assemblée nationale d’une série d’aides...
  • Industrie & Commerce 08/04/2021
    Le marché du vélo franchit un col
    La consommation de cycles et d’accessoires dépasse les 3 milliards d’euros pour la première...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies